Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Marc Jammet, conseiller municipal PCF de Mantes la Jolie

Ouest-France. Seine-Saint-Denis. Une commune prive de cantine les enfants de chômeurs

24 Septembre 2015, 19:30pm

Publié par Marc Jammet

La mesure (illégale) avait déjà été prise par plusieurs maires de droite et du Front national. Elle l'est maintenant par un maire Europe-Ecologie-Les Verts.

 

Comme quoi quand on refuse de s'attaquer aux racines du mal (le capitalisme) on parvient toujours au même point ... de honte!

Ouest-France. Seine-Saint-Denis. Une commune prive de cantine les enfants de chômeurs

Pour des raisons économiques, le maire de l'Ile-Saint-Denis a restreint l'accès de la cantine aux enfants de chômeurs. Une mesure qui a provoqué la colère de certains parents.

Suite à une décision du maire écologiste de l’Ile-Saint-Denis, Michel Bourgain (EELV), les enfants de chômeurs devront obtenir une dérogation pour manger à la cantine scolaire de la commune.

Dans les faits, la municipalité fixe désormais des priorités d'accès à la cantine scolaire pour les enfants de parents qui travaillent et qui, de ce fait, n'auraient pas la possibilité de prendre en charge le repas du midi rapporte l'ExpressRTL précise qu'à ce jour, les 140 dérogations déposées en ce sens (à la mairie) ont toutes été acceptées.

Une mesure utile selon la municipalité

Face à cette décision, Mathilde Rembert, la porte-parole du collectif cantine (qui regroupe de parents résidents de la commune), monte au créneau. Interrogée par le quotidien, elle affirme : « Si vous vous présentez en mairie pour inscrire votre enfant à la cantine sans bulletin de salaire, on vous renvoie chez vous. » Si la mairie souligne qu'elle accepte toutes les dérogations, cette dernière considère que « les parents les moins éduqués, ou ceux qui ne parlent pas bien le français, n'osent pas faire cette démarche ».

D'après un sondage du même collectif, seuls 7 % des parents dont les enfants n'auraient pas accès à la cantine, en feraient la demande pour les y admettre. La mairie, qui justifie sa mesure en invoquant des considérations économiques, n'a pas les mêmes chiffres. Celle-ci estime que si elle ne restreignait pas l'accès à la cantine scolaire 70 % des élèves viendraient y déjeuner, contre 50 à 55 % actuellement. Preuve, selon elle, que la dérogation est efficace.

Une pratique illégale ?

Si la bataille de chiffres n'est pas prête de s'achever, la loi pourrait mettre un terme à la situation.RTL souligne que la commune de Seine-Saint-Denis est dans l'illégalité puisque depuis le 11 mars 2015, une loi garantissant l'accès pour tous à la restauration scolaire a été adoptée. 

Commenter cet article