Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Marc Jammet, conseiller municipal et communautaire de Mantes la Jolie

Le Parisien. Vallée de la Seine : attention, vos impôts vont augmenter !

15 Mars 2022, 07:21am

Publié par Marc Jammet

Pour les 400 000 habitants de la vallée de la Seine, la taxe foncière va être modifiée dès cette année. Les propriétaires paieront en moyenne 250 euros de plus.

En plus du renchérissement des prix de l’essence, du gaz et d’autres produits de première nécessité, une partie des 400 000 habitants de la vallée de la Seine devront bientôt faire avec une hausse de leurs impôts locaux. La communauté urbaine GPS&O* vient de décider d’augmenter la taxe foncière. Cette augmentation -il s’agit plus précisément de l’instauration d’un taux de taxe foncière sur les propriétés bâties- sera effective sur l’avis à payer que vous recevrez dans vos boîtes aux lettres à la rentrée prochaine.

La taxe foncière n’étant réglée que par les propriétaires, il n’y aura aucun changement pour vous si vous êtes locataire. En revanche, les propriétaires de maisons ou d’appartements des 73 communes de GPS&O devront s’attendre à voir l’addition grimper. La mise en place de cette nouvelle ligne se traduira « par une hausse moyenne des impôts locaux de l’ordre de 260 euros annuels pour les maisons (sur la base d’une superficie de 120 m2) et de 210 euros pour les appartements (sur la base de 90 m2). Concernant les entreprises, la hausse sera variable en fonction du secteur d’activité. », indique-t-on à GPS&O.

« Jusqu’à 800 euros de plus par an », dénonce un élu d’opposition

Conseiller communautaire (PC) d’opposition, Marc Jammet a fait ses calculs. Selon lui, les logements neufs seront les plus touchés. « Dans certains cas, leur propriétaire pourra payer jusqu’à 800 euros de plus par an, dénonce l’élu de Mantes-la-Jolie. On paiera globalement plus cher dans les villes principales. »

L’instauration de cette nouvelle ligne fiscale devrait apporter presque 40 millions d’euros à la communauté urbaine. Et l’établissement intercommunal en avait bien besoin : « La survie de notre communauté urbaine en dépendait, assure même sa nouvelle présidente (DVD) Cécile Zammit-Popescu. Ces moyens financiers supplémentaires sont indispensables pour permettre à notre collectivité d’exercer ses missions, ses services et de déployer ses projets au bénéfice des communes et des habitants. »

La responsable, par ailleurs maire de Meulan, avance plusieurs explications à cette situation comme la « baisse continue des dotations de l’État, une diminution très importante des recettes liées à la fiscalité économique, une inflation des normes et des réglementations… »

Certains maires refusent que leurs habitants paient les pots cassés

Elle en oublie une : la gestion hasardeuse de la « CU » ces dernières années. Dans un rapport récent, les juges de la chambre régionale des comptes pointaient « la prise en compte de recettes non certaines (qui) a abouti à dissimuler un déficit de clôture qui s’est rapproché en 2019 des seuils (…) au-delà desquels le préfet saisit la chambre régionale des comptes afin qu’elle propose les mesures nécessaires au rétablissement de l’équilibre budgétaire ». En clair, l’immense communauté urbaine a failli être placée sous tutelle de la préfecture en raison de sa mauvaise gestion.

De quoi susciter la grogne de certains maires qui refusent que leurs habitants en paient les pots cassés. Certains d’entre eux se sont opposés à cette nouvelle ligne et vont le faire savoir au préfet. « On veut bien comprendre les difficultés mais les temps sont difficiles, ce n’est pas le moment, s’irrite Jocelyne Reynaud-Léger, maire (SE) de Vert. Nous aurions très bien pu nous éviter cette hausse en repoussant certains projets et en décalant les investissements. »

Commenter cet article