Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Marc Jammet, conseiller municipal et communautaire de Mantes la Jolie

Faut-il interdire les spectacles de Dieudonné ou appliquer la loi?

29 Décembre 2013, 15:11pm

Publié par Marc Jammet

La dernière "sortie" du ministre de l'Intérieur concernant les spectacles de Dieudonné me laisse un goût amer.

Non pas que je ne condamne pas l'antisémitisme véhiculé par ce dernier mais parce qu'elle ressemble trop à une opération de "nettoyage de cuisses" ("s'en sortir avec les cuisses propres") après les propos du même munistre sur les Roms.

De surcroît, interdire un spectacle n'est pas anodin, c'est aussi le condamner avant même que le délit ne soit constitué.

En droit français, c'est pour le moins limite.

Il y a pourtant une bonne solution: c'est l'application de la loi, toute la loi, rien que la loi et, en la matière, elle existe sous le nom de loi Gayssot.

Quand Manuel Valls se permet de déclarer que la grande majorité des Roms en France n'a aucune volonté de s'intégrer ni de respecter la loi, c'est à l'évidence un délit qui tombe sous le coup de la loi puisqu'il désigne à la vindicte une communauté entière du seul fait de son existence. Faut-il lui interdire toute prise de parole? Je pense, quant à moi, qu'il devrait être poursuivi pour cela et répondre de ses propos.

Quand Dieudonné se libre à ses provocations habituelles, communautaristes, antisémites et racistes, il doit en répondre systématiquement devant la justice française.

Quand Le Pen (père ou fille) insultent à longueur de meeting, appellent à la haine de l'autre, la loi doit passer là aussi systématiquement. 

Avec une notion, pourtant peu utilisée en la matière mais constitutive du droit français, qui est la récidive.

La récidive est une notion aggravante en droit français. C'est à dire qu'au fur et à mesure des délits, la peine encourue par ceux-ci est aggravée: amende mais aussi peine de prison.

Pourquoi donc cette loi n'est-elle pas appliquée avec la toute la rigueur nécessaire? 

Le fait de dénoncer les propos racistes n'a-til de sens pour certains que pour s'en servir à des fins politiciennes?

Le racisme n'est pas une opinion, c'est un délit, dit la loi Gayssot.

Alors appliquons là résolument plutôt que d'ouvir une telle brèche avec une interdiction préalable qui pourrait, demain, se retourner contre d'autres.

Commenter cet article