Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Marc Jammet, conseiller municipal PCF de Mantes la Jolie

ILS OSENT TOUT. Viré pour avoir refusé de travailler "à l'oeil" ?

15 Mars 2019, 09:13am

Publié par Marc Jammet

Petite chronique locale d'une permanence syndicale

Salarié dans une entreprise du BTP, il est rémunéré pour 39 heures travaillées chaque semaine selon son contrat de travail.

Mais le chef de chantier a une conception bien particulière des heures travaillées ...

Afin de ne "pas perdre le temps précieux " (du patron), il exige des salariés qu'ils se présentent tous les matins 60 minutes avant leur heure d'embauche pour charger et décharger les camions.

Devant le refus du salarié, le chef de chantier irascible bouscule ce dernier et lui ordonne de quitter son lieu de travail.

Sauf que … c'est, bien entendu, illégal.

Après un passage à la permanence juridique de la CGT, le salarié se présente auprès du chef de chantier accompagné d'un témoin et lui demande s'il l'autorise ou non à poursuivre son travail (après le chargement-déchargement des camions).

Réponse positive du chef de chantier (qui a vite compris qu'un refus entraînerait sa responsabilité pleine et entière).

Le salarié envoie également une lettre recommandée avec accusé de réception à la direction de l'entreprise pour dénoncer les pratiques dont il a été victime.

Il prend également contact avec la DIRECCTE (inspecteur du travail) et lui adresse copie du courrier.

La direction a, depuis, convoqué le salarié pour … l'assurer qu'il n'a jamais été question de le faire travailler gratuitement.

La journée non-effectuée du salarié par la décision du chef de chantier lui a été payée et un nouveau contrat de travail reprécisant les horaires de travail lui a été proposé. 

La lutte des classes?

Qu'on y croit ou pas, elle s'exerce quotidiennement.

Et quand les salariés ne mènent pas cette lutte, ce sont les patrons qui la gagnent !

Commenter cet article