Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 mars 2017 4 16 /03 /mars /2017 08:36

Maximilien LUCE.

 

16 œuvres ont été acquises par le musée Maximilien Luce, deux autres œuvres ont été offerte à la ville par la famille. Elles viendront enrichir la collection de ce musée.

 

Cliquez ici pour retrouver la lettre d'informations municipales (en PDF)

Repost 0
18 août 2015 2 18 /08 /août /2015 06:34

Le célèbre compositeur et militant communiste grec Mikis Theodorakis a fêté ses 90 ans le 29 juillet 2015. Nous reprenons le compte-rendu de l’hommage que lui a rendu le KKE, en sa présence, le 3 juin dernier. Traduction MlN pour Solidarité internationale PCF.

 

Le comité central du Parti communiste grec (KKE) a rendu hommage le soir du 3 juin 2015 au grand compositeur grec Mikis Theodorakis pour ses 90 ans. L’événement s’est tenu au théâtre Petras dans la commune de Petroupoli dans la banlieue ouest d’Athènes.

 

Le secrétaire général du CC, Dimitris Koutsoumbas, a pris la parole au nom du KKE. Le compositeur assistait lui-même à l’événement et a adressé un message de salutation.

“Mikis a apporté une énorme contribution à la culture du peuple.”

 

Dans son discours, Dimitris Koutsoumbas a souligné, entre autres, combien les chansons de M. Theodorakis avaient touché tous les peuples opprimés et persécutés dans le monde entier.

« Le génie musical de Mikis Theodorakis a contribué de manière décisive à la renaissance culturelle de la Grèce de l’après-guerre.

Sa contribution culturelle est toujours restée ancrée dans les luttes et préoccupations de notre peuple (…) ses mélodies et chansons inspirées des plus importants poètes grecs.

Dans les temps difficiles, les périodes de luttes rudes contre le fascisme, le capitalisme, les guerres et interventions impérialistes, les coups d’Etat militaires.

Dans les périodes du soulèvement héroïque, de la floraison des idéaux révolutionnaires, comme dans les périodes de défaite, de persécutions, d’exécutions, de mesures antidémocratiques, de renoncement, de sacrifices et d’héroïsme sans limite des enfants de notre peuple dans leur combat pour un avenir meilleur, pour le socialisme et le communisme, pour une société débarrassée de l’exploitation de l’homme par l’homme. »

 

D. Koutsoumbas est revenu de façon détaillée sur l’activité culturelle et politique du grand compositeur, relevant qu’il a apporté récemment son soutien à la manifestation du KKE, place Syntigma, pour l’abrogation de tous les mémorandums et leurs lois de transposition tournés contre les travailleurs, suivant la proposition de loi déposée par le KKE que le gouvernement SYRIZA-ANEL refuse de mettre en discussion au Parlement.

Il a conclu par ces mots : « nous célébrons aujourd’hui 90 années de création culturelle de notre peuple, auxquelles Mikis a apporté une contribution énorme, et également sa participation aux luttes historiques de notre peuple. »

 

M. Theodorakis: « Mon “curriculum vitae” est empli des luttes que j’ai menées dans les rangs du KKE ».

 

Mikis Theodorakis a pris la parole aussitôt après le secrétaire général du KKE :

« Camarade Dimitris Koutsoumbas, camarades,

Je remercie le secrétaire général ainsi que le Comité central du KKE pour le grand honneur et la joie qu’ils me donnent.

Je suis très ému d’être devant vous aujourd’hui parce que j’ai vécu les années les plus intenses et les plus belles de ma vie dans les rangs du KKE.

La Résistance nationale, la Guerre civile, les persécutions qui suivirent la défaite de l’Armée démocratique, l’illégalité totale lors de la lutte armée en 1944 dans les rues d’Athènes, noyée dans le sang, la tentative de renaissance avec la Gauche démocratique unie (EDA) et la Jeunesse démocratique Lambrakis [du nom du « Z » du célèbre film – NdT].

L’activité illégale lors de la mise en place du Front patriotique, dix jours après la prise du pouvoir par la junte.

Ensuite comme candidat du KKE aux élections municipales à Athènes et enfin avec mon élection comme député du Parti de 1981 à 1985.

 

Comme vous voyez, mon “Curriculum vitae” est empli des luttes que j’ai menées depuis les rangs du KKE, luttes qui étaient couplées avec mes compositions musicales de cette période, dont les œuvres les plus importantes : « Romiosini » et les « Quartiers du monde », toutes deux sur des poèmes de Yannis Ritsos et la seconde dédiée à mon cher camarade Harilaos Florakis.

 

Notre grande amitié, qui a commencé en prison, est restée forte et intacte jusqu’aux derniers jours de sa vie.

Quand j’étais député, il avait voulu que mon bureau soit installé au 6ème étage de l’immeuble de Perissos, en face du sien.

Nous sommes tous les deux sortis, vous voyez, de la fournaise de la Résistance nationale et de la Guerre civile, avant que, dans la période de la Junte, on nous menotte ensemble, main contre main, pour différents transferts de prisons en hôpitaux.

Cela nous a liés à jamais.

 

C’était un communiste loyal et un grand dirigeant, ouvert, sérieux, sage, à l’esprit trempé.

Il me manque et je crois qu’il nous manque à tous.

Maintenant j’ai l’impression qu’il est présent parmi nous dans cette grande rencontre et cela me remplit d’émotion.

Pour cela, en conclusion de ce message de remerciements, permettez-moi de dédier l’événement d’aujourd’hui à Harilaos Florakis, figure de vrai communiste et de vous remercier à nouveau pour l’honneur que vous me faites et qui représente, dans un sens, la justification de toute une vie ».

 

Un moment unique.  

 

Ce fut un moment unique et particulièrement émouvant de la soirée quand Dimitri Koutsoumbas, au nom du Comité central du KKE, remit à Mikis Theodorakis une copie sortie des archives du parti du message de Noël que Mikis écrivit en décembre 1969 quand il était interné à la prison d’Oropos.

 

Un grand concert s’est déroulé ensuite avec plus de 30 chansons connues de M. Theodorakis, jouées par des musiciens réputés.

 

La vidéo du concert en lien:

 

Concert – Partie un

Concert – Partie deux

 

 

Repost 0
Publié par Marc Jammet - dans international Culture
commenter cet article
9 avril 2015 4 09 /04 /avril /2015 14:22

Les 60 plus belles oeuvres de street art en 2014

 

Juste quelques unes comme ça en passant mais ça vaut le coup d'oeil. Et c'est ici Les 60 plus belles oeuvres de street art

Les 60 plus belles oeuvres de street art en 2014
Les 60 plus belles oeuvres de street art en 2014
Les 60 plus belles oeuvres de street art en 2014
Les 60 plus belles oeuvres de street art en 2014
Les 60 plus belles oeuvres de street art en 2014
Les 60 plus belles oeuvres de street art en 2014
Repost 0
Publié par Marc Jammet - dans Culture
commenter cet article
4 février 2015 3 04 /02 /février /2015 11:06

Palestine. "Une vie en moins" le clip de Zebda

 

Un beau clip contre la colonisation dont certains ont voulu interdire la diffusion sur Arte.

A écouter, tout simplement.

https://www.youtube.com/watch?v=fDGR_1gYFtM&feature=youtu.be

Repost 0
Publié par Marc Jammet - dans international Culture
commenter cet article
3 février 2015 2 03 /02 /février /2015 10:35

Quand Hitchcock monte un film sur la libération d'Auschwitz par les Soviétiques ... censuré pour cause de Guerre froide

 

Article AC pour http://www.solidarite-internationale-pcf.fr/

 

Un document exceptionnel, sur l'horreur des camps de la mort nazis. Et pourtant il faut attendre 2015 pour le voir exhumer, 70 ans après son montage par un certain Alfred Hitchcock. Un film victime de la censure « démocratique » de la Grande-Bretagne.

 

La commémoration des 70 ans de la libération du camp d'Auschwitz par les troupes soviétiques est l'occasion de remémorer l'horreur absolue, surtout de comprendre comment le racisme, le fascisme, peuvent s'imposer dans les pays dits avancés pour justifier l'extermination en masse.

 

En ce début d'année, la presse internationale salue le projet « Night will fall » (La nuit tombera), un film britannique inédit de 1945 sur la réalité de la libération de 11 camps de concentration. Un travail exhumé par l'Imperial war museum, chaperonné par le groupe médiatique américain HBO.

 

L'histoire remonte au printemps 1945 : le gouvernement britannique commissionne le magnat médiatique Sidney Bernstein, qui travaillait pour le Ministère de l'Information, pour réaliser un film intitulé « Enquête factuelle sur les Camps de concentration allemands ».

 

Bernstein sollicite alors l'aide de deux personnages pour monter les films réalisés par les équipes sur place après la découverte de Bergen-Belsen par les Britanniques, Buchenwald par les Américains ou Auschwitz par les Soviétiques, en tout 11 camps sont intégrés à cette « enquête filmique ».

 

Le premier était le futur Ministre travailliste – anti-communiste – Richard Crossman chargé du script du film. Le second est un certain Alfred Hitchcock, qui débarque d'Hollywood pour aider au montage des rushs accumulés.

 

Hitchcock aurait été horrifié par les images confiant aux commanditaires que cela « lui donnait la nausée » et ne désirait pas aller plus loin, en voir plus : les corps émaciés de survivants cadavériques voisinant les ossements, les piles de dents, de lunettes, de cheveux.

 

Il a néanmoins donné des conseils décisifs au réalisateur : la multiplication des plans fixes pour marquer les consciences mais surtout l'usage didactique de cartes et de plans englobant la campagne environnante, pour situer historiquement les camps et ne pas rester dans l'émotion.

 

Le projet était quasiment abouti au printemps 1945. Les images ont même été utilisées au Tribunal de Nuremberg et à Lüneburg pour identifier, juger et condamner des commandants de camp comme le terrifiant Josef Kramer, dit la « Bête de Belsen ».

 

5 bobines achevées, et 100 bobines compilant des séquences filmées ont pourtant croupi dans les archives britanniques 70 années durant, empêchant ce qui est considéré comme un chef d’œuvre de sortir et connaître le sort d'un Nuit et Brouillard par exemple. Pourquoi un tel gâchis ?

 

En s'appuyant sur un mémorandum du Foreign office signifiant notamment que « diffuser un film sur ces atrocités n'étaient pas une bonne idée », les historiens pointent le changement de contexte au cours de l'année 1945 et l'installation d'une logique de Guerre froide anti-communiste.

 

Pour les Britanniques, il devenait dangereux de montrer les Soviétiques comme force de libération, alliée des anglo-américains, et surtout d'accabler l'Allemagne qu'il s'agit de relever – y compris dans son appareil militaire – pour construire une Europe occidentale unie face au monde communiste.

 

Les bobines de Hithcock sont donc remisées dans les cartons. Elles ressortiront sous une forme très incomplète au Festival du film de Berlin en 1984. Avant de connaître une seconde vie en 2015. Il était temps.

 

Repost 0
27 février 2014 4 27 /02 /février /2014 10:44

C'est bien volontiers que je reprends, ci-dessous, le communiqué de Gérard-André contre la suppression de la caisse chômage des intermittents.

Ainsi que son appel à voter NON au sondage démagogique que réalise le journal LE POINT pour appuyer cette attaque. (Suivez son lien et votez NON)

 

« Quand les blés sont sous la grêle  fou qui fait le délicat, fou qui songe à ses querelles au cœur du commun combat » Louis Aragon

Communiqué de Gérard-André, qu’il est possible de faire suivre très vite  aux amis et aux amis des amis.

 

Madame, Monsieur, Amis de La Closerie

Bonjour,

J’exprime une vive protestation contre la volonté de supprimer la caisse chômage des artistes, des techniciens du spectacle….

Dans le cadre de la renégociation de la convention de l’assurance chômage, et dans un contexte de sous-emploi de masse dans de nombreux secteurs de l’économie, le MEDEF (organisme patronal) veut vraiment abattre  le régime et la caisse chômage des artistes et des techniciens, désignés sous le nom intermittent. Et une fois de plus on cherche à diviser les gens…

Les artistes, qui survivent souvent difficilement,  ne peuvent être tenus  pour responsables du déficit de l'assurance chômage.

Le  MEDEF serait plus inspiré (il en a les moyens) de réduire le chômage. Casse de l’emploi permanent, recours à des CDD de plus en plus courts, intérim et recours abusif à de nombreux stagiaires…. Il s’agit là des véritables causes du déficit de l'assurance chômage, contrairement à ce qu’on veut nous faire croire.

DIVISER, c’est régner. C’est un scandale ! (Des milliards partout et des patrons qui s’auto licencient avec des parachutes dorés…)

Le journal Le Point effectue un sondage dégueulasse et démagogique « pour ou contre la proposition du Medef de supprimer la caisse chômage (régime des intermittents) » *.   

Merci de votre soutien car il y va de la survie des artistes et de la création.  

Gérard-André (artiste, compositeur, interprète, auteur)

*Pour voter, il suffit de cliquer sur le lien et de cocher "non". Ça prend 2 secondes!

Mettez la main sur le lien ci-dessous  et hop ! Mettons les choses au point !!!

http://www.lepoint.fr/sondages-oui-non/etes-vous-favorable-a-la-proposition-du-medef-d-en-finir-avec-le-regime-des-intermittents-du-spectacle-16-02-2014-1792218_1923.php

 

Repost 0
Publié par Marc Jammet - dans salaires Culture
commenter cet article
29 décembre 2013 7 29 /12 /décembre /2013 15:11

La dernière "sortie" du ministre de l'Intérieur concernant les spectacles de Dieudonné me laisse un goût amer.

Non pas que je ne condamne pas l'antisémitisme véhiculé par ce dernier mais parce qu'elle ressemble trop à une opération de "nettoyage de cuisses" ("s'en sortir avec les cuisses propres") après les propos du même munistre sur les Roms.

De surcroît, interdire un spectacle n'est pas anodin, c'est aussi le condamner avant même que le délit ne soit constitué.

En droit français, c'est pour le moins limite.

Il y a pourtant une bonne solution: c'est l'application de la loi, toute la loi, rien que la loi et, en la matière, elle existe sous le nom de loi Gayssot.

Quand Manuel Valls se permet de déclarer que la grande majorité des Roms en France n'a aucune volonté de s'intégrer ni de respecter la loi, c'est à l'évidence un délit qui tombe sous le coup de la loi puisqu'il désigne à la vindicte une communauté entière du seul fait de son existence. Faut-il lui interdire toute prise de parole? Je pense, quant à moi, qu'il devrait être poursuivi pour cela et répondre de ses propos.

Quand Dieudonné se libre à ses provocations habituelles, communautaristes, antisémites et racistes, il doit en répondre systématiquement devant la justice française.

Quand Le Pen (père ou fille) insultent à longueur de meeting, appellent à la haine de l'autre, la loi doit passer là aussi systématiquement. 

Avec une notion, pourtant peu utilisée en la matière mais constitutive du droit français, qui est la récidive.

La récidive est une notion aggravante en droit français. C'est à dire qu'au fur et à mesure des délits, la peine encourue par ceux-ci est aggravée: amende mais aussi peine de prison.

Pourquoi donc cette loi n'est-elle pas appliquée avec la toute la rigueur nécessaire? 

Le fait de dénoncer les propos racistes n'a-til de sens pour certains que pour s'en servir à des fins politiciennes?

Le racisme n'est pas une opinion, c'est un délit, dit la loi Gayssot.

Alors appliquons là résolument plutôt que d'ouvir une telle brèche avec une interdiction préalable qui pourrait, demain, se retourner contre d'autres.

Repost 0
Publié par Marc Jammet - dans Culture
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Marc Jammet, conseiller municipal PCF de Mantes la Jolie
  • Le blog de Marc Jammet, conseiller municipal PCF de Mantes la Jolie
  • : L'actualité municipale, un autre écho aussi des idées et des actions menées
  • Contact

  • Marc Jammet

Rechercher