Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Marc Jammet, conseiller municipal PCF de Mantes la Jolie

Futurs mariés « SENS COMMUN » assurera leur « formation »

5 Avril 2018, 07:25am

Publié par Marc Jammet

En prétextant une « préparation au mariage civil », c’est un véritable soutien municipal à « Sens commun » qu’a voté la majorité.

Cap Mariages est en effet liée à l’association de droite extrême Sens commun.

 

Ce qui est grave, c’est que, notamment,  le maire invitera lui-même les couples qui demandent le mariage aux réunions organisées par l’association et permettra à l’association d’accueillir les couples en son nom .

 

La droite viole les principes de la neutralité du service public, la laïcité et donne à cette association (très marquée à droite) un statut officiel qu’elle ne doit pas détenir.

 

 

28 janvier 2016. Etats généraux à Marc-en-Baroeul. "Antoine d’Audiffret, spécialiste du mariage civil et membre de CAP MARIAGE … ont pu revenir sur trois années d’une politique familiale désastreuse imposée par le gouvernement et présenter les propositions de SENS COMMUN, audacieuses et efficaces"

Vous trouverez également, ci-dessous, mon intervention qui a visiblement fâché le maire au point que, par deux fois, il a tenté de me couper la parole avant de ... me couper le micro ... à la fin de mon intervention (mais le "mal" était fait non?).

Vous trouverez également les votes des élus sur cette délibération.

Mantes-la-Jolie. Conseil municipal du 5 mars 2018.

Préparation au mariage civil. CAP MARIAGES.

Intervention Marc Jammet

 

 

D’abord j’ai été surpris du libellé de la délibération.

 

« Les couples candidats au mariage civil ne sont pas au fait de l’évolution législative et requièrent, pour la plupart, des informations complémentaires ».

 

Vous tenez ça d’où vous, que les couples se marient sans savoir ? Sur la base de quelle enquête ? Parce qu’ils ont vu de la lumière aux fenêtres de la mairie et qu’ils se sont dit : « tiens, on va se marier » ?

 

Alors je suis allé aujourd’hui même au bureau des assemblées pour consulter la convention proposée.

Elle n’y était pas quelques heures avant la tenue du Conseil alors que les délibérations et les documents afférents doivent être à la disposition 5 jours francs avant le conseil municipal.

Je l’ai signalé aujourd’hui et on m’a envoyé un mail – à 14h30 – m’informant que je pouvais revenir en mairie pour le consulter. Un peu tard non ? Et un peu léger je trouve.

 

Alors je me suis dit : « bon sang, si ça se trouve, tout a changé ». Alors j’ai consulté les articles 212 , 213 et 214 qui sont lus aux futurs mariés.

 

Article 212. Modifié le 4 avril 2006. IL Y A 12 ANS. « Les époux se doivent mutuellement respect, fidélité, secours, assistance ».

 

Article 213. Modifié le 5 juin 1970. IL Y A 48 ANS !, créé par la loi promulguée le 27 mars 1803 – IL Y A 215 ANS ! « Les époux assurent ensemble la direction morale et matérielle de la famille. Ils pourvoient à l’éducation des enfants et préparent leur avenir ».

 

Article 214. Modifié le 13 juillet 1965. IL Y A 53 ANS ! Créé aussi 27 mars 1803, il y a 215 ans ! « Si les conventions matrimoniales ne règlent pas la contribution des époux aux charges du mariage, ils y contribuent à proportion de leurs facultés respectives. Si l’un des deux époux ne remplit pas ses obligations, il peut y être contraint par l’autre dans les formes prévues au code de procédure civile ».

 

Rien de nouveau sous le soleil donc !

 

Alors, j’ai cherché un peu.

 

CAP MARIAGES 78, c’est une fédération, dira-t-on, de l’association CAP MARIAGES qui a déjà passé des conventions avec des municipalités. Dans les Yvelines au Chenay ou à Poissy par exemple. Ailleurs le 2° arrondissement de Lyon, le 15° arrondissement de Paris où, là, on offre un livre aux futurs mariés : le guide du mariage civil.

 

Ecrit par Antoine d’Audiffret, le président de … CAP MARIAGES.

 

Des conventions qui prévoient, entre autres, que la mairie s’engage :

 

-          A présenter aux élus et aux fonctionnaires l’action de CAP MARIAGE et son intégration dans la mission républicaine d’information sur le droit de la famille.

-          Remettre aux couples qui demandent le mariage l’invitation « motivée » du maire aux rencontres CAP MARIAGE.

-         

-          Contribuer à l’action de CAP MARIAGE (affiche, invitation, support de formation, guide du mariage civil « éventuellement préfacé par le maire »).

 

Que l’association s’engage notamment :

 

-          A accueillir les couples AU NOM DU MAIRE en présentant les services de la mairie liés au mariage.

-          A être présente lors des évènements associatifs de la mairie.

 

En gros, si nous votons cette délibération, nous donnons une légitimité toute particulière à cette association qui disposera d’informations précises AVANT la publication des bans.

 

CAP MARIAGE n’est semble-t-il pas inconnue.

 

J’a trouvé les références – et notamment de ses deux cofondateurs – Chantal et Antoine d’Audiffret dans des médias tels que La Croix, Radio Notre Dame, Témoins … et une espèce de galaxie bizarre (Familles connectées par exemple qui fait la pub du livre qu’ils ont écrit en commun « l’art de vivre en famille ».

 

J’ai trouvé dans le guide du mariage civil : la fidélité.

Je vous passe les détails annexes pour relater que selon l’auteur « elle dépasse les aspects purement sexuels ou même affectifs. Etre fidèle, c’est aussi ne pas délaisser le conjoint au profit d’un engagement trop important dans le travail, dans une action humanitaire

 

C’est vrai que je ne savais pas que c’était dans la loi !

 

Dans le Pèlerin

D’audiffret : « Parfois les jeunes s’installent dans une vie de couple ignorant les attentes de l’autre, sans connaître son passé, sa culture … »

« Si l’un des deux dit – je ne ferai jamais de repassage – pourquoi pas ? Au fond si chacun peut exprimer ses propres préférences à l’autre … »

 

Ce n’est pas de sa faute à « l’un » si les femmes aiment repasser !

Bonjour la mixité ! Et un couple c’est un homme, une femme, chacun à sa place.

 

Dans « l’art de vivre en Famille » on va trouver un chapitre pour faire obéir ses enfants !

Mais gentiment. Par exemple si un gosse a fait du mal à une autre personne, il n’est peut-être pas prêt à demander pardon tout de suite. Alors on va lui donner « un bon de pardon » qu’il présentera quand il s’en sentira capable.

 

Je ne sais pas pourquoi mais j’ai l’impression de regarder un très bon film : « la vie est un long fleuve tranquille ».

 

Et j’ai gardé le meilleur pour la fin : la participation du même Antoine d’Audiffret à des états généraux à Marc en Baroeul le 28 janvier 2016.

 

Je cite «  au cours d’une première table ronde (suivent les nombres d’un certain nombre de personnes) et Antoine d’Audiffret, spécialiste du mariage civil et membre de CAP MARIAGE … ont pu revenir sur trois années d’une politique familiale désastreuse imposée par le gouvernement et présenter les propositions de SENS COMMUN, audacieuses et efficaces » … et qui allaient débouche sur le soutien à François Fillon lors de la primaire de LR avec le succès qu’on l’on a connu.

 

Voter cette délibération, ce serait :

-          Violer la neutralité de l’Etat civil

-          Violer la laîcité

-          D’autant que le point d’accès au droit est là pour répondre aux besoins d’information.

 

Je vous demande donc, Monsieur le Maire, de retirer cette délibération.

Futurs mariés  « SENS COMMUN » assurera leur « formation »
Futurs mariés  « SENS COMMUN » assurera leur « formation »
Commenter cet article