Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Marc Jammet, conseiller municipal PCF de Mantes la Jolie

NON à la destruction des centres commerciaux OUI au commerce de proximité à Mantes-la-Jolie.

4 Septembre 2015, 07:36am

Publié par Marc Jammet

Le 6 juillet dernier, la majorité de droite du Conseil municipal a voté la destruction du centre commercial Mantes II (La Dalle du Val-Fourré). Les commerces n’y seraient reconstruits que partiellement … dans quelques années.

Le marché du Val-Fourré serait déplacé (menacé ?)

Les centres commerciaux Lavoisier et Fragonard devraient rapidement subir le même sort.

 

Si ces centres commerciaux en sont arrivés aujourd’hui à un niveau de délabrement tel qu’il faille maintenant les détruire, la responsabilité de la droite locale est écrasante.

 

En dix ans, celle-ci a consacré 470 millions d’euros pour détruire plus de 1.000 logements sociaux sans rien prévoir pour la réhabilitation et la restructuration des centres commerciaux.

 

Aujourd’hui, la majorité municipale ne prévoit rien d’autre que de préserver certains commerces en faisant financer ce projet … par de nouvelles constructions de logements.

 

PLUSIEURS CENTAINES DE LOGEMENTS CONSTRUITS AU VAL-FOURRE ?

 

C’est en tout cas ce que prévoit la majorité municipale : 250 logements sur la Dalle du Val-Fourré, 50 logements (100 en tout) en lieu et place de chacun des centres commerciaux Lavoisier et Fragonard.

350 logements aux rez-de-chaussée desquels seraient ensuite installés des commerces.

 

CE PROJET EST INACCEPTABLE.

 

Pour les communistes, ce projet est inacceptable !

 

Alors que l’on a détruit nos logements sociaux par centaines, comment pourrait-on accepter la construction de 350 nouveaux logements (privés) qui vont encore densifier le quartier du Val-Fourré tout en faisant disparaître la majorité des commerces existants (et plusieurs centaines d’emplois) ?

 

Cela alors même que les fermetures de commerce se multiplient au Centre-Ville au plus grand profit des grandes surfaces et des zones d’activité commerciales à la périphérie de notre commune ?

 

D’AUTRES SOLUTIONS SONT POSSIBLES.

 

  • L’ANRU DOIT FINANCER LA REVITALISATION DES COMMERCES MANTAIS.

 

La destruction de plus de 1.000 logements sociaux a été rendue possible car elle a été financée par l’Agence Nationale de la Rénovation Urbaine – ANRU (à laquelle ont participé la Ville pour 10%, la CAMY, le Département, la Région).

 

Au niveau national, le projet ANRU prévoyait explicitement l’aménagement des quartiers – à commencer par la rénovation et la revitalisation de l’activité commerciale.

 

POURQUOI LE PROJET DE LA DROITE LOCALE A-T-IL ETE ACCEPTE ET FINANCE ?

 

 

Les communistes réclament que l’ANRU assume maintenant ses responsabilités et finance une réelle rénovation des centres commerciaux.

 

C’est en ce sens que notre élu, Marc JAMMET, s’est adressé à Paul MARTINEZ le président de la CAMY, Pierre BEDIER le président du Conseil départemental, Jean-Paul HUCHON le président du Conseil régional, François PUPPONI le président de l’ANRU et nous ne pouvons que regretter qu’aucun de ces « décideurs » n’ait eu le courage de lui répondre depuis le 15 juin dernier !

 

  • UNE VERITABLE CONCERTATION AVEC LES PREMIERS CONCERNES : LES MANTAIS !

 

Les premiers concernés, ce sont les Mantais, les commerçants, les salariés des commerces.

Ce sont eux qui subissent à la fois la disparition progressive des commerces de proximité et l’augmentation des impôts locaux qui a découlé du plan ANRU.

 

Ce sont les commerçants et les salariés des commerces qui subissent la disparition de leur outil de travail et qui risquent d’aller gonfler un peu plus les statistiques du chômage.

 

Il n’est que temps d’organiser en grand un vrai débat local associant tous les Mantais et c’est en ce sens que notre élu interviendra lors du prochain conseil municipal le 3 octobre prochain.

 

  • STOPPER AU NIVEAU NATIONAL LA SPIRALE INFERNALE DES BAS SALAIRES.

 

Si l’on veut que nos commerces locaux vivent et se développent, il faut que les Mantais aient les moyens de pouvoir en être clients.

 

La politique de droite que mène le gouvernement actuel va exactement à l’inverse.

C’est par milliards d’euros qu’il finance les entreprises pour qu’elles maintiennent les salaires au plus bas – au nom de la compétitivité des entreprises au sein de l’Europe.

C’est par milliards d’euros qu’il assèche les comptes de notre protection sociale et de nos hôpitaux publics, dé-rembourse et dérégule notre économie.

 

L’avenir, au contraire, est dans les mouvements sociaux qu’engagent les salariés de plus en plus nombreux (comme à Carrefour-Market) pour arracher des augmentations de salaires. Ce sont eux qui contribuent  à créer un nouveau rapport de forces contre le Patronat et le gouvernement qui lui est tout dévoué.

 

Pour changer vraiment les choses, il y a besoin d’une force communiste plus influente et qui garde sa raison d’être. POUR VOUS, AVEC VOUS.

 

Vous avez dit rénovation urbaine ?

Le projet ANRU à Mantes-la-Jolie, c’est :

470 millions d’euros de fonds publics

10% payés par la Ville

40% d’augmentation des impôts locaux en 5 ans

50 millions d’euros donnés aux bailleurs sociaux (10 ans de loyers remboursés pour chaque logement détruit)

Des projets de commerce aux rez-de-chaussée des immeubles qui n’ont jamais aboutis

0 euro pour nos commerces de proximité

 

De l’argent, il y en a.

La réduction FILLON qui exonère les entreprises de leurs cotisations pour les bas salaires, c’est 20 milliards d’euros.

Le Pacte de responsabilité, le Crédit Impôt Compétitivité c’est 40 milliards d’euros

 

Et les profits n’ont jamais aussi élevés pour les grandes entreprises (1 milliard d’euros pour Carrefour-Market par exemple).

 

 

NON à la destruction des centres commerciaux OUI au commerce de proximité à Mantes-la-Jolie.
NON à la destruction des centres commerciaux OUI au commerce de proximité à Mantes-la-Jolie.
Commenter cet article

aline 04/09/2015 10:08

Comme tous projets élaborés par la municipalité, celui-ci est peu renseigné et ne s'est pas inquiété des impératifs des Mantais. Ont-ils envie de voir disparaître leur marché aux prix attractifs qui draine sa clientèle jusque dans les départements limitrophes ? C'est certain que remettre les boutiques actuelles aux normes de sécurité et d'hygiène ainsi que la construction d'une halle sont une nécessité mais que viennent faire la construction de logements privés dans ce V.F. que l'on s'est acharné à désentifier ces dernières années!! J'aimerais bien savoir quel usage les bailleurs ont fait de leur "dédommagement" car pour ce qui concerne l'OPIEVOY les loyers n'ont pas baissé, et si les charges ne semblent pas exagérées c'est tout simplement qu'il n'y a pas de travaux et que les prestations sont réduites, mais on investit dans le constructible. La municipalité ferait mieux de se pencher sur la vie commerciale en centre-ville, pour une nouvelle enseigne combien ont baissé le rideau? qui fait ses achats à Monoprix? pour un Mantais sur le marché du samedi combien d'extra-muros? Elle devrait aussi faire un comparatif de prix entre les services au V.F. et ceux du centre-ville ainsi réaliserait-elle que les habitués du marché et des boutiques ne seront jamais ceux du centre-ville, elles feront le bonheur d'une ville concurrente qui aura l'intelligence de bien gérer cette opportunité. Est-ce cela le devenir de Mantes? Aline