Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Marc Jammet, conseiller municipal PCF de Mantes la Jolie

Electricité verte ou privée. Vous m'avez dit.

2 Août 2019, 11:19am

Publié par Marc Jammet

Commentaire laissé sur mon blog.

Les éoliennes sont une des sources majeures du dérèglement climatique:


- les pales rabattent l'air chaud des couches hautes vers le bas.

C'est le même procédé qu'utilisent les viticulteurs en cas de gel avec des hélicoptères qui volent au dessus des vignes pour réchauffer les jeunes pousses avec l'air des couches hautes qui est légèrement plus chaud.

Voir étude d'Harvard qui montre qu'avec ce seul phénomène, les éoliennes réchauffent l'atmosphère des USA cinq fois plus que le Co2.


- les éoliennes soutirent une énergie mécanique des flux d'air qui ont pour fonction d'échanger les calories entre régions chaudes et régions froides.

Ce brassage entre les masses d'air froid et les masses d'air chaudes est perturbé par les éoliennes.

Avec de plus en plus d'éoliennes sur le territoire, cela représente des gigawatts d'énergie mécanique qui ne transporteront plus des térawatts d'énergie calorifique.

L'énergie mécanique qui sert à véhiculer les courants d'air est très faible par rapport aux énergies calorifiques véhiculées par les masses d'air.

Avec les éoliennes il faut accepter que les régions froides deviennent plus froides et que les régions chaudes deviennent plus chaudes, et que les nuages chargés d'eau s'évacuent plus difficilement, c'est la mécanique des fluides qui nous le dit.

L'impact des éoliennes sur le réchauffement climatique est certainement des dizaines de fois supérieur à celui du au Co2.

On voit stagner des bulles d'air caniculaire sur des régions nordiques.

On voit également des pluies diluviennes dues à des nuages qui font du sur place dans des régions où les crêtes montagneuses sont occupées par des éoliennes.


- les hydroliennes dans le gulf stream auront un impact bien plus grand que les éoliennes, du seul fait que les masses d'eau transportent des quantités de chaleur beaucoup plus importantes que l'air, du seul fait de la densité de l'eau.

Freiner de quelques pourcents les masses d'eau du gulfstream pour soutirer de l'énergie électrique, cela aura de très grosses conséquences sur les échanges thermiques entre le sud et le nord.

Ce sera certainement la connerie à ne pas faire.


- en plus des nuisances sonores basse fréquence, des nuisances visuelles, des destructions d'oiseaux par les pales, des tonnes de béton et d'acier à recycler en fin de vie, du bilan énergétique global pas fameux si l'on calcule l'énergie consommée pour extraire les métaux et terres rares pour fabriquer et transporter les éoliennes, des problèmes de stockage de l'énergie et de la nécessité d'avoir des centrales classiques pour alimenter le réseau les jours sans vent.

Les panneaux solaires ont un impact infiniment plus faible sur le climat.

Ils soutirent des calories venant du soleil pour les transformer en énergie électrique.

Globalement se traduit par des zones plus froides, exactement comme une forêt qui absorbe l'énergie solaire pour la photosynthèse.

Ils ne perturbent pas fondamentalement les échanges thermiques des masses d'air.


- les technologies classiques de type machine à vapeur ou à sels fondus sont certainement plus faciles à fabriquer, maintenir et à recycler comparativement aux panneaux photovoltaïques actuels.


- les nuisances visuelles sont réduites par rapport aux éoliennes mais il est également nécessaire d'avoir des centrales classiques pour alimenter le réseau les jours sans soleil.

La voiture électrique est une arnaque:


- le bilan énergétique d'extraction du lithium et du cobalt pour la fabrication des batteries a un bilan énergétique désastreux sans parler du saccage écologique du aux exploitations minières.

Il faut compter 100000km équivalent carburant consommé pour le cycle d'extraction fabrication des batteries.

En dessous de 100000km, le bilan énergétique est négatif, ce qui est le cas de beaucoup de véhicules du fait de la durée de vie limitée des batteries.


- le recyclage des batteries est impossible avec les connaissances technologiques actuelles, on ne sait extraire que le cobalt des batteries usagées.

Cela va faire des millions de tonnes de batteries usagées non recyclables à stocker.


- la recharge des batteries est un processus chimique qui dépend de la température ambiante.

L'énergie restituée varie entre 10 et 30% de l'énergie consommée, batterie, onduleur et moteur compris.


- le risque d'incendie spontané.

Les cellules des batteries sont flexibles, et suite à un choc (dos d'âne, nid de poule, bordure de trottoir, dilatation thermique,....) il suffit qu'une électrode touche une autre électrode pour qu'un court circuit se produise et entraine la mise à feu de la voiture sans qu'aucun extincteur puisse arrêter l'incendie (voir Tesla...).

Cela va faire de gros dégâts dans les tunnels autoroutiers et les parkings souterrains.......


- la source d'énergie est à 75% d'origine nucléaire en France.

Cela va rajouter des milliers de tonnes de déchets radioactifs qui vont polluer les nappes phréatiques et les sols de certaines régions, sans compter le risque de type Fukushima/Tchernobyl en cas d'accident.

Il faut que les populations acceptent de boire de l'eau contaminée au tritium (que l'on ne sait pas filtrer) plus de cent fois la valeur des concentrations naturelles, ainsi que la soupe des radioéléments artificiels créés dans les centrales nucléaires.

Voir les mesures réalisées sur le tritium, plutonium, américium, etc... dans l'eau de la Loire.

La seule voiture écologique maitrisée technologiquement et durable c'est celle qui fonctionne à la biomasse. Tout le reste n'est qu'une impasse technologique avec les connaissances actuelles.


- des forêts plantées en arbres à croissance rapide comme l'eucalyptus ou des champs en plantes à très fort rendement comme certains colzas, peuvent fournir du bois, de l'huile par distillation ou du méthane par fermentation pour faire tourner les moteurs et les générateurs.

Au niveau paysage, c'est tout de même beaucoup plus sympa d'avoir des forêts à perte de vue plutôt que des éoliennes et des champs de panneaux photovoltaïques.

Cette technologie est 100% durable et recyclable et aucun risque de polluer l'environnement pendant des millénaires comme à Fukushima.

Le Co2 produit repart dans le cycle naturel de croissance des végétaux.


- aucun besoin de centrales d'appoint pour combler les trous de production, ce type de centrale peut tourner à sa puissance nominale 100% du temps.

Il faut lancer une class action pour faire payer pour arnaque en bande organisée tous ceux qui envoient la population dans le mur en racontant des fadaises.

Plus les dégats seront importants, plus les grosses sociétés se frottent les mains.

Vous avez bien compris pourquoi certaines sociétés financent plein pot les pseudo écolos.

Commenter cet article