Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Marc Jammet, conseiller municipal PCF de Mantes la Jolie

Election départementale. Quelles sont les 8 candidatures pour Mantes la Jolie?

18 Février 2015, 05:56am

Publié par Marc Jammet

Election départementale. Quelles sont les

8 candidatures pour Mantes la Jolie?

 

Pour ce qui concerne la droite, les vélléités de certains ont fait - une fois de plus - long feu. 

 

Le Modem avait déjà donné le ton en se rangeant derrière Pierre Bédier pour approuver son projet de nouvelle communauté d'agglomération à 400.000 habitants entre Mantes et Conflans. Il a franchi un nouveau pas: c'est Pierre Bédier lui-même qui a présenté les quelques candidats centristes du département tout en s'assurant du soutien du MODEM dans son propre canton (dont la représentante est Hayette MORILLON, ex-socialiste)

 

Quant à l'UDI, si l'accord était scellé depuis le mois de décembre, quelques-uns de ses militants affichaient leur volonté de faire de la résistance derrière Eric MARECHAL (candidat libéral "sans étiquette") avec le soutien annoncé de Dominique BRAYE sur fond de luttes intestines à la CAMY (José Martinez, le poulain de Braye, ayant été élu grâce aux voix du Front national et de "gauche"). Là aussi, en tout cas à Mantes la Jolie, les belles intentions la main sur le coeur ont volé en éclats.

"Je ne vois voir qu'une tête"? Pierre Bédier semble les avoir mis au pas.

 

A l'extrême-droite, ce sont deux candidatures qui ont été déclarées.

L'une officielle, celle du Maire de Mantes-la-Ville et de sa maire-adjointe élus grâce au maintien au deuxième tour des deux ex-maires socialistes et celle de Bernard LACCORRE, marchand de biens, qui avait démissionné du Front national après être entré en campagne aux municipales avant de s'apercevoir ... qu'il n'avait pas les 42 autres candidats nécessaires pour se présenter. 

 

A gauche, on remarquera aussi les absents: la "Gauche Citoyenne (Décil et les Verts) qui, après s'être maintenue au deuxième tour lors de la municipale à Mantes la Jolie permettant ainsi à Vialay-Bédier d'être élus "dans un fauteuil", se range en silence derrière la candidate socialiste.

 

Cette dernière n'a pourtant pas convaincue.

Il faut dire que son soutien à plusieurs projets de Pierre Bédier (du circuit F1 à l'écoquartier entre Mantes et Rosny, la communauté d'agglomération à 400.000 habitants ... ) n'augure pas vraiment d'une politique franchement à gauche.

"Ouvrant à droite" en s'adjoignant un candidat de la liste BEGUE (gauche-droite) opposée à la liste PS des dernières municipales à Mantes la Jolie et confirmant l'accord électoraliste à Magnanville en s'adjoignant cette fois la première adjointe du maire de Magnanville (ce dernier lui renvoyant l'ascenseur en lui laissant la place libre), elle avait pourtant , comme on dit, "ratissé large".

Mais visiblement ce qui avait été négocié savamment "dans les salons" se heurte à la réalité du terrain.

Et ce n'est pas le 49-3 brandi par le gouvernement socialiste pour faire passer une loi de droite (la loi Macron) qui va l'y aider.

Au point qu'une candidature MUP-PRG (Mouvement unitaire progressiste et parti radical de gauche) s'est déclarée représentée par Laurent LANYI.

Laurent LANYI, s'il fut élu "dans une première vie" à Mantes-la-Ville, est surtout connu pour avoir été maire-adjoint de Carrières-sous-Poissy dont le maire PRG Eddie AIT avait appelé les habitants à la délation pour contrer l'installation d'un camp de Roms sur la commune ... qu'il a perdu au profit de l'UMP il y a un an (comme quoi, donner des gages à la droite ne donne jamais rien de bon).

 

Quant au Parti de Gauche, si ses militants locaux dans un premier temps avaient multiplié les rencontres: Décil et Verts, NPA, communistes de Mantes la Ville et de Mantes la Jolie pour envisager une candidature à la gauche de la gauche (dont les candidats auraient été tirés au sort), ils avaient fini par décider de leur absence dans un courrier adressé aux communistes de Mantes la Jolie.

La direction départementale de ce parti en a décidé autrement puisque c'est le dirigeant départemental (ex PS) de ce parti qui se parachute en personne.

 

Loin enfin des turpitudes politiciennes, les communistes présentent leurs candidats. Pour une vraie politique de gauche et la clarté politique. 

 

Donner du sens à leur candidature pour combattre l'abstention et la montée du Front national et construire une autre perspective politique que celle de la résignation.

Une perspective politique faite de résistance, de luttes sociales, de mouvements citoyens tous azimuts auxquels ils participent activement sans attendre les élections. 

Le vote communiste, le 22 mars, sera donc tout d'abord un vote contre la résignation, un vote pour construire l'espoir.

En ce sens, chaque voix qui se portera sur les candidats communistes y contribuera.

C'est important pour cette élection qui sera aussi une élection nationale, c'est important pour le lendemain des élections parce que les coups continueront de pleuvoir et qu'il faudra bien une force - à gauche - pour y résister.

 

 

8 candidatures ont été enregistrées à la Préfecture des Yvelines (dans l'ordre du tirage au sort):


1. Didier GAUVREAU et Armelle HERVE (PCF)

2. Pierre DEJEAN et Christine SYLVA (PG)

3. Monique GENEIX et Cyril NAUTH (FN)

4. Laurent LANYI et Sandra LEBEY (MUP - PRG)

5. Bernard LACCORRE et Antoinette LORDEL (FN Dissident)

6. Arlette COULOMBE et Jean-Pierre COULOMBE (Divers)

7. Yasser AMRI et Françoise DESCAMPS-CROSNIER (PS)

8. Pierre BEDIER et Marie-Cécile GUILLAUME (UMP, UDI et MODEM)

Commenter cet article

aline 18/02/2015 13:55


Toutes ces magouilles politiciennes sont bien indigestes pour les électeurs qui écoeurés s'éloignent des urnes, ce qui ne résoud rien hélas.       Aline