Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Marc Jammet, conseiller municipal PCF de Mantes la Jolie

Au 1er janvier 2019, la France comptait 36,6 millions de logements... dont 8% vacants

10 Janvier 2020, 12:52pm

Publié par Marc Jammet

82% de résidences principales, 10% de résidences secondaires ou logements occasionnels et 8% de logements vacants.

56% d'habitat individuel.

58% de propriétaires.

Voici quelques chiffres extraits de la dernière enquête logement de l'Insee, qui trace un certain nombre d'évolutions intéressantes.

En décembre, le Commissariat général au développement durable (CGDD) publiait les chiffres du parc locatif social au 1er janvier 2019 (voir notre article ci-dessous du 13 décembre 2019).

Ce fut ensuite au tour de l'Insee de présenter, dans une approche plus large, les chiffres de l'ensemble du parc de logements à la même date.

Au 1er janvier 2019, la France comptait ainsi 36,61 millions de logements.

Un chiffre en hausse de 0,8% par rapport à l'année précédente, mais de près de 50% (47,85%) par rapport à 1984, soit 11 millions de logements supplémentaires en 35 ans.

La progression enregistrée en 2018 est légèrement inférieure à la moyenne annuelle des 35 dernières années, qui se situe à 1,1%.

Ce chiffre recouvre une différence marquée entre la métropole (+1,1% sur la période) et les départements d'outre-mer hors Mayotte (+2,5%).

Trois millions de logements vacants, dont 60% dans les zones rurales ou les petites unités urbaines

Au-delà du chiffre d'ensemble, l'Insee livre aussi de nombreuses informations sur la composition du parc.

Celui-ci compte ainsi 82% de résidences principales, 10% de résidences secondaires ou logements occasionnels et 8% de logements vacants.

Même si une partie de ces derniers correspond à des vacances temporaires dues à la rotation du parc, ce taux représente tout de même 2,9 millions de logements.

Environ 60% de ces logements vacants sont concentrés dans les communes rurales ou dans les petites unités urbaines.

En outre, depuis 1984, les logements vacants ont progressé en moyenne plus rapidement (+1,3%) que l'ensemble du parc (+1,1%).

Une situation "terrible" expliquait, en juin 2018, Julien Denormandie, le ministre de la Ville et du Logement, qui "pourrit le secteur du logement aujourd'hui"... (voir notre article ci-dessous du 28 juin 2018).

Le problème, c'est que ce dernier a encore aggravé la situation. Dernier exemple local en date, sa visite à Mantes-la-Jolie, main dans la main avec Pierre Bédier et le maire de Mantes-la-Jolie alors qu'en six mois, il n'a toujours pas trouvé le temps de répondre aux courriers des locataires de la résidence de La Croix-Ferrée menacés par … Pierre Bédier (qui vient de reprendre la direction des "Résidences Yvelines-Essonne) et du maire de Mantes-la-Jolie (qui vient de démissionner de ce poste) … d'être chassés de leur résidence parce jugés "trop pauvres" ! (NDLA)

Pour la suite, voir en lien ci-dessous

Commenter cet article