Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 octobre 2017 4 19 /10 /octobre /2017 07:47

Tous les subterfuges du maire pour justifier la suppression de 11 jours de congés payés pour les agents ont échoué - à commencer par la légalité de leur maintien qui a été confirmée.

 

Et le mouvement déterminé des agents et de la CGT n'y est pas étranger pendant que le maire continue de bien montrer - au premier mouvement social - que l'extrême-droite est bien ... de droite.

 

C'est la puissance de ce mouvement qui a obligé le maire à manœuvrer en recul. Il ne met plus en cause ces 11 jours de congé mais propose de les transformer en autant de jours de RTT (bien plus faciles à supprimer par la suite...).

Et pour ce faire il propose un référendum demain, organisé demain avec un bureau de vote dont les représentants syndicaux sont exclus et qui ne permet pas le libre accès de toutes et tous à la consultation.

 

Le syndicat CGT - qui propose aux agents de voter pour le maintien des 11 jours de congé - pour sa part continue à informer et à mobiliser les salariés.

 

Hier soir, plusieurs dizaines de salariés - des syndicats CGT de la fonction publique ou non, de la FSU (dénonçant le recours illégal du maire FN aux enseignants pour distribuer sa propagande anti-cgt aux parents d'élèves) - se sont rassemblées pour apporter leur soutien aux agents municipaux de Mantes-la-Ville.

Ceux-ci ont bien évidemment le soutien des communistes de la section (canton) de Mantes-la-Jolie et de son élu.

 

 

 

Mantes-la-Ville. Le maire FN manoeuvre en recul ... mais manoeuvre toujours
Repost 0
17 octobre 2017 2 17 /10 /octobre /2017 08:56

Vous trouverez ci-dessous le tract de l'Union régionale Ile de France de la CGT appelant à une nouvelle journée d'actions (grèves et manifestation) jeudi 19 octobre.

 

Pour sa part, l'Union locale CGT organise un départ en cars à 12h15 pour la manifestation parisienne (attention réservation obligatoire).

Pour réserver: 

Union locale CGT Région Mantaise

Mantes la ville Tel   : 01 30 33 59 91 - Port : 07 96 94 48 07

@ : ul.cgt.mantes@wanadoo.fr

19 octobre. Contre la destruction de notre modèle social
Repost 0
12 octobre 2017 4 12 /10 /octobre /2017 08:40

Vous trouverez ci-dessous le communiqué du syndicat CGT des agents municipaux.

 

"Oralement" d'accord avec un protocole de fin de conflit, le maire d'extrême-droite ne signe pas ... en attendant l'avis du Président du CIG (Centre interdépartemental de gestion) sur la légalité d'une telle décision.

 

Le problème c'est que justement, selon mes informations,  le Président du Centre vient de lui répondre qu'il lui était légalement possible de signer ... ce que le maire ne fait toujours pas.

 

Comme toujours, au moindre conflit social, l'extrême-droite montre qu'elle est bien ... de droite.

 

Mais les agents, avec leur syndicat CGT, ne sont pas décidés à s'en laisser conter.

Mantes-la-Ville. Le maire FN se tortille, les agents municipaux déterminés.
Repost 0
6 octobre 2017 5 06 /10 /octobre /2017 10:01
Café communiste 2017 et l'Opinion des communistes.
Café communiste 2017 et l'Opinion des communistes.

Madame, Monsieur,

 

Je me permets tout d'abord de vous inviter au Café communiste 2017 qu'avec mes camarades communistes de Mantes-la-Jolie, nous organisons samedi 14 octobre à 15h00 Espace Guy Mainière, 64 rue Maurice Braunstein à Mantes-la-Jolie.

 

Ce sera "une première". L'idée est simple: quelques tables, du café (ou du thé) offert par notre section, des "pâtisseries du monde" confectionnées par nos adhérents.

Un micro. Une année d'activités de notre section. Et un débat à bâtons rompus "au sein des tables", "entre les tables" (au choix). 

Et si ça vous plait ? Et bien, on poursuivra l'année prochaine.

 

Vous trouverez également, ci-dessous, le dernier exemplaire en date de notre journal, L'Opinion des communistes.

Au menu de ce dernier journal de l'année 2017 : notre dossier sur "Macron et le Patronat pour un véritable recul de société" / L'éditorial d'Armelle Hervé / La droite frappe le CAC Georges Brassens / PSA Poissy: non à la répression syndicale / Mantes-la-Ville: fermeture de La Poste Jean Jaurès et mouvement social des agents municipaux / Magnanville: le maire s'oppose à l'accueil des migrants / Plus de 5 millions de demandeurs d'emploi en septembre dernier / Mantes-la-Jolie: Dexia récolte 12 millions d'euros avec son emprunt toxique / GOM: les victimes collatérales de la fermeture d'EDF / Rentrée 2017: des étudiants toujours plus précaires / Marie de Mantes-la-Jolie: 140 emplois à créer tout de suite / Il y cent ans, la Révolution bolchevique.

 

Bien à vous,

 

Marc Jammet

Conseiller municipal de Mantes-la-Jolie

Café communiste 2017 et l'Opinion des communistes.
Café communiste 2017 et l'Opinion des communistes.
Café communiste 2017 et l'Opinion des communistes.
Café communiste 2017 et l'Opinion des communistes.
Repost 0
30 septembre 2017 6 30 /09 /septembre /2017 12:38
Mantes-la-Jolie. RAPHAËL COGNET VEUT PRIVATISER  MANTES-EN-YVELINES HABITAT
Mantes-la-Jolie. RAPHAËL COGNET VEUT PRIVATISER  MANTES-EN-YVELINES HABITAT

Madame, Monsieur,

 

Je vous prie de bien vouloir trouver ci-dessous la déclaration que je viens d'envoyer aux médias locaux et qui sera distribuée dès la semaine prochaine à plusieurs centaines d'exemplaires aux locataires concernés.

 

Vous trouverez également, ci-dessous, la partie du Conseil municipal dont il est fait mention dans cette déclaration (publiée sur ce blog sous le titre "Conseil municipal à chaud").

 

Le Président de « Les Résidences » (ex-OPIEVOY) a inscrit à l’ordre du jour du prochain Conseil de surveillance le 3 octobre, « le rachat de Mantes-en-Yvelines Habitat ».

 

Raphaël Cognet veut privatiser

Mantes-en-Yvelines Habitat

 

Mardi 3 octobre,  le prochain Conseil de surveillance risque fort d’annoncer la fin de Mantes-en-Yvelines Habitat, organisme encore office public.

 

Je tiens tout d’abord à dénoncer à nouveau le manque total de transparence et d’informations.

 

A ma connaissance, au moment où j’écris ces lignes, aucune information n’a été délivrée aux 2.355 familles locataires de Mantes-en-Yvelines Habitat (dont 1.628 résident à Mantes-la-Jolie).

Cette « loi du silence » a aussi été de mise lors du Conseil municipal du 25 septembre dernier et ce alors même que dans « un montage financier » assez trouble, la majorité municipale votait une délibération ouvrant la voie via Mantes-en-Yvelines-Habitat, le Conseil départemental des Yvelines et la communauté urbaine GPSEO… à l’aide indirecte à un promoteur immobilier sur la ZAC des Bords de Seine: NEXITY!

Pourquoi celui qu’on nous présente maintenant comme futur maire de Mantes-la-Jolie a-t-il alors observé un silence complice ?

 

 

Je tiens ensuite à dénoncer la privatisation rampante du logement social dans notre région et plus particulièrement à Mantes-la-Jolie.

 

La disparition de l’OPIEVOY dans Les Yvelines et l’Essonne (28.657 logements dans ces départements) au profit d’une société anonyme (Les Résidences Yvelines-Essonne) en constituait déjà une première marche.

Le rachat de Mantes-en-Yvelines Habitat (2.355 logements) en constitue la suivante.

 

Tout se passe comme dans un jeu d’échec sinistre où s’échangent, suivant les intérêts financiers et les amitiés politiciennes, les domiciles de plusieurs milliers de citoyens méprisés et instrumentalisés.

 

Ni Jean-Michel Voyer (Président de Mantes-en-Yvelines-Habitat, Vice-président de la GPSEO), ni Raphaël Cognet (Président de Les Résidences Yvelines-Essonne, Maire-adjoint de Mantes-la-Jolie) n’ont jamais reçu un tel mandat ni de leurs électeurs ni des locataires.

 

Pour ma part, je demande aujourd’hui de surseoir immédiatement à cette opération tant que ne sera pas organisée une véritable consultation de tous les locataires concernés.

 

Bien à vous,

Marc Jammet.

 

Conseil municipal "à chaud" du 25 septembre (partie).

 

Pass Yvelines-Résidences.

La Ville fait subventionner NEXITY par Mantes-Habitat-en-Yvelines

 

Le tout en deux temps, trois mouvements.

 

Premier temps. Premier mouvement. Mantes-en-Yvelines-Habitat (ex OPHLM de Mantes) achète le 17 juin dernier à Nexity 95 logements sur les 167 que compte le dernier programme immobilier de ce dernier dans la Zac des Bords de Seine. Nexity peut se frotter les mains, plus de la moitié de ses logements sont vendus avant qu’il n’ait eu à les commercialiser.

 

Deuxième temps. Deuxième mouvement. Comme Mantes-en-Yvelines-Habitat aura du mal à justifier « cet achat » alors qu’il rogne tous les jours sur les dépenses d’entretien et de réhabilitation de son parc, il faut donc qu’il récupère des recettes.

Et ça tombe bien ! Justement, comme par hasard, s’il déclare vouloir créer une résidence intergénérationnelle en loements locatifs sociaux, alors il peut bénéficier du dispositif mis en place par … le Conseil départemental des Yvelines.

Celui-ci pourrait alors apporter son obole – 5.000 euros par logement soit 450.000 euros en tout. De quoi sans-doute rembourser en partie la dépense opérée par l’organisme HLM en juin.

 

Deuxième temps. Troisième mouvement. Pour cela, il faut que la communauté urbaine (GPSEO) signe une convention avec le Conseil départemental pour permettre le versement de la subvention … à Mantes-en-Yvelines-Habitat.

Qu’à cela ne tienne ? Le maire de Mantes-la-Jolie demande au Conseil municipal de l’autoriser à signer cette convention (au nom de la GPSEO ? Quelle légalité) avec le Conseil départemental.

 

Sans un mot, la majorité docile vote.

J’ai voté contre.

 

Mantes-la-Jolie. RAPHAËL COGNET VEUT PRIVATISER  MANTES-EN-YVELINES HABITAT
Repost 0
15 septembre 2017 5 15 /09 /septembre /2017 08:16

La filature Le Blan aux Journées du Patrimoine à Mantes-la-Ville

Venue de Lille en 1917, cette filature s'implante d'abord à Mantes-la-Jolie, puis à Mantes-la-Ville, définitivement croit-on. Mais en 1961, elle se re-délocalise à Lille, laissant sur le carreau ses travailleurs, dont une majorité d'ouvrières.

Un groupe d'historiens locaux, dont certains sont adhérents à l'Institut CGT d'histoire sociale de la région mantaise, ont écrit un livre à ce propos. Je vous incite à l'acheter

La filature Le Blan aux Journées du Patrimoine à Mantes-la-Ville

Et pour vous conforter dans cet achat, une chronique sur Simone Jaouen, née Deshumeurs, la mère de ma compagne Danielle, ouvrière à 13 ans et un jour dans cette filature:

Elle est née le 20 novembre 1912 et va travailler le 21 novembre 1925, à 13 ans et un jour. Ses parents ont répondu à l’une des nombreuses annonces de la Filature Le Blan sur l’embauche de « fillettes de 14 à 16 ans ». L'usine respecte ainsi la législation sur le travail des enfants : la petite Simone a terminé sa scolarité aux dernières vacances d’été et elle est sur sa quatorzième année. De tous temps, les filatures ont fait travailler les enfants ; au 19e siècle, les industriels du textile ont grondé, au nom de « la liberté de l’industrie et du droit des parents à choisir le travail de leurs enfants », contre la scolarité obligatoire jusqu’à 13 ans. La petite taille des enfants leur permet d’accéder sous un métier afin de remédier à un quelconque blocage.

Simone Deshumeurs se souvient de cette maudite sirène qui sonnait chaque jour à 4h 45 du matin, pour embaucher à 5h précises. Habitant dans le haut de Mantes-la-Ville, la petite fille courait à travers champs, puis dans les rues sombres, pour être à l’heure. Sinon, raconte-t-elle, « on était reçue par le contremaître, là-haut dans la verrière, sous le regard de tout l’atelier. A peine une minute de retard et la filature nous retenait une heure sur notre paye ».

Et les amendes, pour une parole de trop au travail, quand le fil casse ou s’enroule mal sur la bobine. Simone gagne moins de 20F par mois, une femme un peu plus, mais toujours moins qu’un ouvrier. Voilà pourquoi la filature emploie une majorité d’ouvrières et des enfants. Encore en 1931, Ouest-France publie qu’elle « recherche des familles ouvrières, principalement des jeunes filles. »

« Les jours où monsieur Le Blan visitait les ateliers, en plus du travail à nos machines, nous devions balayer le moindre fil à terre », dit encore Simone Deshumeurs. Elle se rappelle aussi « la caisse en bois en bout du métier, qui servait à entreposer nos effets et le manger de toute l’équipe, tout cela dans un air surchauffé et humide, sans aération, pour mieux travailler le coton ». En effet, ce textile doit se travailler sous une température moyenne de 28° et avec une hygrométrie de 60% d’humidité.

Et ces accidents du travail qui ne sont pas rien ; le Journal de Mantes du 15 août 1923 relate l’amputation de l’index et du majeur « d’une jeune fille de Mantes qui a eu sa main droite broyée par une pièce de sa machine ».

Les socialistes d'accord avec les réactionnaires pour travailler à 14 ans

Ci-dessus, la petite Simone en 1924, qui sera embauchée à la filature à l'automne 1925.

Certes, Simone Deshumeurs, jeune maman, mettra son fils à la crèche de la filature. Elle disposera d'une entrée gratuite au cinéma tenu par le patronage catholique de Mantes. Et elle répondra présente aux bonnes oeuvres dispensées par la filature et dont la presse se fait l'écho, comme cette quête en faveur de la pouponnière et des enfants malades de l'hôpital:"M et Mme le Directeur, 50F; M et Mme l'Ingénieur, 15F; Personnel, 581F, 25". Non, Simone ne manque pas de charité chrétienne, mais comment refuser, même avec un petit salaire, lorsque la collecte est présentée avec en tête le directeur et l'ingénieur?

Durant l'Occupation nazie, Jacques Le Blan, directeur de la filature, est membre du conseil municipal de Mantes-la-Ville, désigné par le maréchal Pétain, comme MM. Lefèvre-Selmer et Dolnet, fabricants d'instruments de musique, M. Coudant directeur des Ciments français ou M. Renard industriel. Ce conseil municipal débaptise les rues René Valognes, Francisco Ferrer, Marcel Sembat, Louise Michel, Camélinat, Robespierre et Roger Salengro; la rue Karl Marx était déjà devenue rue Parmentier en février 1941. 

Repost 0
Publié par Marc Jammet - dans Mantes-la-Ville histoire
commenter cet article
12 juillet 2017 3 12 /07 /juillet /2017 08:12

L'article a été publié mercredi 5 juillet 2017.

 

Repost 0
13 juin 2017 2 13 /06 /juin /2017 09:30
Bonjour à toutes et à tous,
 
Nous étions à nouveau présents hier devant La Poste rue Jean Jaurès.
 
Comme vous pourrez le constater, la direction de La Poste s'est décidée à communiquer par affichette et sur place "qu'elle passait le relais au Carrefour-Contact" - c'est à dire au privé.
 
De nombreuses Mantevillois continuent à "se casser le nez" devant cette poste fermée sans savoir où elles vont pouvoir récupérer la lettre recommandée ou le colis qu'elles attendent.
 
Quant au Carrefour contact, c'est aux caisses qu'il faut s'adresser - en attendant que l'une des quatre personnes formées puisse se libérer.
C'est aussi une dégradation des conditions de travail pour les salariés de Carrefour - déjà en sous-effectifs - pour un service au public qui n'est plus rendu.
 
Vous trouverez, en pièces jointes, quelques photos de la "communication" de La Poste et de celle des communistes (il n'y avait pas de raison de ne pas en profiter ...) ainsi que le tract d'information de ces derniers.
 
Pour ce qui concerne ce tract, nous envisageons de le distribuer dans les boites aux lettres de Mantes-la-Ville. Si vous souhaitez et pouvez nous aider, demandez-nous le nombre d'exemplaires souhaité en nous précisant les rues que vous souhaitez distribuer.
 
Nous vous en remercions par avance.
 
Marc Jammet
Mantes-la-Ville. La Poste informe passer le relais ... au privé
Mantes-la-Ville. La Poste informe passer le relais ... au privé
Mantes-la-Ville. La Poste informe passer le relais ... au privé
Mantes-la-Ville. La Poste informe passer le relais ... au privé
Mantes-la-Ville. La Poste informe passer le relais ... au privé
Mantes-la-Ville. La Poste informe passer le relais ... au privé
Mantes-la-Ville. La Poste informe passer le relais ... au privé
Mantes-la-Ville. La Poste informe passer le relais ... au privé
Mantes-la-Ville. La Poste informe passer le relais ... au privé
Repost 0
10 juin 2017 6 10 /06 /juin /2017 11:23

Depuis le 5 juin, le bureau de poste Jean Jaurès est fermé.

 

Cette fermeture a été rendue possible grâce à une la complicité de fait entre le représentant de l’Etat, la direction de La Poste et le maire Front national de Mantes-la-Ville qui, non seulement n’a pas levé le petit doigt pour empêcher cette fermeture mais l’a accompagnée volontairement.

 

Cette complicité s’est d’abord traduite par

une véritable « loi du silence ».

Il a fallu que les communistes rendent publique la perspective de cette fermeture pour que La Poste, puis le maire Front national, consentent à avouer que le projet « était bien dans leurs cartons ».

Il a fallu que les communistes annoncent cette fermeture pour le 5 juin pour que la direction de La Poste annonce - le 6 juin! - que le bureau de Poste était fermé depuis la veille.

Et cela, sans que ni le représentant de l’Etat ni la direction de La Poste n’aient répondu à la demande d’entrevue des communistes!

 

Ce sont d’abord les Mantevillois qui sont méprisés.

Comme si 700 d’entre eux qui ont signé notre pétition étaient partie négligeable aux yeux de « ces décideurs » pour qui la rentabilité de la banque postale passe avant l’intérêt des usagers …

« Ces décideurs » vont porter cette décision comme un boulet.

D’autres mauvais coups sont à l’évidence en préparation (voir ci-contre). Même si les 700 signataires mantevillois qui se sont levés n’ont pu empêcher cette fermeture, leur mobilisation a d’abord provoqué la colère du maire Front national furieux d’être démasqué et la gène de la direction de La Poste se contorsionnant pour éviter de répondre aux questions. Elle les rend plus forts pour s’opposer demain victorieusement à d’autres attaques.

Ils pourront compter pour cela sur les communistes de notre section.

 

 

Ils ont menti, ils nous mentent.

 

==> Le maire Front national a affirmé que la décision a été prise par la direction de La Poste seule. C’est faux. Les dispositions actuelles prévoient que les fermetures ne peuvent avoir lieu sans l’accord du maire.

 

==> La Poste et le maire nous parlent d’un transfert de La Poste vers le Carrefour contact. C’est faux. Seuls 10% des services sont maintenus (voir au verso).

 

 

 

Commission départementale fantôme.

 

Le contrat tripartite (Etat, maires, La Poste) prévoit la création d’une commission départementale dans chacune des préfectures. A notre connaissance, la commission n’a jamais été mise en place dans les Yvelines. Comment peut-elle donc décider de fermetures?

 

 

 

Parlons gros sous.

 

==> La Poste au niveau national a perçu 174 millions d’euros pour maintenir son activité de proximité. Nos impôts ont-ils servi à financer la fermeture de bureaux et la mise à mal de services publics?

 

==> Combien La Poste verse-t-elle à la chaine privée « Carrefour Contact » pour ce relais-poste?

 

==> Quel est le devenir du bâtiment qui a abrité l’agence postale et des deux autres l’entourant (dont le club de l’amitié) et qui appartiennent tous trois à la municipalité? Une opération immobilière est-elle dans les cartons? Le refus du maire de répondre à cette question n’est-il pas annonciateur d’un « nouveau coup de Jarnac »?

Retrouvez le tract des communistes en format PDF en cliquant ci-dessus

Poste Jean Jaurès à Mantes-la-Ville. Fermeture avec préméditation.
Poste Jean Jaurès à Mantes-la-Ville. Fermeture avec préméditation.
Repost 0
10 juin 2017 6 10 /06 /juin /2017 11:19

Vous trouverez, en lien, mon interview réalisée par la radio après que La Poste ait annoncé la fermeture du bureau un jour après sa fermeture (les 5 premières minutes de l'enregistrement - seule observation, le "ce sont des menteurs" que j'ai effectivement prononcé ne s'adresse pas aux candidats comme suggéré mais aux "décideurs": représentant de l'Etat, direction de La Poste, maire Front national).

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de Marc Jammet, conseiller municipal PCF de Mantes la Jolie
  • Le blog de Marc Jammet, conseiller municipal PCF de Mantes la Jolie
  • : L'actualité municipale, un autre écho aussi des idées et des actions menées
  • Contact

  • Marc Jammet

Rechercher