Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Marc Jammet, conseiller municipal et communautaire de Mantes la Jolie

Le parking de l'hôpital de Mantes privatisé?

21 Avril 2013, 17:57pm

Publié par Marc Jammet

C'est un des points de l'ordre du jour du Conseil de surveillance de l'hôpital de Mantes qui se tiendra mercredi prichain.

 

Face à la suturation récurente du parking public, le Conseil de surveillance envisage de confier à un délégataire privé (Vinci?) la gestion de ce parking, obligeant ainsi patients et visiteurs à payer pour venir se faire soigner.

CIMG0036

 

Les "racines du mal" sont pourtant bien connues.

 

Depuis plusieurs années, si le parking est régulièrement saturé, il le doit au manque de places réservées pour le personnel (le parking "personnel" est sous-dimensionné), au transfert de deux services publics (CPAM et Hôtel des Impôts) sans que les places nécessaires ne soient prévues pour les usagers, au déménagement de l'école d'infirmières ou encore à l'arrêt de bus "A14" à proximité de l'hôpital.

 

La municipalité porte, en l'occurence, la plus grosse part de responsabilité. 

 

En n'exigeant rien alors que son propre plan local d'urbanisme prévoit un rapport logements/places de stationnement, elle a engendré cette situation.

 

Plutôt que de remédier au mal et d'engager les actions nécessaires pour cela, elle s'apprête de fait (Madame Dumoulin, Première maire-adjoint est aussi Présidente du Conseil de surveillance de l'Hôpital) à pénaliser une nouvelle fois les patients et les Mantais.

 

En outre, on ne pourra que remarquer la fuite en avant financière

- au profit du privé -

depuis la fermeture de la cardiologie interventionnelle. 

 

Celle-ci - comme l'avait annoncé le comité Coeur.Hôpital.Mantes - va entraîner la fermeture de l'Unité de Soins Intensifs Cardiologiques (USIC) prévue dans le projet de partenariat public/privé avec FINEVE, la privatisation de la plus grosse partie du service de cardiologie et la privatisation partielle des soins de suite.

 

Plusieurs élus sont membres du Conseil de surveillance de l'Hôpital: Didier Jouy - UMP, conseiller général, Monique Brochot - PS - Maire de Mantes la Ville, Samuel Boureille - UMP, maire de Follainville-Dennemont et Vice-président de la CAMY, Cécile Dumoulin- UMP, Première maire-adjointe de Mantes la Jolie, Abbi El Arbi - UMP, conseiller municipal de Mantes la Jolie.

 

Vont-ils approuver cette nouvelle privatisation annoncée?

 

Pour ce qui me concerne, j'ai déposé - aujourd'hui - une question orale que j'ai demandé au maire d'inscrire à l'ordre du jour du conseil municipal de demain.

 

Cliquez ici pour retrouver le fichier.

Commenter cet article
A
Rendre le parking de l'hôpital payant me scandalise, encore à nous patients et familles de mettre la main à la pôche en plus des impôts y contribuant car cet hôpital nous l'avons payé et quelle<br /> incommodité à l'usage : l'arrêt de bus est à une petite distance par une esplanade ouverte à tous vents et dont les dalles sont disjointes ; le parking, au sous-sol et à ciel ouvert, est desservi<br /> par 3 escaliers à l'air libre de caillebotis en fer (glissantes, les marches sont branlantes) ; un petit ascenseur a été rajouté mais ou pris d'assaut ou en panne, ses abords ont encombrés par des<br /> véhicules car tous cherchent l'emplacement le plus proche, le moins fatigant car faut-il le rappeler qui dit hôpital dit malades, blessés, familles, personnel soignant...tous veulent économiser<br /> leurs pas ; à proximité toujours un portillon permet l'accès aux piétons vers l'entrée des urgences encore une petite distance à couvrir (ce n'est rien mais beaucoup pour la clientèle d'un CHR), à<br /> mentionner tout éloignée au fond du parking invisible, pas signalée, sale et ignorée de tous une rampe d'accès piéton, encore aux malades, handicapés de faire le plus d'effort. Dans le respect de<br /> la charte du malade que l'administration de cet hôpital a établi je vous demande de prendre en compte tout l'inconfort supporté par vos usagers sans avoir à y rajouter des contraintes et pénalités<br /> financières et de chercher des solutions ailleurs que sur le dos des malades. A. CAUVIN
Répondre