Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Marc Jammet, conseiller municipal PCF de Mantes la Jolie

Vivre mieux à Mantes-la-Jolie. Nos élus. Leurs activités.

, 15:38pm

Publié par Marc Jammet

Mise à jour. 15 décembre 2020.

Tribune libre de notre groupe dans La Feuille de Mantes
(à paraître début janvier 2021)

 

Nous vous souhaitons une bonne année 2021.

Avec tous nos vœux :

  • de santé (un centre municipal de santé dans notre ville).

  • De solidarité entre tous les Mantais (une action sociale d’envergure).

  • De paix (entre les peuples avec ou malgré leurs gouvernements)

Pour ce qui nous revient, avec les Mantais qui le souhaitent, nous continuerons d’agir pour passer des vœux à la réalité.

Bien à vous

Armelle HERVE, Bintah SY, Mohamed MMADI, Marc JAMMET.

Mise à jour 14 décembre 2020.

 

Vous trouverez, ci-dessous, le communiqué du groupe municipal Vivre mieux à Mantes-la-Jolie.

 

 

 

 

 

 

Commune de Mantes-la-Jolie. Groupe Vivre mieux à Mantes-la-Jolie

 

Face au covid et aux difficultés des Mantais

Nous proposons une aide sociale d’envergure

 

Le COVID 19 a fait aussi des ravages financiers à Mantes-la-Jolie.

Dans notre ville, 43 % des familles sont classées en dessous du seuil de pauvreté.

 

On imagine sans peine ce que les licenciements, le chômage technique, la suspension des cantines scolaires … ont pu provoquer.

 

Ce sont aujourd’hui des centaines de familles qui ne parviennent plus « à joindre les deux bouts », des enfants quelquefois privés de déjeuners équilibrés, « des repas qui sautent » pour les parents, des vêtements qui ne pourront pas être achetés, des jouets pour les fêtes qui ne pourront pas être offerts.

 

Face à cette situation, il n’est pas possible de se contenter « d’effets d’annonces » - sauf à mépriser les Mantais.

 

NOUS PROPOSONS UNE AIDE SOCIALE D’ENVERGURE.

 

  • Des colis alimentaires pour faire face à l’urgence.
  • Des chèques municipaux pour les familles en difficultés. Les services municipaux et du Comité communal d’action sociale peuvent en faire la liste sérieusement. Ces chèques pourraient être échangeables dans les commerces de proximité de Mantes-la-Jolie.

Nous estimons cette dépense nécessaire à 500.000 euros d’ici la fin de l’année, une dépense à renouveler en 2021.

 

Chaque année, le budget municipal est équilibré à environ 100 millions d’euros. Cette dépense représenterait donc 0,5% de notre budget municipal.

 

Ce n’est pas « la mer à boire » - surtout dans la situation exceptionnelle que nous connaissons aujourd’hui mais cela doit conduire à faire d’autres choix dans nos dépenses que ceux opérés par la droite locale.

 

Cette aide sociale répondrait bien-sûr à une partie des besoins de centaines de familles mais aussi aux besoins de nos commerces de proximité de l’ensemble de notre ville, durement frappés ces derniers mois.

 

D’une manière générale, ce serait aussi la preuve que – contrairement à la droite locale qui n’a de cesse d’opposer les uns aux autres sur fonds de clientélisme – la solidarité et l’empathie entre tous les Mantais seraient bénéfiques à l’ensemble de notre ville.

 

Mantes-la-Jolie, le 14 décembre 2020

 

 

Armelle HERVE, Bintah SY, Mohamed MMADI, Marc JAMMET, conseillers municipaux.

Mise à jour 11 décembre 2020.

Cour des comptes. Police municipale

(Conseil municipal du 30 novembre 2020).

 Le rapport de la Cour des comptes a été présenté lors du conseil municipal du 30 novembre 2020.

La droite locale a noyé ce rapport après une présentation tendancieuse tendant à faire croire que tout allait bien et laissant penser qu'il s'agissait là des propres commentaires de la Cour des comptes.

Nous vous proposons d'ailleurs d'en juger sur pièce: vous trouverez en pièces jointes les deux documents - le rapport de la Cour des comptes pour ce qu'il est réellement et la présentation et les commentaires tendancieux dans un autre fichier.

Vous trouverez enfin l'intervention de Marc JAMMET à ce sujet.

Je regrette tout d’abord que vous fassiez de ce rapport une présentation qui n’est pas correcte.

Je ne vais pas reprendre tout de votre argumentation mais quelques points saillants.

Vous nous dites : « la Cour des comptes reconnaît l’efficacité du dispositif global de prévention et de sécurité comme en témoignent les données chiffrées avec une délinquance en baisse de 4,7% en 2018 ».

Mais ce n’est pas ce que dit la Cour des comptes !

Elle décrit le fonctionnement du CLSPD comme formel avec un document qui ne comporte ni perspectives ni objectifs qui pourraient faire l’objet d’un suivi au cours des exercices suivants – page 9.

Elle souligne que le programme mutualisé (communauté urbaine) de lutte contre la radicalisation a été mis en œuvre à Chanteloup-les-Vignes, Limay, Poissy, Les Mureaux mais pas à Mantes-la-Jolie (page 11).

Elle reprend la baisse statistique de 4,7% de la délinquance que vous évoquez en soulignant l’émergence d’une nouvelle délinquance devant laquelle les agents de prévention sont débordés avec comme conséquence qu’aussi bien la collectivité que les forces de sécurité de l’Etat se trouvent démunies et privées de la visibilité dont ils disposaient jusqu’à maintenant (en clair, les statistiques ne sont pas fiables).

Elle rappelle – et ce n’est pas au hasard – que les policiers municipaux restent des agents de police judiciaire et n’ont pas compétence en ce qui concerne le maintien de l’ordre et les contrôles d’identité. Chacune de leurs actions dans le domaine judiciaire doit être placée sous le contrôle d’un OPJ (officier de police judiciaire) ou bien du Parquet.

Tout cela pour vous dire qu’il n’est pas correct de faire dire à la Cour des comptes ce qu’elle ne dit pas !

Nous ne disons pas cela pour polémiquer à tout va mais parce que nous pensons qu’il faut regarder les situations en face si on veut y remédier.

D’autant que les rappels au droit ne sont qu’au nombre de deux. Il faudra bien-sûr y remédier mais, en soi et quitte à vous surprendre, ils ne constituent pas un scandale.

Plutôt que la polémique stérile en l’espèce, ce qui nous intéresse nous c’est LE SENS de l’action menée – et le débat qu’à notre avis il faut ouvrir en toute transparence.

On ne va pas tourner autour du pot : nous n’avons pas la même vision de la politique de sécurité à Mantes-la-Jolie.

Et quand Madame SY vous écrit que la police municipale devrait faire davantage de pédagogie et que vous lui répondez en l’espèce « ce n’est pas ce qu’on lui demande », eh bien nous, nous pensons que cela devrait faire partie de ses missions.

D’autant que le coût de la politique de sécurité n’est pas anodin – un peu plus de 3 millions d’euros en 2018 dont seulement un tiers a été consacré à la prévention (et cela chaque année). Ce n’est pas rien : 5 fois la cantine gratuite !

Nous pensons que les actions de prévention doivent être renforcées.

Nous pensons que la police municipale – maintenant qu’elle existe et au-delà de la réorientation de ses missions vers la prévention – doit être stabilisée et surtout pas précarisée ne serait-ce que pour préserver et développer les compétences des agents.

Nous pensons que ceux-ci devraient bénéficier d’une formation digne de ce nom. Vous vous rendez-compte quand même que pour 87 policiers municipaux qui se sont succédé et qui sont autorisés à porter des armes, ceux-ci n’ont bénéficié en 5 ans que de 20.000 euros consacrés à leur formation – soit 50 euros par agent et par année.

Pour finir, cela ne veut pas dire que nous nous pensons dans un monde idéal.

Monsieur MMADI est intervenu à propos des rodéos sauvages en moto cross illégaux. Je suis moi-même intervenu pour qu’une situation inadmissible cesse à proximité de la Tour Jupiter, pour que des dealers soient expulsés des locaux municipaux qu’ils occupaient ZAC Henri 4.

Nous estimons que la sécurité est un droit pour tous – et l’aspiration y est forte quelques soient les quartiers de notre ville.

Il faut pour cela que cela soit fait sérieusement – en se gardant bien des effets de manche.

Mise à jour du 10 décembre 2020.

Conseil municipal du 14 décembre 2020.

Il aura lieu lundi 14 décembre 2020 à 19h00 Hall V de l'Ile Aumône et il sera privé (public interdit).

45 délibérations sont à l'ordre du jour dont le budget municipal 2021.

Pour ce qui concerne ce budget, les documents budgétaires ne nous ont pas été envoyés (ils sont seulement "consultables" au bureau des assemblées de l'Hôtel de Ville) pendant que la commission "service public" se réunit aujourd'hui pour "examiner" une dizaine de délégations de service public portant sur ... 2019 et qui sont donc proposées au vote pratiquement un an après (sic !)

Vous trouverez ci-dessous l'ordre du jour (photos) et en pièces jointes ci-dessous, les délibérations, les décisions du maire prises en deux conseils municipaux et le compte-rendu "mairie" de la dernière réunion du Conseil municipal (30 novembre 2020)

 

 

 

 

Mise à jour du 8 décembre 2020. Gare de Mantes. Projet de réaménagement du quartier.

Attention danger !

Lors du conseil municipal du 30 novembre dernier, nous avons alerté sur les dangers que comportait ce projet de réaménagement autour de l’arrivée d’Eole.

Visiblement cette intervention n’a pas plu à Pierre Bédier qui non seulement s’est répandu en insultes mais a prétendu nous « empêcher de parler ».

Ces insultes ne sont que « l’hommage du vice à la vertu » et nous laissons cet élu les assumer devant les Mantais.

Pour ce qui concerne, c’est tout simple : rien ni personne ne nous empêchera de donner à voir notre opinion et notre argumentation.

Vous trouverez, ci-dessous, l’intervention de Marc JAMMET au nom de notre groupe Vivre mieux à Mantes-la-Jolie.

C’est ici une petite part du projet, comme d’habitude malheureusement.

Pour que cela ne permettre pas aux élus de maîtriser l’ensemble du projet.

Autour de l’arrivée d’Eole – sur laquelle vous communiquez beaucoup – ce qui va se jouer aussi c’est la transformation d’une partie importante de notre ville autour de la gare.

J’ai déjà eu l’occasion de m’exprimer sur ce sujet à la communauté urbaine.

Avec l’arrivée d’Eole – ce qui n’est pas d’ailleurs encore concrétisé – la question qui se pose à notre avis c’est : DANS QUEL SENS FAUT-IL ORIENTER LA TRANSFORMATION DE NOTRE VILLE ?

A la communauté urbaine, j’ai notamment évoqué :

  1. La densification accélérée de ce quartier.

Nous ne partageons pas cet objectif car nous pensons que cela ne répondra pas aux besoins des Mantais.

  1. L’inflation du prix du foncier.

Vous nous dites vouloir la combattre.

Mais ce que vous proposez, c’est un coup d’épée dans l’eau ou plutôt c’est fait pour pouvoir exproprier les propriétaires actuels !

Car ce qui joue, c’est le prix du foncier, oui, mais c’est surtout ce qui va se construire, en tant qu’immeubles.

Et c’est bien là que l’inflation va jouer : quels prix de vente ? Quels loyers ? Accessibles à qui ? Aux Mantais qui ont besoin de se loger mieux, plus près de la gare pour aller travailler ou à de nouveaux arrivants beaucoup plus fortunés ?

Car vous ne le dites pas mais la communauté urbaine a voté une taxe d’aménagement à 20% pour les promoteurs immobiliers.

VOUS CROYEZ VRAIMENT QUE LES PROMOTEURS VONT PAYER UNE TAXE DE 20% SANS AUGMENTER LES PRIX DE VENTE ?

C’est la raison pour laquelle j’avais proposé que soit mis en place un encadrement des prix de vente et des loyers.

Sans cet encadrement, c’est une nouvelle épuration sociale qui va se mettre en place – et pas uniquement pour les plus pauvres mais aussi pour les classes moyennes.

  1. Je reviens aux expropriations.

Vous n’évoquez que le droit de préemption, c’est-à-dire le droit pour la collectivité d’acheter au prix des domaines les propriétés actuelles en cas de vente.

Cela va pénaliser qui ?

  • Les promoteurs ? NON !

  • Les propriétaires actuels qui, souvent, ont consenti d’énormes sacrifices pour se maintenir dans le secteur que vous visez et qui auront du mal à vendre dès aujourd’hui ? OUI !

Et ceux qui ne vendent pas ? Et bien ils vont devoir vendre au prix actuel (et encore !) ou être expropriés !

CAR A QUI ALLEZ-VOUS FAIRE CROIRE QU’UN PROPRIETAIRE QUI NE VEUT PAS VENDRE POURRA SE MAINTENIR EN PLEIN MILIEU D’UNE ZONE D’AMENAGEMENT CONCERTE ?

Vous l’évoquez d’ailleurs vous-même dans cette délibération par cette petite qualification : « en cas de fixation judiciaire du prix ».

Vous n’en parlez pas mais en clair cela veut dire qu’il y aura sur la lancée une déclaration d’utilité publique, signée par le Préfet au nom de l’Etat qui permettra ces expropriations.

A la communauté urbaine, je m’étais abstenu au moins pour vous dire que ce projet avait besoin d’être retravaillé en profondeur.

Vous n’en avez tenu aucun compte.

Aujourd’hui notre groupe a décidé de VOTER CONTRE ce projet.

Mise à jour du 7 décembre 2020. Conseil municipal du 30 novembre 2020.

Débat d'orientations budgétaires.

Lors du Conseil municipal du 30 novembre dernier, Armelle HERVE est intervenue au nom de notre groupe pour donner à voir nos priorités budgétaires pour cette année:

==> Nous proposons d’augmenter dès à présent le budget du CCAS pour établir des chèques alimentaires, les attribuer aux familles qui en ont le plus besoin et à dépenser dans les commerces de l’ensemble de la ville.

C’est faire d’une pierre deux coups : aider les familles, aider le commerce local.

==> Le mois de mars est proche.

Il faut interdire toutes les expulsions locatives sur le territoire de la commune.

==> Un centre municipal de santé. Ce n’est pas d’une aide financière (local, secrétariat) dans le cadre d’une maison médicale pour des médecins libéraux qui ont déjà leur patientèle, dont ont besoin les professionnels, les habitants, MAIS DE NOUVEAUX MEDECINS.

Des médecins salariés par la ville, dans un centre municipal de santé, organisés autour d’un médecin référent, avec des conditions de travail qui prennent en compte les aspirations nouvelles de ces médecins.

 

Vous trouverez, ci-dessous, l'intervention exhaustive d'Armelle HERVE lors de ce conseil municipal.

 

D.O.B. 2021 Séance du Conseil Municipal du 30 11 2020 (délib n° 15)

  • Etonnée par votre « analyse » de la situation économique internationale. Il est toujours intéressant de citer ses sources (ce qui n’est pas fait), d’être précis dans sa démonstration et de donner des éléments actualisés, or :

 P 4 1.1.1 « Ainsi, après avoir fait face à l’épidémie au 1er trimestre, le rebond rapide de l’activité en Chine permettrait d’atteindre une croissance positive en 2020 et une croissance en 2021 proche de celle de 2019. L’activité aux Etats-Unis reculerait moins fortement en raison de mesures de confinement moins contraignantes mais la reprise serait bridée à court terme par une circulation épidémique plus persistante. En 2020, l’activité reculerait fortement en Inde où l’épidémie n’a pas encore atteint son pic, au Brésil où elle été particulièrement sévère et en Russie où la chute du cours du pétrole accentue le recul. Le recul serait plus modéré en Turquie, où l’épidémie a été mieux contrôlée. Les marges de manœuvre budgétaires limitées et un tissu productif fragilisé limiteraient la capacité de rebond de la majorité de ces économies émergentes. »

Je ne sais pas qui vous a fourni ce kit …

 

Même chose pour votre appréciation sur les 750 milliards d’€ de l’Union Européenne en matière de relance sous forme de prêts et de subvention. Pour qui ?

  • Pour alimenter la trésorerie des grandes entreprises
  • Pour accompagner les plans de licenciements
  • Pour accorder des miettes pour une jeunesse sans avenir, usant des mêmes recettes (c’est-à-dire exonérations de charges pour les entreprises et moins pour notre protection sociale)
  • Et vous rendez-vous compte que de ces milliards, il y a eu une augmentation de 150 € de l’allocation de rentrée ! 100 € de plus pour les étudiants qui bénéficient de l’Aide au logement. Que vont-ils faire de tout cela ?

 

Même remarque pour le plan de relance de 100 milliards débloqué par le gouvernement que vous citez. Juste un petit rappel 100 milliards c’est sur 2 ans ! Sans développer :

  • 1/3 pour la cohésion sociale
  • 1/3 pour les entreprises : dont 10 milliards par an de baisse des impôts de production (qui sont des taxes sur les salaires, cotisations sur la valeur ajoutée des entreprises)
  • 1/3 pour la transition écologique (lorsque dans le même temps le fret ferroviaire annonce la suppression de 10% des conducteurs pour la filiale SNCF…)

 

… Et toujours rien pour les salaires !

 

Alors forcément on se dit que cette situation, le Covid … vont influer sur vos choix. Nous avions proposé d’autres choix de politique municipale en juillet dernier (DOB et Budget 2020).

 

D’autant que si la majorité des collectivités territoriales, l’Association des Maires de France montent au créneau pour réclamer les moyens de fonctionner, pour avoir les marges de manœuvres que les baissent de dotations obèrent, pour dénoncer les transferts de compétences non compensés … vous, non.

 

Les recettes de fonctionnement connaissent une certaine stabilité voire une petite augmentation compte-tenu justement des difficultés sociales d’un grand nombre d’habitants.

Le Cour des Comptes relevait un taux de pauvreté de 32,5 %.

Autre « statistique » : la CNAF notait 43 % des Mantais en dessous du seuil de pauvreté. Situation d’avant Covid ! Or toutes les associations caritatives s’accordent sur un afflux de nouveaux bénéficiaires de l’aide alimentaire (+45% moyenne nationale pour le Secours Populaire).

Pour la part qui lui revient, la Municipalité doit augmenter le pouvoir d’achat de ses habitants.

Or, dans votre document budgétaire rien en matière de politique sociale.

Pas de « zoom » faisant ressortir vos actions en la matière. Ah si, « la subvention d’équilibre au CCAS est conservée pour 2021, soit 400 000 € ».

  • Nous proposons d’augmenter dès à présent le budget du CCAS pour établir des chèques alimentaires, les attribuer aux familles qui en ont le plus besoin et à dépenser dans les commerces de l’ensemble de la ville. C’est faire d’une pierre deux coups : aider les familles, aider le commerce local.

 

  • Vous vous félicitez d’être « labelisé Cité Educative », mais nourrir son corps est un gage de bien-être pour les élèves et contribue aussi à mieux nourrir son esprit.

Nous reproposons la cantine gratuite : 1 repas gratuit pour tous les enfants scolarisés dans le 1er degré. Selon la CNAF, 2019, 60 % des enfants scolarisés sur la ville sont d’une famille vivant en-dessous du seuil de pauvreté !

 

  • En matière de loyers : pendant le 1er confinement certaines sociétés HLM ont revu les échéanciers des locataires qui avaient des retards de loyer suite à une baisse de revenus, et le gouvernement avait suspendu les expulsions … mais pas les procédures qui, elles, courent toujours. L’effet boomerang sera dramatique pour les locataires du social comme du privé. Le mois de mars est proche. Il faut interdire toutes les expulsions locatives sur le territoire de la commune :
  • Soit le locataire peut payer et donc il y a une solution.
  • Soit il ne peut pas : d’où notre proposition de créer un service municipal « anti-expulsion » pour recenser les retards et trouver d’autres solution avant toute procédure judiciaire (ville/bailleurs ou propriétaire/locataire/partenaires sociaux).

 

  • Autre point sans ambition de votre part : la santé
  • La commune, le Mantois est un désert médical depuis plusieurs années : plusieurs mois d’attente pour un rdv chez un spécialiste, les nouveaux habitants qui ne trouvent pas un médecin car tous sont surchargés et ne prennent pas de nouveaux patients, les plus modestes qui ne peuvent pas se déplacer et aller toujours plus loin. Le Covid aggrave la situation et beaucoup renoncent à se soigner.

Or ce n’est pas d’une aide financière (local, secrétariat) dans le cadre d’une maison médicale pour des médecins libéraux qui ont déjà leur patientèle, dont ont besoin les professionnels, les habitants, MAIS DE NOUVEAUX MEDECINS. Des médecins salariés par la ville, dans un centre municipal de santé, organisés autour d’un médecin référent, avec des conditions de travail qui prennent en compte les aspirations nouvelles de ces médecins en terme de nombre d’heures de travail/nombre de patients/conciliation vie professionnelle et vie personnelle.

Voilà ce que nous défendons dans le domaine social.

 

Pour revenir sur votre « zoom » Cité éducative.

Vous vous félicitez une fois de plus de ce dispositif multipartenarial, co-construit, donc supposé concerté…

Pourtant, il faut attendre le zoom sur la rénovation urbaine pour traduire « la restructuration-extension des écoles Colette-Rousseau-Jonquilles-Bleuets » par la fermeture de 2 maternelles de proximité (Les Anémones et Les Bleuets) – sans concertation, sans information. Obligeant les petits à traverser deux axes routiers fréquentés.

  • Non seulement il faut maintenir un réseau d’écoles de proximité, réhabilité, en petites structures
  • Mais aussi construire une école à Gassicourt et une au centre ville pour les besoins actuels et la scolarisation obligatoire en maternelle.

 

***Faire remarquer vos formulations choquantes à la fin de ce zoom « rénovation urbaine » (p30 : « Elles témoignent de la transformation progressive du quartier du Val Fourré, et de l’attention que porte la commune à l’environnement de ses habitants, première condition de leur intégration ». Quel mépris pour les habitants.

 

Enfin, concernant le personnel communal.

Ce chapitre est pratiquement un copié-collé de juillet (DOB et budget 2020). Avec quelques remarques amenées par le rapport de la Cour des Comptes.

Les dépenses de personnel baissent encore : - 7%

Le nombre de fonctionnaires chute encore : - 5% (-26)

Le nombre de contractuels permanents : +4% (+10)

Aujourd’hui, sur l’ensemble des effectifs de la ville, les fonctionnaires sont à ½ de ces effectifs (un petit peu + de 50%), les autres sont précaires (un petit peu + de 49%).

Vous êtes le 2ième plus gros employeur de la ville et vous créez une situation instable pour la ½ de vos employés. Car développer les contrats, c’est précariser, casser le statut de la Fonction Publique Territoriale. Vous supprimez des postes, vous ne remplacez pas les départs à la retraite. Pas un mot sur le processus de formation, de qualification et de titularisation des agents municipaux pour une réelle évolution de carrière professionnelle et pour des services rendus à la population encore mieux en adéquation avec les besoins de la population.

Les réorganisations de services tout comme le télétravail ont leurs limites. Il faut au contraire stabiliser les salariés, améliorer les conditions de travail pour l’ensemble des personnels.

 

** la mise en place du télétravail ne doit pas se faire n’importe comment et être un « chantage » à un maintien dans l’emploi pour des catégories de personnels qui ont des droits à faire respecter, des aménagements d’horaires pour leur activité (maternité, longues maladies…)

Mise à jour du 1° décembre 2020. Conseil municipal du 30 novembre 2020.

Tombola de Noël.

La droite locale a voté le renouvellement de la tombola  sans apporter aucune statistique permettant de pouvoir juger du succès ou non de l'opération.

Vous trouverez, ci-dessous, l'intervention de Bintah SY.

Vous parlez du succès de la tombola précédente. Mais il faudrait vous croire sur parole.

Où sont les chiffres ?

Ils sont inexistants !

A notre connaissance, cette tombola précédente n’a servi à rien.

Vous voulez renouveler sans tenir compte du contexte alors que nous sommes toujours en confinement et que les commerces viennent de ré-ouvrir.

La question qui se pose n’est pas forcément d’attirer de nouveaux clients mais de pouvoir les accueillir tous dans les commerces actuels avec les nouvelles normes.

Votre tombola est une mascarade qui ne règlera rien du problème.

Tout à l’heure nous avons proposé le lancement tout de suite d’une aide sociale d’envergure : des centaines de familles sont en difficultés financières à cause du COVD 19.

Nous proposons qu’elles puissent recevoir des colis alimentaires dans l’urgence absolue et des chèques à dépenser dans nos commerces mantais.

Ces chèques n’iraient pas engraisser Amazon.

Par contre ils donneraient une bouffée d’air frais et de pouvoir d’achat supplémentaire qui seraient bien utiles pour TOUS nos commerces de proximité.

Vous dites vouloir défendre ces derniers ?

Montrez-le avec des actes !

Mise à jour du 1° décembre 2020. Conseil municipal du 30 novembre 2020.

Cabinet du Maire

La Cour des comptes dans son premier rapport avait relevé que le régime indemnitaire des membres du cabinet du Maire était illégal.

Sans le dire, la droite locale a voté une nouvelle délibération "pour se mettre dans les clous".

Vous trouverez, ci-dessous, l'intervention de Marc JAMMET.

Il s’agit en fait du régime indemnitaire des membres du Cabinet du Maire. Comme l’a relevé la Cour des Comptes, ce régime était illégal.

Question subsidiaire : comment la Ville va-t-elle récupérer ces dépenses indues depuis 2014 ?

Pour ce qui concerne cette délibération, nous n’allons pas voter contre puisque vous allez enfin vous conformer à la loi. Mais vous n’aurez pas notre soutien d’où notre abstention.

Mise à jour du 1° décembre 2020. Conseil municipal du 30 novembre 2020.

Territoires pilotes ?

La droite locale a voté la participation de la Ville à une instance nationale de "réflexion" au niveau national qui affiche comme ambition de faire de Mantes-la-Jolie un laboratoire.

Vous trouverez, ci-dessous, l'intervention de Bintah SY.

Ce sont de belles déclarations très générales.

Pour faire de Mantes-la-Jolie un laboratoire ?

Pour des actions que vous ne mettez pas en œuvre et surtout pour justifier celles que vous menez sans concertation avec les Mantais.

En l’état actuel, nous ne pouvons pas approuver cette délibération et nous allons donc nous abstenir.

Mise à jour 1° décembre 2020. Conseil municipal du 30 novembre 2020.

Achat par la Ville d'une partie du restaurant "Chez Antoine".

Nous avons voté contre.

Vous trouverez, ci-dessous, l'intervention de Mohamed MMADI.

Nous nous questionnons sur l'intérêt de cette acquisition pour la ville.

D’autant qu'aucun projet n'est en vue pour ces lots et que le coût d'acquisition nous semble très élevé (plus de 300.000 euros)

Nous vous rappelons que la cantine gratuite pour tous les mantais coûterait seulement 600.000 euros par an que la ville refuse de s'y engager.

Je ne pense pas que ça soit le rôle de la ville de s'engager dans dépensés inutiles au long terme. Allez-vous racheter tous les commerces en difficultés ?

N'étant pas convaincu de l'importance de cette opération nous votons contre.

Mise à jour 1° décembre 2020. Conseil municipal du 30 novembre 2020. Coopération décentralisée.

Un ambassadeur itinérant peut-il représenter notre ville ?

Lors du conseil municipal du 30 novembre 2020, la droite locale a fait voter des frais de missions pour un élu de la Ville devant représenter cette dernière au Sénégal.

Le problème c'est que ce dernier est également ambassadeur intinérant au Consultat du Sénégal et donc salarié en tant que tel de l'Etat du Sénégal à un haut niveau hiérarchique.

Vous trouverez, ci-dessous, l'intervention d'Armelle HERVE.

Une bonne nouvelle dans cette délibération même si cela n'est pas expressément dit: pour 2021, les frais de mission des élus sont inscrits en légère baisse (400.000 euros).

Mais pour freiner l'enthousiasme, ce n'est pas le résultat d'une prise de conscience ou d'une évolution du cadre juridique (comme vous l'indiquez) mais bien d'un rappel au droit de la Cour des Comptes.

Pour revenir à la délibération propremenr dite, il y a quelque chose qui ne va pas: l'élu qui devrait bénéficier de ce mandat spécial est ambassadeur intinérant au Consulat du Sénégal, payé par l'Etat du Sénégal.

Il y a pour le moins confusion.

A quel titre ? Qui paie qui ? Qui paie quoi ? Qui représente quoi ?

Pour nous le mélange des genres est inacceptable.

Nous voterons contre cette délibération.

Mise à jour 1° décembre 2020. Parents d'élèves écoles Ferdinand Buisson et Les Roses.

Réponse du Maire à Bintah SY - conseillère municipale.

Le maire vient de répondre au courrier que lui a adressé Bintah SY au sujet des verbalisations des voitures de parents d'élèves autour des deux écoles.

Bintah SY y réclamait notamment qu'une solution soit étudiée et qu'une opération de sensibilisation soit menée en amont des verbalisations.

Le maire y oppose malheureusement une fin-de-non-recevoir en lui répondant notamment qu'il n'est pas prévu que les policiers municipaux sensibilisent les automobilistes.

A la prévention il oppose donc la répression. Ce que nous ne partageons pas.

Vous trouverez, ci-dessous le courrier en réponse ainsi que, ci-dessous, le courrier initial de Bintah SY.

 

 

Mise à jour 1° décembre 2020.

Conseil municipal du 30 novembre 2020 (enregistrement vidéo).

"Quand Pierre Pierre Bédier pète les boulons"

C'est sans-doute l'un des faits marquants de ce conseil municipal: le dérapage incontrôlé de Pierre Bédier. 

Après avoir présenté le projet d'aménagement de la gare en vue de l'arrivée d'Eole, celui-ci ne trouve aucun autre argument que de me traiter de crétin (enregistrement vidéo - aller à 1h21 mn) 

Puis, partant en roue libre, il se lâche (enregistrement vidéo - aller à 1h31mn): "Monsieur Jammet, je vous empêcherai de parler" "Votre style c'est le KGB en pire".

Pour ce qui concerne ce conseil municipal en général, vous trouverez les interventions de nos élus:

  • Débat d'orientations budgétaires - 22 mn - Armelle HERVE
  • Frais mission coopération décentralisée Sénégal - 52 mn 20 s - Armelle HERVE
  • Achat partiel des locaux du restaurant "Chez Antoine" - 1h 17 mn - Mohamed MMADI
  • Gare Eole - 1h21 mn - Marc JAMMET
  • Territoires pilotes - 1h33 mn - Bintah SY
  • Régime indemnitaire cabinet du maire - 1h43mn - Marc JAMMET
  • Tombola de Noël - 1h50 - Bintah SY
  • Cour des comptes police municipale - 1h57 - Marc JAMMET.

Bien-entendu, nous reviendrons très vite sur tous ces points.

En attendant nous vous proposons de juger par vous-mêmes de la pertinence des arguments des uns et des autres. Nous vous souhaitons un bon visionnage.

Mise à jour: 25 novembre 2020.

Conseil municipal du lundi 30 novembre 2020. Ordre du jour, délibérations et documents annexes.

 

Le prochain conseil municipal aura lieu lundi 30 novembre à 19h00, Hall V de l'Ile Aumône.

Compte-tenu du Covid 19, le maire a convoqué un conseil privé (sans public). Celui-ci devrait être diffusé en direct sur le Facebook Live de la municipalité.

21 délibérations sont à l'ordre du jour dont le débat d'orientations budgétaires et le rapport de la Cour des Comptes sur la police municipale.

Vous trouverez, ci-dessous, l'ordre du jour de conseil et, en pièces jointes, les délibérations soumises aux élus ainsi que les documents annexes

 

 

 14 novembre 2020. Texte de notre tribune libre à paraître dans La Feuille de Mantes du mois de décembre 2020.

Pour lutter contre le désert médical à Mantes-la-Jolie.

Le maire avance une unique solution : une maison médicale finançant loyer et secrétariat aux médecins actuels.

Cela ne servira à rien puisque le vrai problème est qu’il y a de moins en moins de médecins et que ceux-ci ne peuvent plus accueillir de nouveaux patients.

Notre proposition de la création d’un Centre Municipal de Santé prend tout son sens : héberger et salarier de nouveaux médecins avec un déroulement de carrière qui conviendrait beaucoup mieux aux étudiantes sortant des universités de médecine (elles sont 80%).

Armelle HERVE, Bintah SY, Mohamed MMADI, Marc JAMMET.

27 octobre 2020. Réunion du CCAS (Centre communal d'action sociale)

Le CCAS est composé de 9 administrateurs (dont le maire de droit qui en est le président). Les 8 autres administrateurs sont désignés par le Conseil municipal (4 administrateurs. Marc Jammet représente notre liste "VIVRE MIEUX A MANTES-LA-JOLIE") et par le Maire parmi les associations oeuvrant dans le social (4 administrateurs).

Vous trouverez, ci-dessous, le compte-rendu réalisé par Marc Jammet.

Deux délibérations seulement ont été soumises aux administrateurs du CCAS (Centre communal d'action sociale) lors de sa réunion du 27 octobre dernier.

Ce qui montre bien, si on en doutait encore, la réduction de son action en peau de chagrin au fil des ans.  

Le budget 2020 qui figure dans le compte-rendu de la dernière réunion que vous trouverez en pièce jointe l'illustre à merveille puisque, non seulement le budget ces dernières années a été divisé par trois comme le relève la Cour des Comptes Ile de France dans son rapport mais il n'a même pas été dépensé entièrement en 2019 - et de loin ! 

Comme si les Mantaises et les Mantais n'avaient plus de besoins en action sociale !

Au menu donc:

  • Délibération numéro 1. Subventions à certaines associations.
  • Délibération numéro 2. Domiciliations au CCAS

(Vous trouverez ces deux délibérations en pièces jointes ainsi que le compte-rendu de la réunion précédente qui s'est tenue ... au beau milieu de ma semaine de vacances (oui je sais ce n'est pas bien mais je n'ai pas fait un aller et retour de 1.000 kms)

Bon. Pour ces deux délibérations, (pour la délibération numéro 2  (domiciliation au CCAS), les représentants élus du CCAS sont en titulaires Hayet Morillon et François Muzart, en suppléants Anne-Marie Benoît Musset et Alex Desplan) il n'y avait pas grand chose à en dire (sinon que certaines subventions aux associations sont financées par le CCAS - et "délestent" du même coup le budget municipal) et j'ai voté POUR les deux.

J'ai quand même pris la peine d'indiquer à mes collègues administrateurs que cela ne se reproduirait pas forcément à chaque réunion.

Autre information:

  • Compte-tenu de la crise sanitaire, le réveillon solidaire en décembre est annulé

22 octobre 2020. Intervention de Bintah SY (Parents d'élèves des écoles Ferdinand Buisson et des Roses).

 

20 octobre 2020. Tribune libre. Novembre 2020

Cour des comptes. Jugez par vous-mêmes.

Des élus qui confondent leur compte en banque avec celui de la municipalité, des recrutements illégaux et surpayés, des ventes de propriétés s’apparentant à du clientélisme, des emprunts toxiques ayant fait exploser la dette … pendant que l’on dit aux Mantais que rien n’est possible pour eux.

La Cour des comptes a mis en exergue un fonctionnement municipal anormal et immoral.

Nous vous proposons d’en juger par vous-mêmes sur le blog – www.marcjammet.fr – où ce rapport a été mis en ligne.

Bien à vous,

Armelle HERVE, Bintah SY, Mohamed MMADI, Marc JAMMET.

20 octobre 2020. Parking payant au Val-Fourré.

C'est ce qu'a voté la majorité de droite (LR, LREM, Modem) du Conseil à Mantes-la-Jolie pour le parking souterrain sous le centre commercial principal.

Mohamed MMADI est intervenu au nom de notre groupe pour expliquer notre vote CONTRE.

 

Conseil municipal du 5 octobre 2020. Rapport de la Cour des Comptes. Intervention de notre groupe.

Le rapport de la Cour des Comptes était à l'ordre du jour du Conseil municipal du 5 octobre dernier.

Vous trouverez, ci-dessous, l'intervention de notre groupe VIVRE MIEUX A MANTES-LA-JOLIE (Armelle HERVE, Bintah SY, Mohamed MMADI et Marc JAMMET).

 

Deux remarques préalables d’entrée.

 

  • D’ordinaire ce sont les délibérations de la commission des finances qui sont examinées en premier. Aujourd’hui, ce sont les dernières ! Avec un ordre du jour porté à 44 délibérations !

 

  • Si cette délibération nous a bien été transmise par les voies ordinaires, le rapport de la Cour des Comptes l’a été via un autre mail et dissimulé au milieu d’autres pièces jointes sans nom.

 

Nous ne souhaitons pas polémiquer inutilement mais on aurait tenté de nous cacher des choses qu’on ne s’y serait pas pris autrement.

 

Que dire de ce rapport ? Qu’à le lire, il met en exergue un fonctionnement ANORMAL et IMMORAL.

 

Pendant qu’on dit aux Mantais « non la gratuité ce n’est pas bon », certains ici semblent avoir confondu leur compte en banque avec celui de la trésorerie municipale.

 

Avec un élu qui va acheter des bouteilles de vin à Intermarché, qui se sert d’une carte d’essence municipale pour aller en vacances, qui offre des cravates et des foulards Hermès soi-disant pour promouvoir l’industrie du luxe à l’étranger.

Oh il n’est pas le seul mais c’est sans-doute le plus voyant.

 

Qu’il met le doigt sur des décisions jugées illégales : procédures de recrutement d’agents contractuels, vente de plusieurs propriétés à des associations confessionnelles dans des montages financiers hasardeux, la coopération décentralisée avec des mandats pour 19 élus jusqu’à une drôle de cellule « interventions et médiation sociale ».

 

Qu’il met le doigt encore sur le fossé qui existe entre la communication municipale, la réalité et les besoins.

Nous ne résistons pas au plaisir de citer la Cour des comptes quand elle regrette que la commune « soit dépourvue d’un centre municipal de santé » et qu’elle précise que « les travaux des juridictions financières ont mis en lumière l’utilité d’un tel équipement pour une population défavorisée ».

 

Alors nous avons bien vu qu’il y avait un débat entre la Cour des Comptes et l’exécutif municipal. On verra où il mène et la délibération ce soir portant sur la protection fonctionnelle de l’ancien maire en est peut-être un indice.

 

Mais il y a aussi :

 

  • Les irrégularités reconnues – notamment financières. Y mettre un terme est une chose, que la Ville ne soit pas lésée et récupère les indus en est une autre.

 

  • Et surtout un besoin de transparence – surtout quand on ajoute à ce rapport la procédure judiciaire en cours sur le marché du Val-Fourré. Il y a besoin maintenant d’actes clairs et transparents.
Tribune libre. Octobre 2020. 
Il faut que les élus se bougent pour l’emploi !

Ce sont plus de 3.000 emplois qui seront supprimés si Renault stoppe sa production à Flins en 2024.

3.000 emplois « directs », c’est 12.000 emplois supprimés avec les Sous-traitants, les PME, les commerçants … 12.000 familles de plus touchées par le chômage dans notre région.

Face à cela, il faut que les élus se bougent – à commencer par le Maire !

Sans attendre, nous exigeons du groupe Renault qu’il relocalise la production automobile à Flins.

Il a perçu des milliards d’euros de fonds publics alors il doit nous rendre des comptes.

Bien à vous,

Armelle HERVE, Bintah SY, Mohamed MMADI, Marc JAMMET.