Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 juillet 2017 2 11 /07 /juillet /2017 09:37

L'article a été publié mercredi 5 juillet 2017.

 

Repost 0
8 juillet 2017 6 08 /07 /juillet /2017 08:24

Vous trouverez, ci-dessous le texte de ma tribune libre (limité à 600 signes) dans l'édition des mois de juillet et août 2017 de "La Feuille de Mantes", le magazine municipal.

 

NE PAS SUBIR, AGIR A MANTES-LA-JOLIE

 

On a beaucoup parlé ces derniers temps de « renouvellement » politique.

 

Mais changer « ceux qui tiennent le bâton » empêchera-t-il vraiment de frapper les citoyens et leurs espoirs?

 

C’est le cas à Mantes-la-Jolie où l’ex-candidate « en marche » et le maire

Les Républicains ont « œuvré » trois ans ensemble au détriment des Mantais avant de s’affronter.

 

Eviter que cette arnaque se perpétue va passer par votre droit d’être informés et votre volonté d’intervenir dans la réflexion et dans l’action.

 

Davantage d’informations : www.marc.jammet.fr

 

Marc Jammet

Conseiller municipal PCF

Repost 0
1 juillet 2017 6 01 /07 /juillet /2017 11:03

Installation de deux conseillers municipaux de droite.

 

LREM : « COURAGE, FUYONS ! ».

 

Deux nouveaux conseillers municipaux de droite ont été installés hier soir à la suite de la démission de leur mandat de maire-adjoints mais aussi de conseillers municipaux de Madame Khadija MOUDNIB et de Monsieur Ali EL ABDI.

 

Opposants de la « dernière heure » à la majorité municipale après trois ans de « bons et loyaux services » sur fond de position électoraliste, ils ont donc déserté le combat contre la majorité municipale au profit de deux nouveaux élus de droite.

 

Sénatoriales. Election des délégués des conseils municipaux.

 

UN SIèGE ARRACHé A LA DROITE.

 

Les représentants des conseils municipaux (les élus départementaux, régionaux, nationaux également) de certains départements – dont celui des Yvelines – éliront les sénateurs.

 

Dans les villes de plus de 30.000 habitants, tous les élus municipaux sont « grands électeurs » et, en fonction, de la population de la ville élisent un nombre supplémentaire de « grands électeurs » résidant dans la commune.

 

Pour Mantes-la-Jolie, les 43 conseillers municipaux (ou leurs représentants en cas de mandat national, régional ou départemental) sont grands électeurs et élisent 18 grands électeurs supplémentaires titulaires.

 

A Mantes-la-Jolie, la droite (LR et MODEM) dispose de 35 élus et les trois forces politiques d’opposition (PS, EGC et PCF) de 8 élus.

 

Si chacun de ces groupes politiques avaient présenté une liste, la droite aurait obtenu 16 grands électeurs et l’opposition 2 grands électeurs.

 

Je me félicite que la proposition des communistes de constituer une liste « technique », comportant les trois composantes représentées au Conseil municipal, et qui pouvait recueillir les 8 voix de l’opposition municipale, ait été accepté par les deux autres forces politiques de gauche.

 

Cette liste « Opposition municipale » a recueilli hier soir 8 voix et 3 grands électeurs (dans l’ordre de présentation tiré au sort : Sylvie Gélibert (PS), Didier Gauvreau (PCF), Sophie Maréchal (EGC))

 

Restauration collective.

 

MISE EN CONCURRENCE AVEC … UNE SEULE ENTREPRISE.

 

La délégation de service public (c’est-à-dire le service public délègue au privé cette gestion) pour les cantines municipales arrivait à échéance en fin d’année 2017.

 

La municipalité – qui refuse toujours d’envisager une gestion municipale – a donc lancé une procédure de mise en concurrence en élargissant la mission à la restauration de la résidence Henri Clérisse et au portage des repas pour les personnes âgées.

 

Une seule entreprise a répondu à l’appel d’offres – ELRES (filiale d’ELIOR) qui gère actuellement les cantines.

 

L’analyse de son offre a démontré que l’offre de cette entreprise ne répondait pas au cahier des charges établi par les services municipaux sur des points importants – voire même tentait de tromper les élus (le transport de denrées alimentaires par exemple par une camionnette était facturé au même coût que par un camion 3,5 tonnes !).

 

Qu’à cela ne tienne, le maire a été autorisé à engager des négociations avec l’entreprise avant de demander au Conseil de l’autoriser à signer le contrat.

 

J’ai soulevé les problèmes que me posaient cette délibération (une seule entreprise répondant à l’appel d’offres alors qu’elle est déjà en charge de la gestion, la tentative de tromper la commission).

 

J’ai rappelé qu’une telle délibération n’était pas anodine puisqu’il s’agissait de l’équilibre alimentaire des enfants scolarisés dans les écoles de Mantes-la-Jolie et des séniors bénéficiant des services de la Ville.

 

J’ai souligné également que la Ville venait d’engager plusieurs millions d’euros pour un emprunt toxique mais qu’elle n’était pas capable d’investir quelques centaines de milliers d’euros pour nos cantines.

 

J’ai enfin, à nouveau, appelé tous les élus à réfléchir sérieusement à une gestion municipale des cantines, seul moyen d’innover et d’allier qualité des prestations à « circuits courts » et produits frais.

Repost 0
29 juin 2017 4 29 /06 /juin /2017 07:40

maire écharpe tricolore 

Aujourd’hui encore, certains citoyens s’interrogent sur le mandat que leur maire fraîchement élu à l'Assemblée nationale va conserver du fait de la règle du non-cumul.

La question n’a pas lieu d’être car le néo-député est obligé par la loi d’abandonner le mandat le plus ancien, à savoir celui de maire. Idem pour toute autre fonction exécutive locale détenue avant d'être élu au Palais-Bourbon.

Explications avec Philippe Bluteau, avocat à la cour.

 

Par Philippe Bluteau, avocat associé, cabinet Oppidum avocat

 

L’adoption de l’article 6 de la loi organique du 14 février 2014 interdisant le cumul de fonctions exécutives locales avec le mandat de député ou sénateur se traduit par la suppression de la liberté de choix.

Jusqu’en 2014, en application de l’article LO.151 du Code électoral, le député qui se trouvait placé dans un cas de cumul interdit de mandats devait seulement « faire cesser cette incompatibilité en démissionnant du mandat de son choix ».

Désormais, le député (ou sénateur) élu ou réélu a 30 jours pour abandonner le mandat ou la fonction « qu’il détenait antérieurement », à défaut de quoi le mandat le plus ancien prendra fin de droit.

 

Trente jours pour démissionner localement à compter du 19 juin

 

Ainsi, le II de l’article LO.151 prévoit, dans sa version applicable dès le récent renouvellement de l’Assemblée nationale, que « le député qui se trouve dans un des cas d’incompatibilité mentionnés à l’article LO.141-1 [c'est-à-dire lorsqu'il détient une fonction exécutive locale, telle que maire, adjoint, président ou vice-président d'EPCI] est tenu de faire cesser cette incompatibilité en démissionnant du mandat ou de la fonction qu’il détenait antérieurement, au plus tard le trentième jour qui suit la date de la proclamation des résultats de l’élection qui l’a mis en situation d’incompatibilité ».

Ou, en cas de contestation, la date du jugement confirmant le caractère définitif de l’élection (souligné par moi).

 

« A défaut, le mandat ou la fonction acquis à la date la plus ancienne prend fin de plein droit.»

Ainsi, un maire élu député en juin 2017 doit nécessairement renoncer à sa fonction de maire. 

Repost 0
Publié par Marc Jammet - dans Elections
commenter cet article
21 juin 2017 3 21 /06 /juin /2017 10:07

Les conseils municipaux sont convoqués par décret le vendredi 30 juin 2017 afin de désigner leurs délégués et suppléants au sein du collège électoral qui sera chargé de procéder à l’élection des sénatrices et sénateurs.

 

Une circulaire ministérielle du 12 juin 2017 a pour objet de vous donner toutes instructions utiles sur la désignation des délégués des conseils municipaux et de leurs suppléants.

 

Pour rappel, ces élections auront lieu dimanche 24 septembre 2017 dans les départements classés dans l’ordre minéralogique de l’Indre-et-Loire aux Pyrénées-Orientales, de l’Essonne au Val d’Oise ainsi qu’à Paris, en Seine-et-Marne et dans les Yvelines. Outre-mer.

 

Les sénateurs des départements de Guadeloupe, de Martinique, de Mayotte, de la Réunion, de Saint-Pierre-et-Miquelon et de Nouvelle-Calédonie seront également renouvelés.

 

Six sièges de sénateurs représentant les Français établis hors de France seront également concernés.

Les sièges de la série 2 qui seraient vacants à la date de publication du décret portant convocation des collèges électoraux seront également pourvus à cette occasion.

Repost 0
9 juin 2017 5 09 /06 /juin /2017 09:06

Affiches lacérées, mises en cause personnelles, jeu trouble d'un "gratuit" subventionné par certaines collectivités territoriales, intercommunale et départementale, des candidats plus soucieux de faire voter CONTRE les autres que de convaincre ...

cette campagne finissante n'a rien à envier à ce que les citoyens rejettent de plus en plus massivement dans la politique.

 

Les grands absents de cette campagne électorale sont - une fois de plus - les citoyens, leurs aspirations, leurs besoins. Des citoyens qu'on cherche à instrumentaliser en jouant sur leurs réactions épidermiques afin de bloquer leurs réflexions.

 

Il est ainsi significatif qu'aucun candidat ni qu'aucun média local (papier ou radiophonique) n'ait pensé ni proposé organiser un vrai débat avec les citoyens intéressés sur les sujets locaux ou nationaux.

 

Je ne prendrai qu'un exemple: la dette de la ville de Mantes-la-Jolie et les emprunts "toxiques".

 

Le 22 mai dernier, la majorité du Conseil municipal a voté la sortie d'une partie de ces emprunts grâce à une subvention de l'Etat qui devrait être fixée à 6,8 millions d'euros et un versement immédiat de 5,7 millions qui sera suivi du paiement d'intérêts d'emprunts jusqu'à la clôture définitive de l'opération.

 

Derrière ces chiffres, il y a des réalités.

On nous dit qu'on n'a plus les moyens pour répondre aux besoins des Mantais mais on leur fait payer de graves fautes de la majorité municipale (plus de 15% d'un budget annuel en tout) par le biais de nos impôts "nationaux" (sur le revenu, TVA ...) et "locaux" (plus de 30% d'augmentation en 2009 et 2010) au profit d'une banque qui elle sera pratiquement (hormis 2 millions) intégralement indemnisée.

 

Concrètement, cela représente plus de 20 années de cantine gratuite pour tous les enfants la fréquentant actuellement ( ce que paient les parents actuellement).

 

Pourquoi aucun candidat n'a-t-il abordé le sujet (un seul élu, Joël Mariojouls, a récemment abordé ce sujet) ni pris position? 

Un VRAI débat portant sur les responsabilités des banques mais aussi des uns et des autres aurait pourtant été de nature à donner du sens à la citoyenneté dont chacun se réclame tout en refusant de la mettre en place.

 

Au lieu de cela, ceux qui se réclament d'un "tsunami" politique sont ceux qui emploient pratiquement les mêmes ingrédients qui ont conduit à la tragédie politique à Mantes-la-Ville en 2014:

- une abstention record faite de dégoût et d'incompréhension

- la montée d'un parti raciste qui n'aura même eu besoin de faire campagne pour l'emporter?

 

* Vous trouverez ci-dessous deux articles s'y rapportant ... il y a quelques années.

 

Repost 0
8 juin 2017 4 08 /06 /juin /2017 08:32

L'article a été publié le mercredi 24 mai dernier (voir ci-dessous)

La gazette des Yvelines. Législatives. Nous ne soutenons aucun candidat
Repost 0
5 juin 2017 1 05 /06 /juin /2017 11:03

Élections législatives : les professions de foi à portée de clic

mercredi 31 mai 2017[]

Le ministère de l’Intérieur expérimente à nouveau (après les dernière élections départementales et régionales) la mise en ligne des professions de foi des candidats aux élections législatives des 11 et 18 juin 2017.

Les électeurs, toujours plus connectés, pourront consulter une partie de la propagande électorale via internet.

Les professions de foi des candidats de la Polynésie française sont d’ores et déjà disponibles sur le site programme-candidats.gouv.fr. Les autres seront mises en ligne à partir du lundi 5 juin.

Si les professions de foi seront en partie accessibles en ligne, il s’agira simplement d’un moyen d’information supplémentaire. En effet, le code électoral prévoit toujours l’envoi de la propagande à domicile par voie postale. Les documents, consultables sur le site programme-candidats.gouv.fr, sont la version numérique des documents imprimés, validés par la commission de propagande électorale.

Si ce dispositif illustre la volonté du ministère de l’Intérieur de moderniser le processus électoral, les candidats ne sont toutefois pas obligés d’y avoir recours. Ces derniers feront part de leur choix au plus tard à la date limite de dépôt de propagande électorale, fixée par arrêté préfectoral. S’ils donnent leur accord, ils seront invités à fournir à la préfecture leur profession de foi sous format numérique. Les services de l’État se chargeront alors de la mettre en ligne sur la plateforme.

De même, si le ministère incite fortement les candidats à produire des documents accessibles au plus grand nombre, notamment lisibles par les logiciels courants de lecture d’écran, il revient aux candidats de veiller à ces caractéristiques. Un document d’information ainsi qu’un mode d’emploi leurs sont fournis lors du dépôt de leur candidature.

Cette mise en ligne est également une opportunité pour le candidat d’atteindre un public plus important, notamment les jeunes, qui ont des habitudes de consommation numérique de l’information. Elle permet également de toucher les personnes handicapées, en rendant le document accessible.

Faciliter la consultation des professions de foi des candidats devrait enfin permettre d’impliquer davantage les électeurs. Ces derniers pourront non seulement prendre connaissance des professions de foi des candidats de leur circonscription, mais aussi de toute autre qui pourrait les intéresser.

Repost 0
Publié par Marc Jammet - dans Elections
commenter cet article
1 juin 2017 4 01 /06 /juin /2017 08:12

Je me permets de vous donner à voir le dernier numéro en date de la publication locale des communistes de Mantes-la-Jolie qui sera distribuée dans les lieux publics et dans les boîtes aux lettres du canton.

 

Au menu:

 

Notre dossier (pages 1, 2 et 3). L'Europe barbelés NON. Solidarité internationale OUI.

 

L'édito d'Armelle Hervé (page 1). Combattre vraiment l'extrême-droite

 

Les brèves (pages 2 et 3). Front populaire interdit de séjour à Rosny-sur-Seine, Place ouverte mais amende ferme et cachez-moi ces pauvres à Mantes-la-Ville, la GPS&O aime recevoir, 5 millions de demandeurs d'emplois, malades mentaux armés aux USA, trois fois plus de milliardaires en France, la commande publique en baisse due principalement aux collectivités territoriales, la maire de Calais a tenté d'interdire l'aide aux migrants, la commission européenne n'aime pas le logement social.

 

Contre la fermeture du bureau de Poste à Mantes-la-Ville (page 4)

 

Eric Roulot, candidat du PCF? Nous ne sommes pas engagés (page 4)

 

Marché du Val-Fourré. 750.000 euros perdus pour les Mantais (billet de Marc Jammet, page 4)

Cliquez ci-dessus pour retrouver le fichier en pdf

L'Opinion des communistes (Numéro 77)
L'Opinion des communistes (Numéro 77)
L'Opinion des communistes (Numéro 77)
L'Opinion des communistes (Numéro 77)
Repost 0
28 avril 2017 5 28 /04 /avril /2017 08:07

Madame, Monsieur,

 

Je vous prie de bien vouloir trouver, ci-dessous et en pièces jointes, la déclaration des communistes de la section de Mantes-la-Jolie au lendemain du premier tour de l'élection présidentielle.

 

Il sera notamment disponible sur les deux points de vente du Muguet des communistes lundi 1° mai au matin Centre commercial principal du Val-Fourré (devant le café "Chez Michel") et centre commercial de la ZAC Henri IV.

 

Election présidentielle. Deuxième tour.

 

Pas une voix pour

 

le Front national !

 

 

Le 23 avril dernier, pour la deuxième fois depuis 2002, le Front national a profité de la Constitution qui n’autorise que deux candidats à rester en lice pour le deuxième tour.

 

 

Cette « qualification » annoncée (voire « espérée » par les soutiens du capitalisme) depuis des mois ne doit pas nous faire oublier le danger constitué par ce parti et qui ne doit surtout pas être banalisé.

 

POUR LE DEUXIEME TOUR, PAS UNE VOIX

D’UN DES CANDIDATS déclarés A GAUCHE AU PREMIER TOUR

NE DOIT SE PORTER SUR LE FRONT NATIONAL.

 

Communistes, depuis toujours, nous faisons partie des adversaires les plus résolus de l’extrême-droite.

Nous ferons tout pour l’empêcher d’accéder au pouvoir que ce soit dans quelques jours ou dans les prochaines années.

 

Car cette montée de l’extrême-droite ne doit rien au hasard.

 

Elle a été préparée par une stratégie visant à toujours mettre en place la même politique antisociale que ce soit par la droite ou par « la gauche » comme l’a démontré le quinquennat de François Hollande.

 

Et c’est dans cette logique que la candidature Emmanuel Macron du « ni droite ni gauche » a été construite avec l’appui à peine masqué du MEDEF mais aussi de François Hollande et de son ministre du « 49-3 », Manuel Valls.

 

Une candidature qui, pour eux, a l’énorme avantage de tenter « de faire avaler » aux citoyens la construction européenne, la baisse généralisée des salaires, la « loi Travail » et la mise en concurrence des salariés entre eux …

 

C’est cette politique qui fait quotidiennement le lit du Front national en accumulant les rancœurs et en masquant les repères politiques.

 

L’histoire nous a déjà montré que le capitalisme n’hésite pas à avoir recours au fascisme lorsqu’il en éprouve le besoin.

 

COMBATTRE TOUS LES JOURS LES IDEES DU FRONT NATIONAL,

PAS UNE FOIS TOUS LES 5 ANS !

 

Hurler « tous pourris » ou « qu’ils dégagent tous ! » ne fera jamais un projet progressiste pour changer la société.

 

Communistes, nous luttons pour une augmentation significative des salaires, des retraites, des minimas sociaux.

Nous agissons pour la préservation et le développement des services publics (dont le parti de la milliardaire Le Pen approuve localement la casse comme La Poste à Mantes-la-Ville).

 

Nous nous opposons à la construction européenne actuelle, non pas « parce que la France serait agressée par les autres pays », mais parce que cette Europe veut éloigner le pouvoir des populations, empêcher toute perspective politique progressiste au seul profit des multinationales.

 

Face aux gouvernants, face aux patrons, nous tendons la main aux salariés français ou étrangers : mêmes patrons, mêmes combats !

 

Bien loin de promouvoir l’égoïsme et le repliement sur soi, nous nous prononçons pour une politique de paix, la construction de coopérations mutuellement avantageuses entre pays (européens ou non), contre la spéculation internationale qui place hors de portée d’une majorité des populations le simple droit de se nourrir, pour la construction de liens de solidarité avec les migrants chassés de leurs pays par la famine et la guerre …

 

Ce projet progressiste ne pourra dépendre que d’un développement des luttes dans les entreprises qui construira un nouveau rapport de forces entre l’immense majorité des salariés d’un côté, le patronat, la droite et son extrême de l’autre.

 

C’est ce pour quoi les communistes agissent aujourd’hui et agiront demain.

 

Et ils vous invitent à les rejoindre dans ce combat en utilisant le bulletin d’adhésion ci-dessous.

Election présidentielle. Deuxième tour. Pas une voix pour  le Front national !
Election présidentielle. Deuxième tour. Pas une voix pour  le Front national !

Cliquez ici pour retrouver le fichier en pdf

Election présidentielle. Deuxième tour. Pas une voix pour  le Front national !
Election présidentielle. Deuxième tour. Pas une voix pour  le Front national !
Repost 0

Présentation

  • : Le blog de Marc Jammet, conseiller municipal PCF de Mantes la Jolie
  • Le blog de Marc Jammet, conseiller municipal PCF de Mantes la Jolie
  • : L'actualité municipale, un autre écho aussi des idées et des actions menées
  • Contact

  • Marc Jammet

Rechercher