Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Marc Jammet, conseiller municipal PCF de Mantes la Jolie

Vivre mieux à Mantes-la-Jolie. Nos élus. Leurs activités.

, 12:08pm

Publié par Marc Jammet

Depuis le 15 mars 2020, quatre élus de notre liste siègent au Conseil municipal de Mantes-la-Jolie.

Vous trouverez, regroupées ci-dessous, les informations en lien avec leur mandat (au fur et à mesure de leurs mises à jour).

Les 10 dernières mises à jour:

  1. Conseil municipal du 19 avril. Communauté urbaine. Attributions de compensation. Intervention de Marc JAMMET.
  2. Conseil municipal du 19 avril. Biodiversité ou green-washing ? Intervention de Binta SY.
  3. Conseil municipal du 19 avril. Rénovation urbaine. Intervention d'Armelle HERVE.
  4. Conseil municipal du 19 avril. Nouveau dispositif d'aides du Conseil départemental. Intervention de Mohamed MMADI.
  5. Conseil municipal du 19 avril. Nouveau projet entrée de ville (Sully). Intervention de Marc JAMMET.
  6. Conseil municipal du 19 avril. Exonération de taxe foncière pour les sociétés HLM. Intervention Armelle HERVE.
  7. Conseil municipal du 19 avril. Projet Numook. Intervention Binta SY.
  8. MERCI à toutes celles et à tous ceux qui nous ont aidés.
  9. Conseil municipal du 19 avril. Protection fonctionnelle pour le Premier Adjoint, nous avons voté CONTRE. Intervention d'Armelle HERVE.
  10. Conseil municipal du 19 avril. Deux comptables publics "amnistiés" par la droite locale. Intervention de Binta SY.

Et ... plein d'autres

***********************************************************

 

***************************************************

Conseil municipal du 19 avril. Délibérations 26 et 27. Communauté urbaine. Attributions de compensation. 

Des négociations laborieuses et peu reluisantes !

Nous avons voté CONTRE les deux délibérations présentées.

Vous trouverez, ci-dessous, l'intervention de Marc Jammet au nom de notre groupe

 

Ces deux délibérations ont fait l'objet de plusieurs mois de négociations laborieuses - et peu reluisantes - entre les communes.

A l'issue vous avez obtenu, sans doute provisoirement, que certaines communes renoncent à leur action en justice.

Justice qui leur avaient donné raison.

Au bout du compte, où en sommes-nous ?

Ces attributions de compensation sont si importantes que la communauté urbaine est en quasi-faillite: projets annulés, culture et développement durable particulièrement impactés, l'impossibilité de contracter un emprunt que vous avez reconnu vous-même en séance ... 

Et si les élections départementales et régionales ne s'étaient pas profilées, vous augmentiez la fiscalité locale et la taxe sur les ordures ménagères dès cette année.

Ce sera donc l'année prochaine !

Pourquoi ?

C'est tout simple.

Certaines communes ont saisi l'opportunité pendant des années de faire payer à la communauté urbaine certaines de leurs compétences en les transférant.

C'était sans-doute un calcul à courte vue puisqu'elles abandonnent leurs compétences et c'est à l'évidence un gouffre financier pour la communauté urbaine au point que 10% des recettes de fonctionnement sont immédiatement reversées en attributions de compensation.

Autrement dit: à chaque fois que la communauté urbaine encaisse 100 euros d'impôts, elle en redonne immédiatement 10 à certaines communes.

Pour ce qui concerne Mantes-la-Jolie, vous avez voté un budget avec 300.000 euros de recettes d'attributions de compensation.

Ce n'est plus vrai ce soir !

Cette attribution est désormais fixée à ... 17.000 euros !

Soit une perte sèche d'un peu plus de 280.000 euros.

Et un budget municipal qui, de fait, n'est plus équilibré.

Pour nous, pour les Mantais surtout, ce n'est pas acceptable.

****************************************

Conseil municipal du 19 avril 2021. Délibérations numéros 15 et 16. Intervention Binta SY.

Reconquête de la biodiversité ou green-washing ?

Nous avons voté contre.

Vous trouverez ci-dessous l'intervention de Binta SY au nom de notre groupe.

 

Reconquête de la biodiversité auprès de la Région.

Atlas de la biodiversité auprès de l’OFB.

Cela sonne bien.

Sauf que, dans le même temps, vous relancez le projet d’écoquartier fluvial sous un autre nom : 5.000 nouveaux logements entre Mantes et Rosny, autour d’un gazoduc enterré type « Mer du Nord », un centre de traitement des eaux usées … détruisant au passage le site le plus riche en biodiversité.

Votre devise c’est « faites ce que je dis mais je cache ce que je fais ».

Nous voterons contre cette délibération.

******************************

Conseil municipal du 19 avril 2021. Rénovation urbaine. Intervention d'Armelle HERVE.

Rénovation urbaine ou volonté de changer la population ?

Vous trouverez, ci-dessous, l'intervention d'Armelle HERVE au nom de notre groupe.

 

Nous nous étions déjà exprimés à ce sujet lors du Débat d’Orientation Budgétaire.

Ce dispositif Prior’Yvelines nécessite une convention que vous qualifiez de « particulière » avec le Département pour « opérer un changement d’image du Val Fourré » (sic). Derrière l’image, vous mettez « le développement de l’attractivité résidentielle ». Il n’y a qu’un pas pour comprendre qu’il s’agit de poursuivre le changement de population sur notre ville.

Vous dites « une aide calibrée au plus près des besoins ». Aux besoins de qui ? Quand les projets cités – sans concertation avec les habitants, sans leur information – se montent sur une mise à mal de l’éducation :

  • Ecole Colette/Les jonquilles/Rousseau/Anémones : restructuration pour en faire le plus grand groupe scolaire de la ville. Ni les parents, ni les enseignants n’ont été informés. Cela ferait un groupe de 621 enfants (217 en maternelle, 404 en élémentaire). Aujourd’hui dans l’école Colette, il y a 1 enseignant pour 15 élèves, 14 enseignants pour 215 enfants. Y aura-t-il 41 enseignants pour les 621 élèves ?

  • Quartier prioritaire ? Alors oui cela nécessite proximité, donc petites structures, pour une équipe pédagogique favorisant l’éducation des enfants et non pas comme vous l’écrivez dans chaque délibération « Pour la ville, cela rationalise les coûts de gestion et d’exploitation ». Mais il n’y a pas d’économies à faire sur l’avenir des enfants, quand on sait que le taux de retard d’entrée en 6ième est de 17% en quartier prioritaire contre 12,9 % sur la ville. Ce même taux est de 17,1% pour les filles en quartier prioritaire contre 11,7% pour la ville.

  • Autres écoles touchées : Les Bleuets (rue Mozart) et Les Gentianes (rue Racine). Toutes deux maternelles en REP+. 5 Classes chacune. 170 Elèves au total. Avec cette restructuration/extension : cela fera-t-il 10 classes de petits ou moins de classes mais avec plus d’élèves par classe ? Contraire à toute considération par temps de pandémie !

  • Que dire de vos projets sportifs et culturels sur les ruines du collège Chénier ? Qui là encore, comme le collège Cézanne, jouait ce rôle d’accompagnement, d’aide aux élèves les plus en difficultés avec des équipes pédagogiques et des actions d’ouverture culturelle.

  • Nouveau complexe sportif : alors que vous laissez en l’état les équipements sportifs existants.

  • Alors oui il y aurait un nouveau groupe scolaire dans le cadre de la restructuration de la Dalle « en cohérence avec les logements potentiels à construire »… hypothèse…

Contrairement à ce que vous pourriez dire, nous ne sommes pas pour un statu quo mais pour une réelle projection et une mise en œuvre en totale concertation à partir de besoins des habitants d’aujourd’hui pour leur offrir le meilleur et pas pour répondre uniquement à une gestion comptable.

Nous votons contre.

 

************************

Conseil municipal du 19 avril 2021. Délibérations numéros 11 et 12. Intervention Mohamed MMADI.

Aides aux commerces. Nouveau dispositif du Conseil départemental. Hors compétence et un argent qui ne servira qu'une fois.

Vous trouverez, ci-dessous, l'intervention de Mohamed MMADI au nom de notre groupe.

 

Mon intervention va porter pour cette délibération (la 11) et la 12 puisqu’elles sont complémentaires.

Nous allons voter POUR mais nous avons plusieurs commentaires :

Ce dispositif n’est en fait qu’une opération sans aucune conséquence financière pour la municipalité.

Elle ne dépensera pas un sou pour les commerces de notre ville.

 

Avec ce dispositif, de quoi s’agit-il ?

Le département n’a pas le droit de financer les commerces.

Alors l’opération se construit en deux temps :

  1. Premier temps. La commune crée un dispositif d’aides financières aux commerces.

  2. Deuxième temps. Le département va lui verser une subvention couvrant exactement ce que va verser la commune.

Cela s’appelle CONTOURNER LA LOI.

Cela a une conséquence immédiate : si l’action du département est annulée par le contrôle de légalité de la Préfecture par exemple, les commerçants ne percevront rien.

 

Mon deuxième commentaire c’est que, même si cela marche, CET ARGENT NE SERVIRA QU’UNE FOIS.

C’est la raison pour laquelle nous rappelons notre proposition : des chèques municipaux attribués aux familles qui en besoin – pour cinq cent mille euros – et qui ne pourront être dépensés que dans nos commerces de proximité.

LA VILLE EN A LES MOYENS. C’EST UNE QUESTION DE PRIORITE BUDGETAIRE.

Et CET ARGENT SERVIRA DEUX FOIS : pour les familles qui en ont besoin et pour nos commerces qui en ont besoin – qui auront besoin dès qu’ils pourront rouvrir – de clientèle et de pouvoir d’achat.

POUR SA PART, SI LE DEPARTEMENT SOUHAITE NOUS AIDER, QU’IL LE FASSE.

Cette subvention par exemple de près d’un million d’euros permettrait de tripler l’impact de notre proposition.

Ce serait un million cinq cent mille euros qui pourraient être attribués aux familles qui en ont besoin et à nos commerces de proximité.

Avec un double avantage :

  • On ne contourne pas la loi

  • On évite les effets d’annonce pour AGIR EN TOUTE HONNETETE ET EN TOUTE TRANSPARENCE.

*********************************

Conseil municipal du 19 avril 2021. Délibération numéro 10. Intervention Marc JAMMET

Nouveau projet entrée de ville (Sully). 

Cela fait maintenant plusieurs années que vous voulez absolument urbaniser cette entrée de ville.

C'était le cas avec le promoteur ICADE.

J'avais à l'époque posé plusieurs questions à laquelle vous n'aviez pas répondu - notamment l'avenir du centre commercial Lavoisier puisqu'il était prévu la création de commerces aux rez-de-chaussées des nouveaux immeubles.

Votre inertie en ce domaine et l'état dans lequel vous avez laissé ce centre commercial depuis des années montrent bien que ce n'était pas votre soucis.

Et là vous nous ressortez de "sous les fagots" un nouveau projet qui va encore faire la part belle aux promoteurs.

Et qui va densifier encore davantage le Val-Fourré.

Le tout sans aucune concertation sérieuse avec les habitants.

Plutôt que de construire à nouveau, pourquoi n'est-il pas envisagé un poumon vert dans un quartier qui en possède très peu ?

Avec des aménagements ?

Un projet que les habitants auraient pu discuter, améliorer ?

En plaquant deux projets - coup sur coup - dictés à chaque fois par les promoteurs, vous y répondez malheureusement par la négative - avec obstination.

*******************************

Conseil municipal du 19 avril 2021. Délibération numéro 9. Intervention Armelle HERVE.

Vous trouverez, ci-dessous, l'intervention d'Armelle Hervé lors du Conseil municipal du 19 avril dernier.

On pourrait se dire que ça part d’un bon sentiment, que cela contribue pour les locataires d’un même bailleur – que l’on soit dans un quartier prioritaire de la politique de la ville ou non – à bénéficier de la même qualité de services et donc par le haut : gardien, entretien (nettoyage, petits travaux…), gestion des déchets (déjà parties intégrantes des charges locatives).

On pourrait se dire que c’est intéressant de développer des actions favorisant le vivre ensemble, la citoyenneté …

Mais que se cache-t-il véritablement derrière cet abattement qui représente un manque à gagner pour la ville de près de 900 000 € ?:

Les gardiens ont un nombre de logements en charge de plus en plus important ; certains assurent le ménage (les bailleurs pouvant ainsi les inclure dans les charges locatives) ; les locataires peuvent les joindre par téléphone sur des temps courts de permanence. Combien de portes d’entrée cassées non réparées dès le lendemain, de lampes à l’entrée des cages d’escalier qui ne fonctionnent plus, de fuites d’eau par le faux plafond dans des halls d’entrée – eau récupérée dans des poubelles pendant plusieurs jours ; des ascenseurs vétustes ou mal entretenus en panne pendant plusieurs jours ; la diminution du nombre d’heures de ménage…

Après l'intervention d'Armelle Hervé puis la mise en ligne des photos sur Facebook le lendemain, le mardi 20 avril au soir, les sacs d'ordures étaient enlevées.

Enfin sur la gestion des déchets : je vous invite à vous rendre au pied de la Résidence Pluton où s’amoncellent les sacs poubelles depuis le lundi 5 avril : poubelles brûlées, non remplacées et c’est le non ramassage des ordures depuis, ordures qui arrivent à deux pas de la porte d’entrée de l’immeuble. C’est inadmissible. Inadmissible en temps ordinaire. Inadmissible en temps de pandémie quand on nous alerte sur les mesures sanitaires impératives !

Et là, sur cet exemple précis, il ne s’agit pas de sensibiliser les locataires sur le tri, les bailleurs manifestement n’assurent pas leurs missions, n’assument pas leurs responsabilités. Tant que le « courant » ne sera pas fait, tant que les bailleurs ne respecteront pas leurs engagements, il n’y a pas lieu de leur accorder cet abattement. Nous votons contre.

 

********************************************************************

Projet Numook. Intervention Binta SY.

Un beau projet qui ne pourra pas être renouvelé

Vous trouverez ci-dessous l'intervention de Binta SY.

Ce projet est très intéressant et il demanderait à être prolongé.

NOUS VOTERONS DONC POUR.

Ce projet demanderait à être prolongé mais ce ne sera pas le cas.

Avec la fermeture du collège André Chénier qu’a imposé le Conseil départemental ce projet ne pourra pas être mis en place au sein du nouveau collège parce qu’il n’y aura pas assez de locaux.

Nous insistons à nouveau sur notre opposition à la fermeture des deux collèges Paul Cézanne et André Chénier.

La délibération

************************************************************

MERCI A TOUTES CELLES ET A TOUS CEUX QUI NOUS ONT AIDES

Nous le faisons encore imparfaitement mais avant chaque conseil (communautaire pour la GPSEO, municipal pour Mantes-la-Jolie) nous essayons (nous avons 5 jours) d'informer des citoyens, des représentants d'associations ... des délibérations qui vont être soumises au vote des élus.

Les retours qui nous sont parvenus nous encouragent dans cette démarche: beaucoup de sérieux, de réflexions et de compétences dans le domaine.

Grâce à vous (elles et ils se reconnaîtront) les élus que nous sommes sont aussi porteurs de réflexions, d'avis, de positions ...

C'est notre conception de la citoyenneté.

Ne pas toujours en parler "sans rien faire" mais tenter, concrètement, honnêtement, de la mettre en oeuvre et de la faire vivre.

 

****************************************************

Délibération numéro 36. Intervention d'Armelle HERVE

Protection fonctionnelle pour le Premier adjoint mis en examen.
Nous avons voté CONTRE.

Vous trouverez, ci-dessous, l'intervention d'Armelle HERVE au nom de notre groupe

" Avant toute chose, nous tenons à réaffirmer que nous sommes pour le respect de la présomption d’innocence. La justice doit faire son travail en toute indépendance et en toute quiétude.

Dans le cadre de l’affaire judiciaire concernant la supposée fraude dans la gestion du marché du Val Fourré, votre Premier Adjoint a été mis en examen pour « subornation de témoins ».

Alors nous vous posons une question : pourquoi faudrait-il voter la protection fonctionnelle ? Cela signifierait que le juge reproche à l’intéressé d’avoir suborné des témoins en tant que représentant de la ville ? C’est grave. Donc nous voterons contre.

Pour préciser nos propos : comme pour tout un chacun, si l’innocence est reconnue, il existe l’article 800-2 par lequel il peut être remboursé de ses frais de justice.

(Article 800-2. Modifié par Loi n° 2021-1509 du 29 12 2012-art. 109) "

****************************************************

Délibération numéro 37. Intervention de Binta SY.

Deux comptables publics "amnistiés" par la droite locale.

Délibération numéro 37. Il s'agit là de deux comptables publics qui ont été reconnus coupables de fautes lourdes dans l'exercice de leurs fonctions concernant la municipalité de Mantes-la-Jolie.

Ils ont été jugés par la Cour des comptes qui a estimé qu'il y avait préjudice pour la Ville de Mantes-la-Jolie ... malgré l'avis du représentant du Maire qui lui, a estimé qu'il n'y avait pas de préjudice.

Dans cette délibération scandaleuse, il s'agit tout simplement d'accorder une remise gracieuse aux deux comptables qui étaient condamnés à verser à la Ville un peu plus de 11.000 euros.

Vous trouverez, ci-dessous, l'intervention de Binta SY au nom de notre groupe.

 

" Le 25 février 2021, la Chambre régionale de la Cour des comptes a jugé que les deux comptables publics étaient débiteurs envers notre commune.

Pourquoi ?

Parce-qu’ils n’avaient pas encaissé deux titres de recettes et n’avaient pas payé plusieurs mandats.

Parce qu’un comptable public avait payé des primes à plusieurs membres du Cabinet du Maire sans aucune pièce justificative.

EN GROS, ILS ONT COMMIS DES FAUTES LOURDES DANS L’EXERCICE DE LEURS FONCTIONS.

Au cours du jugement, vous avez estimé que la Ville n’avait pas subi de préjudice. Cela a conduit le juge à vous « remettre à votre place ». Il vous a rappelé que c’était le Juge qui décidait ou non s’il y avait préjudice pour la collectivité. ET LE JUGE A ESTIME QU’IL Y AVAIT BIEN PREJUDICE.

Et c’est là qu’on marche sur la tête : la Ville est reconnue comme ayant subi un préjudice.

Celui-ci doit donc être réparé.

Et là, vous nous dites « NON NON NOUS N’AVONS PAS SUBI DE PREJUDICE ET NOUS NE VOULONS PAS QU’IL SOIT REPARE – NOUS ACCORDONS UNE REMISE GRACIEUSE AUX DEUX COMPTABLES ! »

Pourquoi prenez-vous une telle position ?

De quoi avez-vous peur ?

Nous sommes à Mantes-la-Jolie. Pas à Levallois-Perret !

Cette délibération est indigne.

Si elle est votée ce soir, nous allons examiner toutes les possibilités de recours."

******************************************

Tribune libre (paraîtra en mai dans le prochain mensuel municipal)

NON A LA FERMETURE DE DEUX COLLEGES

Vous trouverez ci-dessous le texte de la tribune libre de notre groupe VIVRE MIEUX A MANTES-LA-JOLIE qui paraîtra dans le mensuel municipal du mois de mai.

" Le Président du département a annoncé la fermeture de deux collèges (André Chénier et Paul Cézanne) pour n’en ouvrir qu’un.

Et le maire a accepté cette décision.

Cela se traduirait par des suppressions de postes (directeur, enseignants, infirmières, bibliothécaires, agents de services …) et l’impossibilité de faire cours en demi-groupes parce- qu’il n’y aura pas assez de classes.

De quoi satisfaire le ministre de l’Education nationale qui, lui, prévoit 1.800 suppressions de postes en collèges et en lycées.

A Mantes-la-Jolie, le ministre n’a plus rien à faire !

 Armelle HERVE, Bintah SY, Mohamed MMADI, Marc JAMMET."

 

**************************************

Le 19 avril dernier, lors du Conseil municipal, le Maire a présenté le rapport de la Cour des Comptes d'une manière pour le moins tendancieuse: pour lui tout va bien.

Vous trouverez, ci-dessous, l'intervention de Marc Jammet au nom de notre groupe.

Pour notre vote (il s'agissait de voter sur le fait qu'il y avait bien eu présentation du rapport et débat), nous l'avons subordonné à la réponse du Maire concernant notre demande d'un Conseil municipal extraordinaire.

Il a fallu s'y reprendre à deux fois provoquant la colère du Maire et une drôle de réponse: c'est non. Moins il y aura de bruit autour de cette affaire, mieux cela sera.

Nous avons donc voté contre.

Intervention Marc Jammet.

Nous n'avons pas dû lire le même rapport.

La manière dont est rédigée cette délibération est désolante.

J'en profite tout de suite pour réaffirmer ma demande qu'un conseil municipal extraordinaire soit organisé où les élus pourront auditionner les délégataires (Mandon et Lombard et Guérin) et d'une manière générale toutes les parties prenantes de la gestion des marchés.

Pour revenir au rapport de ce soir, NON la chambre régionale des comptes ne vous adresse pas un satisfécit - loin de là !

Elle pointe du doigt par exemple LES REGLES DE SECURITE.

Pour la Halle du marché du Centre-Ville, elle constate:

  • le 5 septembre 2013. Avis défavorable de la commission communale de sécurité - qui fait mention de graves dysfonctionnements mettant en péril la sécurité des visiteurs et des commerçants. Le Maire décide de poursuivre l'exploitation.
  • Le 30 octobre 2014. Nouvel avis défavorable. Le Maire décide de poursuivre l'exploitation.
  • 27 février 2017. Une commission communale à effectifs réduits lève l'avis défavorable. Le procès-verbal fait une demie page et la levée de l'avis défavorable n'est pas motivé.

La délégation de service public (2017, marché du Val-Fourré).

La majorité municipale choisit alors la société Mandon qui privilégie les commerçants "volants" (qui sont placés à chaque marché et donc potentiellement "à la merci" de pressions) aux abonnés à la société Lombard et Guérin qui privilégie les abonnés aux "volants".

Les contrôles du ressort du délégataire n'ont pas été fournis à la Chambre régionale des Comptes. Le délégataire soutient qu'il n'a pas à les communiquer. La Municipalité dit qu'elle ne les a jamais reçus. Là dedans, il y en a un qui ment !

Les placiers.

Pendant la gestion en régie, leurs recrutements par la Ville sont entachés d'irrégularités.

Les droits de place.

Entre 2010 et 2018, ils ont été perçus à 97% en espèces.

La typologie.

  • Centre-Ville 37 abonnés pour 18 à 33 volants (1 pour 1)
  • Val-Fourré 41 abonnés pour 120 volants (1 pour 3)

Amélioration du chiffre d'affaire en 2019.

Après les évènements (arrestations des placiers) le chiffre d'affaires progresse nettement passant de 278.000 euros annuels en 2017 à 547.000 euros en 2019 - + 100% !

Où est le satisfécit?

Le rapport montre au contraire de graves irrégularités et un jeu de passe-passe entre le délégataire (Mandon) et la municipalité sur l'air de "c'est pas moi, c'est l'autre".

On ne peut en rester là.

D'où notre demande d'y voir plus clair: faire le point en toute transparence puis prendre des mesures.

Nous subordonnons notre vote à votre réponse sur notre demande de Conseil municipal extraordinaire.

Vous trouverez, ci-dessous, le lien vers le rapport de la Chambre régionale des comptes.

 **********************

Mise à jour 7 avril 2021.

Stationnements. Marché du Val-Fourré. Marc Jammet écrit au Maire

Vous trouverez, ci-dessous, le courrier adressé au Maire.

Monsieur le Maire,

            De nombreux Mantais m’ont sollicité à propos du stationnement lors des jours de marchés (mardis, vendredis et dimanches) au Val-Fourré.

Ils dénoncent l’insécurité qu’ils ressentent les jours des marchés forains.

La plupart des trottoirs sont inaccessibles aux piétons – et particulièrement les mamans, leurs enfants en bas âge et les poussettes éventuels. Du coup, elles doivent emprunter les chaussées aux alentours du marché.

Cette situation qui devait être temporaire se prolonge depuis le 13 février 2018, il y a maintenant plus de trois ans !

Depuis ce déménagement dans des conditions inadmissibles (il a fallu attendre plusieurs mois et mon intervention publique pour que la majorité municipale s’aperçoive que le terrain utilisé en face du collège André Chénier ne lui appartenait pas et procède à un échange de terrains avec un bailleur social pour se mettre en règle aux yeux de la loi), il est plus que dommageable qu’aucune étude sérieuse n’ait été menée alors même que les inconvénients s’accumulaient (sécurité des visiteurs, baisse drastique du chiffre d’affaires pour les commerçants du Centre commercial principal …).

Je vous propose que des solutions soient mises à l’étude rapidement pour répondre au problème :

  • Le réinvestissement de la dalle du Centre commercial principal qui permettrait de réduire la superficie des marchés,

  • La mise en place de places dédiées obligatoires pour les véhicules des commerçants après qu’ils ont déballé,

  • La pose de mobiliers urbains garantissant l’accès aux trottoirs pour les piétons.

La mise en œuvre de ces solutions devrait également s’accompagner d’une réflexion de fond et d’une concertation approfondie à partir des besoins exprimés par les habitants du quartier et des visiteurs du marché, quitte à remettre en cause les projets poursuivis jusqu’aujourd’hui : construction de plusieurs centaines de logements sur la dalle du Centre commercial principal, procédures d’expropriation prévues pour 2022 des commerçants sédentaires du Centre, gâchis des fonds publics par dizaines de millions d’euros pour un projet qui ferait que densifier un peu plus encore le quartier du Val-Fourré.

J’ajoute que l’état de l’électrification partielle du marché (signalé par Armelle Hervé sans qu’il n’y soit remédié 9 mois après malgré les risques évidents) ne peut qu’engendrer et faire grossir le sentiment de mépris par la majorité municipale ressenti par la population du quartier.

En l’attente de votre réponse, je vous prie de bien vouloir recevoir, Monsieur le Maire, mes salutations distinguées.

**********************

Mise à jour 5 avril 2021.

Electrification du marché du Val-Fourré. Armelle Hervé récrit au Maire

 

Armelle Hervé a écrit à nouveau au Maire concernant les dangers des raccordements électriques (désastreux !) sur le marché du Val-Fourré.

La dernière fois qu'elle avait écrit, en juin 2020, le Maire l'avait assuré que les mesures allaient être prises !

Le problème ? C'est que ce n'est pas vrai. Et que nos élus Vivre Mieux à Mantes-la-Jolie sont tenaces et ne se contentent pas de promesses "qui n'engagent que ceux qui veulent bien les croire".

Vous trouverez, ci-dessous, le nouveau courrier adressé au Maire et quelques photos prises début avril 2021 sur le lieu du marché (qui se passent malheureusement de commentaires).

 

" Monsieur le Maire,

En juin dernier, j’attirais votre attention sur l’insécurité provoquée par les installations électriques mises à disposition des commerçants non sédentaires, sur l’Esplanade Diderot, dans le quartier des Ecrivains au Val Fourré, à Mantes-la-Jolie.

Vous m’assuriez que les services techniques de la ville, après vérification, demandaient au prestataire SOMAREP d’intervenir rapidement.

Vous trouverez ci-joint les photos de ces bornes électriques, prises ce samedi 3 avril 2021.

La troisième a un cache de protection, non fermé à clé, mais maintenu dans cet état, par une pierre…

Je vous demanderais donc de réintervenir en urgence pour que cette situation soit réglée de façon pérenne et garantir ainsi la sécurité pendant les marchés et en dehors.

Je vous remercie de me tenir informée des suites que vous voudrez bien donner à mon intervention."

**********************

Mise à jour 29 mars 2021.

Allée des Marronniers. Stationnement. Réponse du Maire

 

Le Courrier envoyé par Armelle Hervé.

 

J’ai été sollicitée pour des problèmes de stationnement, allée des Marronniers, par des habitants du quartier.

 

En effet, la croissance des marronniers, plantés il y a quelques années le long de cette allée, et de leurs racines pose problème. Cela se traduit par un soulèvement du revêtement autour des arbres et sur les places de stationnement utilisées par les habitants et les visiteurs des établissements à proximité.

 

De ce fait, l’emplacement utilisable entre deux arbres se trouve réduit. Les automobilistes n’ont pas d’autres alternatives pour se garer et ils utilisent malheureusement les trottoirs. Plusieurs d’entre eux ont même été verbalisés pour cela, après 20 heures (amende de 135 €).

 

Reconnaissez que cet effet papillon est plus que dommageable et que l’indulgence serait de mise en l’absence de solution pérenne pour les résidents.

 

Je vous serais reconnaissante de bien vouloir faire étudier par les services municipaux les possibilités satisfaisant à la fois les habitants pour un stationnement dans de bonnes conditions et préservant ces marronniers « en bonne santé » (ce qui devient rare) comme respiration environnementale indispensable à ce quartier.

 

Je vous remercie de bien vouloir m’informer des suites que vous donnerez à ma sollicitation.

**********************

Mise à jour 29 mars 2021.

Allée des Marronniers. Stationnement. Armelle Hervé intervient auprès du Maire

 

 

J’ai été sollicitée pour des problèmes de stationnement, allée des Marronniers, par des habitants du quartier.

 

En effet, la croissance des marronniers, plantés il y a quelques années le long de cette allée, et de leurs racines pose problème. Cela se traduit par un soulèvement du revêtement autour des arbres et sur les places de stationnement utilisées par les habitants et les visiteurs des établissements à proximité.

 

De ce fait, l’emplacement utilisable entre deux arbres se trouve réduit. Les automobilistes n’ont pas d’autres alternatives pour se garer et ils utilisent malheureusement les trottoirs. Plusieurs d’entre eux ont même été verbalisés pour cela, après 20 heures (amende de 135 €).

 

Reconnaissez que cet effet papillon est plus que dommageable et que l’indulgence serait de mise en l’absence de solution pérenne pour les résidents.

 

Je vous serais reconnaissante de bien vouloir faire étudier par les services municipaux les possibilités satisfaisant à la fois les habitants pour un stationnement dans de bonnes conditions et préservant ces marronniers « en bonne santé » (ce qui devient rare) comme respiration environnementale indispensable à ce quartier.

 

Je vous remercie de bien vouloir m’informer des suites que vous donnerez à ma sollicitation.

**********************

Mise à jour 23 mars 2021.

Notre tribune libre dans le prochain mensuel municipal (avril 2021)

 

 

Pour une information transparente sur la gestion du marché du Val-Fourré

 

Le Premier maire-adjoint a été mis en examen pour « subornation de témoins » dans le cadre cette affaire judiciaire.

Nous respectons la présomption d’innocence. La justice doit faire son travail en toute indépendance.

Pour autant la transparence doit être faite pour ce qui concerne la municipalité.

C’est la raison pour laquelle nous demandons la tenue d’un conseil municipal extraordinaire public où seront entendues les parties prenantes de cette gestion : des élus en charge du marché jusqu’au délégataire du service public.

Armelle HERVE, Bintah SY, Mohamed MMADI, Marc JAMMET.

**********************

Mise à jour 16 mars 2021.

Notre bulletin d'informations municipales (mars et avril 2021)

Au menu:

  • Les procédures judiciaires, cela commence à faire beaucoup (page 1)
  • Fermeture des collèges. Bédier a fait le sale boulot de Blanquer (page 2)
  • Regroupement et fermeture d'écoles (page 2)
  • Vente de l'orgue Danion (page 2)
  • "Notre télévision" (page 2)
  • Des chèques municipaux (page 3)
  • Communauté urbaine: - 280.000 euros pour Mantes-la-Jolie (page 3)
  • Ecoquartier fluvial. Attention, c'est reparti en douce (page 4)
  • A votre écoute (page 4)
Vivre mieux à Mantes-la-Jolie. Nos élus. Leurs activités.
Vivre mieux à Mantes-la-Jolie. Nos élus. Leurs activités.
Vivre mieux à Mantes-la-Jolie. Nos élus. Leurs activités.
Vivre mieux à Mantes-la-Jolie. Nos élus. Leurs activités.

Mise à jour 4 mars 2021.

Communiqué de presse. Mise en examen du Premier adjoint de Mantes-la-Jolie.

Le Premier adjoint au maire de Mantes-la-Jolie vient d’être mis en examen pour subornation de témoins dans le cadre de l’affaire judiciaire ouverte à propos du détournement de fonds supposé au marché du Val-Fourré.

Comme nous l’avons toujours dit et fait, nous avons toujours respecté la présomption d’innocence tant que le jugement ne sera pas prononcé et que les faits supposés ne seront pas établis.

C’est la raison pour laquelle, sans polémique stérile, nous demandons à nouveau au Maire de Mantes-la-Jolie de se porter partie civile dans cette affaire afin d’avoir accès officiellement au dossier.

Nous souhaitons qu’en toute transparence un conseil municipal extraordinaire soit convoqué afin d’informer le plus complètement possible les élus et les Mantais.

Nous ne pourrions comprendre que le refus obstiné du Maire de se porter partie civile dans cette affaire (maire-adjoint chargé du commerce à l’époque des faits) soit renouvelé.

Le 4 mars 2021

Armelle Hervé, Bintah Sy, Mohamed Mmadi, Marc Jammet, conseillers municipaux de Mantes-la-Jolie (Groupe Vivre Mieux à Mantes-la-Jolie)

*********************************

Mise à jour 4 mars 2021. Conseil municipal du 8 février. Interventions de nos élus.

Marc Jammet sur "Fermeture des collèges André Chénier et Paul Cézanne"

Nous avons voté contre cette délibération.

 

 

Derrière la création d’un nouveau complexe sportif au Val-Fourré, c’est d’abord la fermeture du collège André Chénier qui est actée (ainsi que celle du collège Paul Cézanne).

Vous nous parlez beaucoup de démocratie, de concertation mais vous n’avez pas un mot pour évoquer ce qu’il va advenir.

Le nouveau collège par rapport au deux autres c’est, si je m’en tiens à l’avis du Conseil d’administration de Chénier, un refus de ses représentants (14 contre 7).

Sur le nouveau collège de l’aveu même de la DASEN, le collège ne permet pas d’accueillir de demi-groupes car il n’y a pas assez de salles de cours et le fameux projet pédagogique ne sera pas mis en place cette année.

En outre, c’est aussi la suppression de 7 postes : un poste d’adjoint gestionnaire, un poste de secrétaire, deux postes de documentalistes, un poste de CPE – sans compter le sort des personnels d’entretien et d’accueil alors que le dispositif relais serait retiré et que la DGH serait amputée de 426 heures.

Armelle Hervé tout à l’heure a insisté tout à l’heure sur la proposition d’une véritable concertation – un référendum citoyen – sur les projets qui engagent la Ville.

Celui-ci en fait partie : c’est de l’avenir de nos enfants dont il s’agit !

Dès lors ce jury de concours est prématuré.

Il faut mettre en débat le rôle et le lieu d’implantation de ce complexe sportif.

Enfin, pour en revenir à l’urgence de ce complexe sportif, il faudrait d’ailleurs répondre à la question « pourquoi les gymnases Pierre Souquet et Louis Lécuyer sont-ils aujourd’hui aussi vétustes et saturés ? »

Tout simplement parce-que la majorité n’a pas répondu aux besoins !

Attachons-nous à y répondre mais ce n’est pas par une fuite en avant que nous allons y remédier – sinon à vouloir absolument se mettre au garde-à-vous devant un Conseil départemental qui n’a qu’une obsession : faire baisser les dépenses utiles aux Mantais !

*********************************

Mise à jour 3 mars 2021. Conseil municipal du 8 février. Interventions de nos élus.

Marc Jammet sur "Restauration du chevet de la Collégiale. Appel au mécénat"

Nous avons voté contre cette délibération.

 

 

Notre position sur le mécénat est connue. Nous sommes contre.

Tout simplement parce que si nous laissons faire, ce sont les entreprises privées qui vont décider à notre place de ce qu’il faut faire puisqu’elles paient.

La collégiale fait partie de notre patrimoine ? OUI

Il faut la rénover ? OUI.

Mais il faut que l’Etat assume ses responsabilités !

Il faut qu’il finance à son juste niveau – quitte d’ailleurs pour cela à cesser d’exonérer fiscalement les grandes entreprises pour nous dire ensuite qu’il n’a plus de sous ou qu’il n’y a pas d’argent magique.

Quand on voit quand même les milliards que prélèvent les banques sur les plus pauvres d’entre nous sans qu’on ne leur dise rien, sans qu’on les taxe, parler ensuite de mécénat est une plaisanterie.

Non, ce n’est pas à une banque – ni à un monarchiste « bien en cour » nous proposant d’organiser des lotos – qu’il faut laisser décider de l’entretien de notre patrimoine en les laissant réaliser une opération publicitaire et promotionnelle.

*********************************

Mise à jour 2 mars 2021. Conseil municipal du 8 février. Interventions de nos élus.

Marc Jammet sur "Assises de la transition écologique"

Nous nous sommes abstenus sur cette délibération.

 

 

Une phase de concertation ? Très bien. Dans les généralités c’est une bonne chose.

A une condition, c’est qu’il s’agisse vraiment d’une véritable concertation.

Or dès l’instant où cette phase de concertation – que vous appelez « évènement » dans la délibération – est confiée à un prestataire extérieur – c’est-à-dire privé – cela nous interroge.

A l’évidence nous passons de questions ouvertes à questions fermées.

Vous parlez de l’eau ?

Quelles garanties avons-nous que la question de la régie publique sera mise en débat ?

D’autant que l’expérience que les Mantais ont de l’écoquartier fluvial (heureusement mort-né) a de quoi les inquiéter – avec ce cabinet privé de communication organisant quelques réunions formatées sans jamais laisser la parole aux habitant, suggérant les propositions à retenir, oubliant un gazoduc et allant – sans le dire évidemment – jusqu’à rémunérer 150 euros des participants qu’on faisait venir de Paris.

Je le redis – à priori nous ne sommes pas contre si cela fait l’objet d’un vrai débat et non une énième opération de communication.

Nous souhaitons donc obtenir des garanties et pouvoir participer à l’organisation.

En l’attente, nous nous abstenons.

************************

Mise à jour 2 mars 2021. Conseil municipal du 8 février. Interventions de nos élus.

Armelle Hervé sur "Projet de renouvellement urbain du quartier du Val-Fourré"

Nous avons voté contre cette délibération.

 

Sur tous les projets que vous nous présentez dans cette délibération – en insistant sur les différentes phases de concertation auxquelles auraient été associés les habitants, les enseignants, les commerçants :… soit ce n’est pas vrai – ou à la marge, soit les infos données étaient tronquées, soit vous avez balayé d’un revers de main les avis contraires, les autres propositions.

Sur certains projets, nous nous sommes déjà exprimés, mais sans revenir dans le détail :

  • Pas de concertation parents/enseignants :

Restructuration des écoles Colette/Jonquilles/Rousseau avec intégration des classes des Anémones (donc fermeture de cette maternelle de proximité). Ah tiens, la maternelle des Bleuets a disparu – déjà- du projet (cf D.O.B. du 30 11 20) ! Le plus grand groupe scolaire de la ville ! Mettre la rationalisation des coûts de gestion en avant sans évoquer les conditions d’éducation des enfants, leur bien-être est pour le moins choquant. Faciliter les trajets au quotidien, dites-vous… Faut-il rappeler l’accident de l’élève de CM2 de l’école Colette qui a été renversée en traversant l’avenue… Les parents se sont mobilisés pour demander plus de sécurité. Qu’en est-il ?

  • Pas de concertation avec les habitants : 

 Sur la mise en place du 1er parking payant au Val Fourré – parking Clémenceau – Mohamed Mmadi s’était exprimé sur le fait que cela ne favoriserait en rien le commerce, le stationnement des habitants alors que généralement les parkings pour les locataires sont en mauvais état… et créérait de nouvelles inégalités notamment par des tarifs désavantageux (plus cher) sur le Val Fourré.

  • Pas de concertation avec les habitants, avec les commerçants :

Pour le réaménagement de la Dalle : pendant la campagne municipale, la liste Vivre mieux à Mantes la Jolie avait rendu public le projet de rénovation - dossier à l’appui. Dossier que vous aviez déjà déposé, qui a été validé peu après, et prévoyant d’ici 2022 l’expropriation des commerçants qui , eux, tombaient des nues.

Rien de plus sur la construction d’un nouveau groupe scolaire en cohérence avec des logements « potentiels » ( ?), des évolutions « potentielles » ( ?) de cartes scolaires … on pourrait rajouter avec quelles fermetures d’écoles « potentielles » !

Rien de plus sur la requalification du « Cube ».

  • Enfin, après pas de concertation des parents d’élèves/des enseignants, pas d’écoute :

Sur le projet d’aménagement Chénier/Lécuyer. Vous entérinez la démolition du collège Chénier, mais les parents d’élèves, les enseignants ne voulaient pas de sa fermeture. Des années durant ils se sont mobilisés pour ce collège.

Ce sont deux collèges de proximité Chénier et Cézanne, d’un effectif de 300 élèves chacun – à taille humaine pour accompagner les élèves, au plus près de leurs difficultés – vous (et le Conseil départemental), les fermez pour un collège soi-disant d’excellence qui va ouvrir avec une superficie moindre et 12 à 16 postes d’encadrants en moins, dès l’ouverture.

 Cette rénovation va à l’encontre des habitants, de leurs besoins … à moins de vouloir changer une partie de la population de la ville.

En fait, pour tous les projets qui engagent la ville sur le long terme, l’organisation d’un referendum local pour tous les Mantais, quelle que soit leur nationalité, pourrait être un temps fort de concertation avec les débats s’y afférant. Et après seulement, au Conseil municipal de prendre les décisions en adéquation.

La délibération

************************

Mise à jour 1° mars 2021. Conseil municipal du 8 février. Interventions de nos élus.

Mohamed Mmadi sur "achat local commercial 6 avenue de La République"

Nous avons voté contre cette délibération.

 

 

La crise sanitaire a frappé de plein fouet beaucoup de familles qui se trouvent dans une situation économique précaire.

Ces familles ont besoin de soutien de la part de ville.

Nous vous avons proposé de faire une action sociale d’envergure en donnant des chèques municipaux pour permettre aux familles qui sont dans le besoin de les consommer sur mantes et cela pourrait redonner aussi un air d’oxygène aux commerces de la ville.

Cette action, nous l’avons estimé à 500 000 euros.

Donc, nous pensons que l’acquisition de cette parcelle à 630 000 euros est très chère pour la ville et inutile vu l’état de la crise actuelle.

Nous pensons que vous devriez mettre l’accent plutôt sur les familles en difficultés et nos commerces de proximité.

************************

Mise à jour 1° mars 2021. Conseil municipal du 8 février. Interventions de nos élus.

Marc Jammet sur "Transfert du parking Gare à la GPSEO"

Nous avons voté contre cette délibération.

 

C’est malheureusement logique.

Après avoir transféré la compétence de ce parking à la GPSEO, celle-ci en devient propriétaire de plein droit – et à titre gratuit.

Oui c’est la loi – mais on n’est pas obligé d’être d’accord (sans cela nous n’aurions pas de délibération à voter) et nous allons voter CONTRE.

D’autant qu’en l’espèce, on touche là à l’absurde !

Il y a quelques mois, Mohamed MMADI vous a proposé l’instauration d’un abonnement pour ce parking qui serait valable pour toute la ville.

C’est une proposition logique.

Ce parking est majoritairement utilisé par les habitants des communes proches qui l’utilisent pour prendre le train (et en l’espèce EOLE si ce dernier voit le jour).

Mais ces mêmes habitants s’ils veulent revenir à Mantes-la-Jolie le week-end par exemple doivent payer à nouveau – en plus de leur abonnement « gare ».

Un abonnement unique serait pourtant une belle opportunité pour nos commerces, pour nos institutions culturelles qui pourraient voir s’élargir leurs offres.

Et que nous avez-vous répondu ?

Pas possible, le parking est géré par la communauté urbaine.

Autrement dit le Maire de Mantes-la-Jolie ne pense pas arriver à convaincre et à défendre l’utilité d’un tel projet devant le Président de la Communauté urbaine … qui est aussi le Maire de Mantes-la-Jolie.

Au-delà de « la force » de l’argumentation dont nous laissons les Mantais juger, s’il fallait un exemple de plus de la nocivité de ce transfert de compétence, vous nous le livrez sur un plateau.

************************

Mise à jour 28 février 2021. Centre commercial du Lac (Entre Zac Henri IV et la Croix-Ferrée)

Rencontres avec les Mantaises et Mantais (édition 2)

Chaque mois, avec notre équipe municipale (dont nos élus) nous nous rendons (et nous nous rendrons) dans un des trois quartiers de notre Ville pour écouter les Mantaises et les Mantais qui souhaitent nous rencontrer, nous faire part des problèmes qu'ils rencontrent, nous poser des questions ...

Après notre présence à Carrefour-Market du Centre-Ville fin janvier, nous étions présents ce matin devant les boutiques ouvertes du Centre commercial du Lac à Gassicourt.

Pendant une heure trente, de nombreuses discussions ce matin avec une préoccupation souvent exprimée: le sentiment d'être particulièrement abandonné par la Mairie dans ce quartier que ce soit pour ce qui concerne l'espace public et commercial ou le logement social majoritairement géré par "Les Résidences Yvelines-Essonnes".

Nous restons à votre écoute.

Prochaine rencontre prévue: samedi 27 mars Centre commercial principal du Val-Fourré

 

 

 

************************

Mise à jour 26 février 2021. Conseil municipal du 8 février. Interventions de nos élus.

Armelle Hervé sur "Logements vacants"

Nous avons voté pour cette délibération.

4 jours après le Conseil, Raphaël Cognet en tant que Président de la GPSEO estimait le nombre de logements vacants à ... 500 contre 200 (voir délibération ci-dessous).

Il précisait également que les propriétaires privés du centre-ville qui auraient été aidés financièrement à louer n'auraient rien à rembourser une fois leur logement mis en location.

 

Cette délibération s’inscrit plus largement dans la crise du logement :

  • Manque de constructions sociales

  • Renforcement de la spéculation immobilière et foncière

  • Renchérissement des loyers

  • Marchandisation du logement social

  • Développement des marchands de sommeil

Cette situation est à la fois de la responsabilité de l’Etat mais aussi des collectivités territoriales par leurs choix en la matière. Loin de répondre aux besoins des ménages modestes, vous faites la part belle aux promoteurs immobiliers. Vous vous inscrivez dans des politiques de rénovations urbaines agressives en faisant flamber le foncier et l’immobilier au détriment du logement de qualité, accessible à tous.

Le constat national contenu dans le rapport de la fondation Abbé Pierre est sans appel : 4,1 millions de mal logés. 300 000 SDF.

Paradoxalement, la France n’a jamais connu autant de logements vacants, autant de richesses et de capacité à construire des logements de bonne qualité, à prix abordables. Au 01 01 2020, la banque des territoires répertoriait 3 millions de logements vacants, soit 8% des logements, et seuls 7% seraient « viables ».  Le nombre de vacance continue de progresser.

Au Centre-Ville de Mantes la Jolie, vous nous indiquez que les propriétaires privés qui pourraient être aidés financièrement pour des travaux de rénovation concernent 200 logements. Mais cette aide à la rénovation doit être considérée comme un accompagnement à la location du logement, il doit y avoir un encadrement des loyers. Sinon, on passe à côté de l’objectif affiché.

Comme il n’existe pas qu’une raison à la vacance de logements, il n’existe pas qu’une seule solution d’aide à la rénovation de logement à la rénovation de logement vacant d’un propriétaire privé : la réquisition est également possible.           

 

************************

Mise à jour 26 février 2021. Conseil municipal du 8 février. Interventions de nos élus.

Armelle Hervé sur "Vente de l'orgue Danion"

Nous avons voté contre cette délibération.

L'orgue Danion (installé à la collégiale de Mantes-la-Jolie) avait été mis en vente en 2014 à un prix "plancher" de 150.000 euros.

Lors de ce conseil municipal, celui-ci a été mis en vente ... sans prix "plancher".

Autrement dit au plus offrant.

De quoi nous interroger.

Réponse du maire: "la valeur est très difficile à estimer".

 

"En 2014, il y a effectivement 7 ans, vous déclassiez l’orgue Danion, en lui joignant un prix de vente de 150 000 €. Il était prévu la restauration de l’orgue Merklin pour 136 000 € « grâce » à un financement croisé Région Ile de France/Conseil départemental/Ville.

Dans un article de la Gazette, en 2016, l’orgue Danion était toujours en vente.

La mise en vente était déjà approuvée.

Par contre, ce qui est nouveau, c’est de le céder « sans prix plancher défini par la ville », de la céder à la meilleure offre. De 150 000 € à une cession au plus offrant « sans proposition plancher », cela interroge : y a -t-il une nouvelle estimation ? Un acheteur s’est-il déjà fait connaître ?"

************************

Mise à jour 25 février 2021. Conseil municipal du 8 février. Interventions de nos élus.

Marc Jammet sur "Jeu de piste"

Nous nous sommes abstenus sur cette délibération.

Enième délibération soi-disant pour aider le commerce du Centre-Ville tout en refusant systématiquement et sans explication notre proposition de chèques municipaux à dépenser dans nos commerces de proximité.

Répartie du Maire à ce sujet ? "Le CCAS a toujours répondu au téléphone pendant cette période (sic)". 

 

En soi, on ne peut pas être contre.

Même si cette initiative sympathique peut apparaître comme une goutte d’eau dans la mer.

C’est la raison pour laquelle nous allons nous abstenir.

Culturellement. Oui cela a du sens.

Economiquement. C’est se faire plaisir pour pas grand-chose : NON ça n’incitera pas les Mantais à consommer local.

Pour consommer local, il en faut les moyens – c’est-à-dire du pouvoir d’achat – un vocable pour le moins étrangement absent de ces délibérations.

Pour inciter à consommer local, il faut aider nos commerçants à donner envie – un commerce de proximité c’est du lien social, de la confiance qui se construit entre commerçant et consommateur.

C’est à cela qu’il faut aider si nous ne voulons pas accentuer encore les fermetures qui se multiplient.

D’où notre proposition d’une double action sociale et économique : des chèques municipaux attribués aux familles en difficultés – des chèques municipaux échangeables uniquement dans les commerces – TOUS LES COMMERCES – du Centre-ville, de Gassicourt, du Val-Fourré.

Je ne sais pas si cela peut vous convaincre mais c’est déjà par centaines que des communes se sont engagées dans une démarche semblable – comme Montaigü en Vendée, une ville de 25000 habitants qui a investi 300.000 euros en pouvoir d’achat pour son commerce local.

D’autant que la pandémie il ne faut pas en parler pour justifier qu’on ne fait rien !

Ce sont des familles qui ont du mal à boucler leurs fins de mois, ce sont des commerces, des institutions culturelles qui souffrent.

Alors il faut en avoir la volonté politique – quitte à décaler des investissements que nous ne partageons d’ailleurs pas.

Uniquement dans les décisions que vous avez prises entre deux conseils municipaux, vous – et la GPSEO – avez investi pour racheter des locaux commerciaux : 42.000 euros au 3 boulevard du Maréchal Juin plus 318.000 euros (GPSEO) plus 240.000 euros au 14 avenue de La République sans compter un autre achat que vous nous proposez ce soir – sans compter un peu plus de 300.000 euros pour une partie du restaurant « Antoine ».

Comment pouvez-vous justifier qu’il est impossible de dégager 500.000 euros pour que les Mantais puissent répondre un peu mieux à leurs besoins et dans le même temps soutenir notre commerce local ?

************************

Mise à jour 25 février 2021. Conseil municipal du 8 février. Interventions de nos élus.

Mohamed Mmadi sur "mon centre-ville a un incroyable commerce"

Nous nous sommes abstenus sur cette délibération.

 

"Dès le début de notre mandat, nous (le groupe vivre mieux à Mantes la Jolie) avons toujours voté et soutenu les initiatives en faveur des commerces du centre-ville et de l’association « Cœur de Mantes ».

Beaucoup de Mantais nous interpellent et à juste titre.

Car, ils ont le sentiment que tous les efforts et les initiatifs se dirigent vers les mêmes.

Comme si à Mantes, il n’y avait que le centre-ville qui a besoin d’une redynamisation et d’une sur exposition de communication.

Ce sentiment d’inégalité c’est aussi le manque d’un traitement médiatique équitable et l’absence d’initiatives parallèles pour les autres commerces de la ville quel que soit le secteur géographique.

Après avoir fait ce constat et écouté les Mantais qui nous ont interpellés, nous décidons de nous abstenir pour cette délibération."

La délibération

******************************************

Mise à jour 24 février 2021. Conseil municipal du 8 février. Interventions de nos élus.

Marc Jammet sur "le pacte de gouvernance"

Nous avons voté contre cette délibération.

 

" Le Pacte de gouvernance qui nous est proposé peut paraître très général (et la délibération l’est).

Elle cache cependant bien d’autres discussions – qui ne sont pas évoquées ici.

Des discussions politiciennes qui se poursuivent depuis plusieurs mois et pas très reluisantes.

Car de quoi s’agit-il ?

  • Derrière les préoccupations affichées, il s’agit notamment pour certaines communes de renoncer à leurs recours en justice – et notamment quant aux attributions compensatoires.

  • Et pour ce qui nous concerne à Mantes-la-Jolie, une baisse drastique de notre attribution compensatoire. Elle était prévue à 300.000 euros au budget 2021, elle est aujourd’hui à 17.000 euros. Ce qui veut dire qu’à peine mis en œuvre, notre budget municipal est déjà insincère.

En gros, on s’est servi de la communauté urbaine pour lui faire prendre en charge le maximum de compétences.

Et forcément cela a un coût puisque la communauté urbaine (pour aller vite) les refacture.

Et ce n’est pas un hasard si deux communes se distinguent particulièrement dans ce transfert de compétences : Verneuil dont l’ancien maire était aussi le Président de cette communauté urbaine et Mantes-la-Jolie dont le maire actuel est aujourd’hui le Président en exercice.

Le tout au détriment de plusieurs communes – et qui ont protesté et obtenu gain de cause en justice. Mais aussi au détriment de Mantes-la-Jolie où le Conseil municipal ne maîtrise plus rien – de sa voirie aux parkings en passant par la culture.

Tout ceci est dangereux et risque bien de nous mener dans le mur :

  • D’abord financièrement. Nous perdons « provisoirement » aujourd’hui 280.000 euros cette année sur notre budget mais il est fort possible que nous perdions très vite des centaines de milliers d’euros pour les exercices précédents qui sont en suspens.

  • Ensuite démocratiquement. Que devient le lien entre les élus municipaux et les habitants quand la majeure partie des décisions sont prises ailleurs – à la communauté urbaine ?

Seuls 28% des électeurs de Mantes-la-Jolie ont voté lors des dernières élections municipales. Combien d’entre eux ont-ils eu conscience de voter pour les conseillers communautaires qu’ils désignaient en même temps ?

Autrement dit les conseillers communautaires n’ont pratiquement aucune légitimité … mais ils prennent toutes les décisions !

Nous tenons à le rappeler ce soir : cette communauté urbaine n’est qu’une usine à gaz dont il faudrait se sortir au plus vite.

C’est la raison pour laquelle nous voterons contre cette délibération."

(Ci-dessous le document qui a été communiqué aux conseillers communautaires mais ... pas aux conseillers municipaux de Mantes-la-Jolie. Rassurez-vous, ceux de la majorité ont voté pour quand même !)

 

La délibération "Pacte de gouvernance"

******************************************

Mise à jour 24 février 2021. Conseil municipal du 8 février. Interventions de nos élus.

Armelle Hervé sur le tableau des effectifs (postes et emplois mairie)

Nous n'avons pas participé au vote.

"C’est un peu compliqué de s’y retrouver sans avoir connaissance de l’organigramme et des différentes réorganisations de services.

Même si le tableau des effectifs est évolutif, pour 5 recrutements de « cadres », il y a 17 suppressions de postes cela fait beaucoup (dont 1 poste en direction des seniors), et si l’avis du Comité Technique (instance paritaire) est consultatif nous souhaiterions connaître celui du 18 décembre dernier.

Par ailleurs, il semblerait que les conditions de convocations et de tenue de cette instance paritaire ne soient pas tenues dans les règles… Vous (Mr le Maire) avez d’ailleurs reçu un courrier d’une organisation syndicale en ce sens.

Nous ne participons pas au vote pour vous en laisser la responsabilité faute d’éléments d’appréciation."

La délibération "Tableau des effectifs"

****************************************

Mise à jour 16 février 2021. Tribune libre du mensuel municipal (La Feuille de Mantes)

Nous avons demandé l’ouverture d’une information judiciaire

La Cour régionale des comptes a révélé de nombreuses irrégularités graves dans la gestion de notre commune.

Elles portent atteinte à l’image et à la réputation de notre ville et elles ont été réalisées à son détriment financier.

Nous estimons ainsi ce dernier à plusieurs centaines de milliers d’euros.

Sans polémique stérile, nous souhaitons tout simplement que toutes les responsabilités éventuelles soient déterminées.

C’est la raison pour laquelle nous avons sollicité le Ministre de la Justice et Madame le Procureur de La République.

Armelle HERVE, Bintah SY, Mohamed MMADI, Marc JAMMET.

Mis à jour 14 février 2021.

En visite à Eveil-Mat'ins

 

Lors du dernier Conseil d'administration du Comité communal d'action sociale, j'ai demandé à visiter la nouvelle structure de l'association mise en place au Centre-ville (13 rue Tellerie).

Du coup, vendredi 12 février, c'est une visite ouverte à tous les administrateurs qui a eu lieu.

Autour d'un rôle éducatif d'éveil, de socialisation et de citoyenneté, les enfants de grande section maternelle et de CP des écoles, orientés par les directeurs-trices d'écoles, y sont accueillis les mardis et vendredis de 16h45 à 18h15.

Au menu:

le jeu éducatif (de société, d'imitation, de construction ...)

l'accompagnement à la scolarité dans un espace où l'enfant, accompagné d'un adulte ou d'un lycéen peut parler de sa journée, réaliser son travail scolaire ou lire ...

En tout cas merci à tous les acteurs de cette structure de nous avoir permis de connaître un peu cette action (soutenue également par la Préfecture des Yvelines, la CAF, l'Acsé ...)

Mise à jour du 9 février 2021.

Conseil municipal du 8 février. Jugez par vous-même.

Le conseil municipal du 8 février dernier a duré un tout petit plus de 2 heures trente.

Au fil des débats et dans l'ordre chronologique, nous sommes intervenus sur le tableau des effectifs (Armelle Hervé), le pacte de gouvernance de la communauté urbaine (Marc Jammet), sur le commerce au Centre-ville (Mohamed Mmadi) et "le jeu de piste culturel" (Marc Jammet) où nous avons (lourdement mais nous l'assumons) insisté sur notre proposition de chèques municipaux, sur le logement (Armelle Hervé), sur le transfert du parking de la Gare à la communauté urbaine (Marc Jammet), l'acquisition (encore) d'un local commercial (Mohamed Mmadi), le projet de renouvellement urbain du Val-Fourré (Armelle Hervé), l'organisation des assises de la transition écologique (Marc Jammet), la demande de mécénat pour la collégiale (Marc Jammet), la fermeture du Collège André Chénier (Marc Jammet).

Le prochain conseil municipal devrait avoir lieu le 19 avril 2021.

Nous tenons à remercier les membres de notre équipe municipale (de plus en plus nombreux) que nous avons contactés (imparfaitement mais on va s'améliorer) et qui nous ont fait bénéficier de leurs compétences.

Vous trouverez, en lien ci-dessous, l'enregistrement vidéo de ce conseil municipal.

Mise à jour 5 février 2020.

Conseil municipal lundi 8 février 2021

 

Le prochain Conseil municipal aura lieu lundi prochain à 19h00 Ile Aumône et sans public (il devrait donc être retransmis sur Internet).

27 délibérations sont à l'ordre du jour que vous trouverez en images ci-dessous.

Pour ce qui concerne les décisions prises par le maire entre deux conseils, le compte-rendu de la séance précédente (le 14 décembre) et les 27 délibérations, vous les trouverez en fichiers attachés dans l'article mis en ligne et partagé lundi matin.

Enfin nous ne pouvons que remarquer que nous n'avons été informés de la date du Conseil que lundi 1° mars par la convocation des commissions.

Et encore !!! Ces convocations aux commissions n'ont été envoyées que lundi mais uniquement par mails envoyés à nos adrels "mairie" que nous ne pouvons consulter que sur nos tablettes "mairie).

De là à penser que la majorité municipale s'en tient à la loi mais au minimum afin de nous empêcher d'être informés convenablement, il n'y a qu'un pas ... que nous franchissons.

 

***************************************************

Mise à jour 3 février 2021

A la rencontre des Mantaises et des Mantais

Dimanche 31 janvier de 10h00 à 11h30, des militants de notre équipe municipale (dont trois élus) sont venus à la rencontre des Mantaises et des Mantais devant le Carrefour-Market du centre-ville.

1h30 de débats, d'avis, de questions et de réponses que nous allons renouveler chaque mois dans un quartier de notre ville.

Prochain rendez-vous fin février à Gassicourt.

 

*****************************************************

Mise à jour 25 janvier 2021.

Notre bulletin d'informations municipales numéro 135 (janvier et février 2021).

Nous en profitons pour vous donner rendez-vous dimanche 31 janvier 2021 devant le magasin Carrefour-Market (à côté du cinéma CGR) de 10h00 à 11h30. Plusieurs militants de notre équipe municipale (dont nos élus) seront présents pour vous écouter et répondre à vos questions si vous le souhaitez.

 

 

Mise à jour 21 janvier 2021.

Chambre régionale des comptes Ile-de-France. Nous venons d'écrire au Ministre de la Justice et au Procureur de La République

Nous demandons l'ouverture d'une information judiciaire.

 

Vous trouverez, ci-dessous, le courrier et la pièce numéro 1 ainsi que les pièces 2 et 3 (fichiers attachés)

 

Marc JAMMET

Conseiller municipal et communautaire de Mantes-la-Jolie

Président du groupe Vivre mieux à Mantes-la-Jolie

 

 

 

Monsieur Eric DUPOND-MORETTI,

Garde des sceaux et Ministre de la Justice

Hôtel de Bourvallais

13 place Vendôme

75001 Paris

 

Le 21 janvier 2021

 

Objet. Demande d’ouverture d’une information judiciaire par vos services

 

Monsieur le Ministre de la Justice,

 

Lors de la séance du 30 novembre 2020 du Conseil municipal de Mantes-la-Jolie, nous avons été informés officiellement du rapport de la Chambre régionale des comptes Ile-de-France portant sur les exercices 2014 à 2018 inclus.

 

Ce rapport met en évidence de nombreuses irrégularités graves.

 

Non seulement elles portent atteintes à l’image et à la réputation de notre commune mais elles ont été réalisées à son détriment financier.

 

Nous estimons ainsi – « à vue de nez » - ce détriment financier à plusieurs centaines de milliers d’euros.

 

Le Maire actuel a justifié ces irrégularités en invoquant la responsabilité particulière du trésorier principal.

 

Pour notre part, nous ne pouvons également que nous interroger sur le contrôle préfectoral de légalité qui, en cinq ans à notre connaissance, n’a émis aucune observation et encore moins de remise en cause de dépenses que la Chambre régionale juge pourtant irrégulières.

 

C’est la raison pour laquelle nous nous permettons de nous adresser à vous afin que vous ouvriez une information judiciaire pour déterminer les responsabilités éventuelles.

Vous trouverez à cette fin et parmi les éléments qui nous ont été fournis, ceux qui nous semblent le plus caractéristiques.

 

            En vous remerciant par avance de l’intérêt que vous voudrez bien porter à notre démarche, je vous prie de bien vouloir recevoir, Monsieur le Ministre, l’expression de ma considération distinguée.

 

Marc JAMMET

Conseiller municipal et communautaire de Mantes-la-Jolie

Président du groupe Vivre mieux à Mantes-la-Jolie

(Le présent courrier a été rédigé avec l’accord des trois autres élus membres du groupe : Armelle HERVE, Bintah SY et Mohamed MMADI)

 

 

 

Pièces jointes :

  • Numéro 1. Eléments qui nous semblent les plus caractéristiques

  • Numéro 2. Extraits commentés du rapport précité figurant sur le blog www.marcjammet.fr (page Cour des comptes).

  • Numéro 3. Synthèse rendue publique par la Chambre régionale des comptes d’Ile-de-France

PIECE NUMERO 1

 

Titres et extraits du rapport de la Chambre régionale des comptes d’Ile-de-France.

 

 

 

DES IRREGULARITES DANS LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES (.../...). DE MULTIPLES FRAIS PRIS EN CHARGE IRREGULIEREMENT. DES OPERATIONS DE CESSION D’IMMEUBLES A LA REGULARITE CONTESTABLE.

 

  • « Aucun matériel attestant du service fait par six agents »

 

  • « Modalités de recrutement du Directeur général des services appliquées par la commune de Mantes-la-Jolie sont celles réservées aux communes de 80.000 à 150.000 habitants auxquelles elle ne peut prétendre »

​​​​​​​

  • « Des frais de réception du maire en exercice de 2014 à décembre 2017, M. Vialay, ont été pris en charge par la commune de façon irrégulière à hauteur de de 50.000 euros (…/…) »

​​​​​​​

  • « Le 20 janvier 2016, la commune a cédé 6 bâtiments modulaires à une école privée bilingue musulmane Eva de Vitray pour la somme de 491.000 euros selon un paiement à terme, étalé sur 5 années. Alors que l’école précitée ne faisait pas face à ses échéances, la commune n’a pas souhaité actionner la clause résolutoire prévue dans l’acte de vente en cas de non-paiement. Par simple délibération du 18 décembre 2017, elle a accordé un rééchelonnement de la dette dont la durée est passée de 6 à 10 ans, ce qui n’empêche pas le débiteur de continuer à régler ses échéances avec retard (…/…) Or les conditions financières privilégiées accordées à l’école Eva de Vitray dans le cadre de ladite vente à terme ne sont pas celles du marché et s’apparentent à une libéralité. »

​​​​​​​

  • « Par convention conclue le 9 juin 2008, la commune avait mis à disposition de la représentation locale de la Confédération islamique Millil Gorus dans un premier temps à titre gracieux, un local de 704 m2 et 7 parkings (…/…). Selon un acte authentique de cession du 27 avril 2012, assez obscur quant à l’apurement d’un arriéré de loyers et de charges de 39.713,83 euros dû par le CIMG-Mantes, cette dernière est devenue propriétaire dudit local (…/…). Ces conditions de location puis de cession peuvent être assimilées à une libéralité ».

 

 

L’ABSENCE DE SURCLASSEMENT DEMOGRAPHIQUE DE LA COMMUNE (LES INDEMNITES DU MAIRE, DES ADJOINTS ET DES CONSEILLERS MUNICIPAUX ONT POURTANT ETE AUGMENTEES GRACE A CE SURCLASSEMENT SANS EXISTENCE LEGALE).

 

 

COLLABORATEURS DE CABINET. DES REMUNERATIONS NON CONFORMES, UN DGS (DIRECTEUR GENERAL DES SERVICES) RECRUTE A TORT ET A LA REMUNERATION IRREGULIERE.

 

  • Tableau infra. Primes indûment perçues par le DGS de 2015 à 2018 : 197.082,96 euros.

​​​​​​​---------------------------------------------

Mise à jour 19 janvier 2021. Tribune libre dans le journal municipal (février 2021).

Allions action sociale et commerces de proximité

La crise sanitaire a encore aggravé les difficultés des Mantais.

De leur côté nos commerces de proximité souffrent.

Plusieurs d’entre eux ont même définitivement fermé leurs portes.

Nous proposons une action sociale d’envergure (500.000 euros dans un budget municipal équilibré cette année à 90 millions d’euros): des chèques municipaux que les familles en difficulté pourraient dépenser dans nos commerces.

Répondre aux besoins des familles et re-dynamiser nos commerces, c’est une question de choix !

 

Armelle HERVE, Bintah SY, Mohamed MMADI, Marc JAMMET.

Mise à jour 15 janvier 2021.

Rue Grave dangereuse pour les riverains.
Mohamed MMADI écrit au Maire

 

Mise à jour du 11 janvier 2021.
Centre communal d'action sociale: quand les difficultés des familles font s'esclaffer les administrateurs !

Deux points seulement étaient à l'ordre du jour de ce conseil d'administration le 30 décembre dernier: le budget 2021 et une subvention pour l'association Eveil'Matins (représentée d'ailleurs au sein même du CCAS par une administratrice - absente ce jour).

Bizarrement, c'est une fonctionnaire municipale qui, après avoir prévenu le Vice-président (Monsieur Daff), s'est permise de lire la deuxième délibération avant de la mettre en débat (confusion pour le moins bizarre - et en en tout cas illégale entre une dirigeante de service municipal de fait et les élus).

Il s'agit pour l'association en question d'assurer le fonctionnement de l'accompagnement à la scolarité (Contrat CLAS) au Centre-Ville.

10 familles réparties dans 3 écoles élémentaires et 4 écoles maternelles devraient ainsi y être accompagnées.

Quelles sont ces écoles ? Ma question qui n'avait pourtant rien d'un piège a pourtant visiblement créée beaucoup de gène puisque même Madame Morillon (qui a pourtant été adjointe aux écoles pendant plusieurs années) confondait visiblement écoles d'autres quartiers avec celles du Centre-Ville.

Au final, j'ai donc cru comprendre que seraient concernées les écoles élémentaires Curie, Lumière et Bouchet ainsi que le écoles maternelles Myosotis, Mimosas et Capucines. A vérifier donc.

Pour ce qui concerne le budget municipal, il s'agissait tout simplement des éléments donnés lors du débat d'orientations budgétaires. Le Vice-président prenant la peine de rappeler aux administrateurs qu'ils étaient là pour approuver les choix municipaux. En gros: "circulez, y'a rien à voir !".

Cela n'a pas empêché le débat jusqu'à ce que ma proposition de chèques municipaux pour 500.000 euros fasse éclater de rire les administrateurs élus et présents (Monsieur Daff et Madame Morillon).

Un rire vite devenu grimace sous les masques quand je me suis fâché (cela ne m'arrive pas souvent mais cela m'arrive - surtout quand ces mêmes élus ont justifié récemment tous les irrégularités financières relevées par la Cour des comptes !).

Vous trouverez, ci-dessous, les deux délibérations dont il est question dans cet article.

Les deux points à l'ordre du jour du CCAS du 30 décembre 2020

Mise à jour 11 janvier 2021.

Projet gare. Les grandes manoeuvres commencent !

Si on se demandait pourquoi Pierre Bédier s'était fâché tout rouge lors du Conseil municipal du 30 novembre dernier, le courrier que commencent à recevoir les premiers propriétaires en donne une petite indication.

Celui-ci en effet leur demande tout simplement de se rapprocher de l'Office foncier régional pour ... vendre leurs propriétés.

Autrement dit, à quel niveau de parcours en sommes-nous ?

Première étape. 30 novembre 2020. A propos du projet Gare, Monsieur Bédier tombe le masque et m'agonit d'insultes (pire que le KGB, je vous empêcherai de parler ...)

Deuxième étape. Notre groupe rend public les éléments dont il dispose et informe les Mantais (plusieurs centaines de lettres sont imprimées et distribuées dans le secteur entre Noël et le Jour de l'an).

Troisième étape. Des courriers datés du 6 janvier commencent à parvenir à certains propriétaires.

Question subsidiaire ? Qui ment ?

 

Mise à jour 4 janvier 2021

Compte-rendu du CCAS du 2 décembre 2020.

De l'art de se tortiller pour ne pas dire qu'on ne veut pas !

 

Vous trouverez, ci-dessous, ce compte-rendu tel qu'il m'a été adressé.

A vous de juger ...

 

 

 

 

Mise à jour 23 décembre 2020.

Vous avez dit sécurité ?

Lundi soir, un feu s'est déclenché Tour Jupiter dans un des sous-sols.

Le lendemain arrivait la lettre que le Maire a envoyée aux Mantais et qui traite notamment de la sécurité des biens et des personnes.

"Cela aurait pu être drôle" commente un habitant de la Tour dans un mail qu’il m’a envoyé.

D'autant que début septembre, je m'étais adressé au Maire justement sur le problème de la sécurité des biens et des personnes et des trafics illicites qui perduraient sur le parking attenant à cette tour.

J'attends toujours la réponse du Maire.

Je réaffirme que la sécurité des biens et des personnes est une des priorités des Mantais, quels que soient les quartiers de notre ville.

Et comme je l’ai affirmé au nom de notre groupe (conseil municipal du 30 novembre Cour des comptes sur la police municipale), il faut que cela soit fait sérieusement en regardant les problèmes en face plutôt que « des effets de manche ».

 

Mise à jour 23 décembre 2020.

Notre compte de campagne est approuvé.

La commission nationale des comptes de campagne nous a fait savoir hier que notre compte de campagne était approuvé tel qu’il a été présenté.

Celui-ci s’équilibre en recettes et en dépenses à 7.989 euros dont 7.619 euros d’apports personnels des candidats (représentés par Marc Jammet) et qui seront donc remboursés prochainement par l’Etat.

Pour être complets il faut ajouter à ce montant les dépenses de la campagne officielle (affiches panneaux électoraux, circulaires et bulletins de vote) qui ont déjà été remboursées par l’Etat pour un montant de 2.349,34 euros.

 

Mise à jour 18 décembre 2020. Conseil d'administration du Centre communal d'action sociale (CCAS).

Une coquille vide !

 

Sur la lancée du conseil municipal du 30 novembre 2020, le conseil d’administration du CCAS s’est réuni le 2 décembre dernier avec un seul point à l’ordre du jour : le débat d’orientations budgétaires.

Un débat qui visiblement pour certains ne devait être qu’une formalité puisque j’ai été le seul intervenant (les autres administrateurs ne faisant que tenter de répondre à mon argumentation en répétant ce qu’avait déjà dit en Conseil municipal … le Maire).

Sauf qu’à y regarder de plus près :

On s’aperçoit qu’en 2020 et en pleine pandémie le CCAS n’a rien trouvé de mieux que de se séparer des vacataires aggravant donc un peu plus les conséquences sociales de cette pandémie (un comble !)

On s’aperçoit que les années précédentes le CCAS a si peu mené d’actions qu’il a réintégré chaque année dans le budget suivant ce qu’il n’avait pas dépensé l’année précédente. Et que la municipalité en a profité pour revoir à la baisse ses subventions.

En 2021, la subvention « mairie » devrait revenir à son niveau « normal », c’est-à-dire 400.000 euros en tout et pour tout (les autres recettes provenant de « subventions fléchées » comme la réussite éducative (en gros on perçoit des recettes pour le même montant de dépenses reçues).

Cette subvention ne couvre même pas les salaires du personnel (prévus à 431.000 euros en baisse de près de 70.000 euros par rapport au budget 2020).

Pour le reste des actions, le CCAS ne sert en gros qu’à instruire les dossiers des personnes pour les proposer aux financeurs.

J’ai renouvelé ma demande d’un abondement conséquent du CCAS pour qu’il puisse enfin jouer son rôle.

Ainsi le CCAS – alors qu’il vient d’annuler le réveillon solidaire – ne prévoit rien d’autre (colis de fin d’année par exemple).

D’autant plus qu’en cette période de pandémie, le nombre de familles en difficultés financières s’est accru.

Y répondre, cela signifie que les administrateurs aient le courage de réclamer haut et fort qu’ils souhaitent que ce centre communal d’action sociale ait les moyens d’agir.

Cela passe par des subventions plus conséquentes de la municipalité en urgence et pour 2021.

J’y reviendrai bientôt.

Vous trouverez, ci-dessous, ce fameux "débat d'orientations budgétaires" et le compte-rendu de la réunion du dernier CA le 27 octobre dernier.

Le fameux "débat d'orientations budgétaires du CCAS"

Le CA du 27 octobre 2020

Mise à jour. 18 décembre 2020. Zone d'aménagement différé

Vous trouverez, ci-dessous, la lettre qui a été distribuée aux résidents du secteur concerné.

 

 

Mise à jour. 15 décembre 2020. Conseil municipal du 14 décembre. 

Nous ne cautionnons pas cette mascarade.

Vous trouverez, ci-dessous, l’intervention prononcée par Marc Jammet au nom de notre groupe (débat sur le budget municipal).

Ce qui saute aux yeux dans les éléments que vous nous avez fournis, c’est que le budget est l’exacte traduction des éléments que vous nous avez présentés il y a deux semaines avec le débat d’orientations budgétaires.

C’est-à-dire que ce budget aurait pu être finalisé avant le débat d’orientations budgétaires – et, à notre avis, il l’a été.

Sans que vous ne teniez aucun compte de l’argumentation et des propositions que nous avons présentées – Armelle Hervé sur le DOB en lui-même, Bintah SY sur le besoin d’une aide sociale d’urgence, Mohamed MMADI sur la cantine gratuite pour exemples.

C’est votre droit le plus strict puisque vous êtes majoritaires. A vous de l’assumer devant les Mantais.

Et c’est notre droit de relever le manque de débat et d’écoute. Ce que nous assumons totalement.

Deuxième constatation. Ce budget est formel.

« Sur le papier il tient ». Mais il contient beaucoup trop d’incertitudes.

On ne sait même pas, par exemple, quelles sont les incidences du budget 2020 sur celui-là.

Les années précédentes, une part beaucoup trop importante des restes « non réalisés » du budget était ensuite intégrée au budget en cours (de 10 à 15 millions d’euros bon an mal an).

Cela vous a d’ailleurs été reproché dans le rapport de la Cour des comptes présenté ici en octobre dernier.

Autrement dit : vous annoncez des réalisations qui ensuite ne sont pas mises en œuvre.

Le tout sur fonds d’incertitudes financières – que vous remplacez par des évaluations.

C’est le cas pour les attributions compensatoires de la communauté urbaine qui ne les a votées jeudi dernier, des dotations de l’Etat (DGF – dotation globale de fonctionnement – et DNP – dotation nationale de péréquation – la DSU – dotation de solidarité urbaine) le tout portant donc sur 23 millions d’euros (sur un budget équilibré à 90 millions d’euros).

Et donc un emprunt d’équilibre – de 8 millions d’euros – que vous mobiliserez ou non suivant les besoins.

A notre avis, ce budget n’est pas sincère.

D’autant qu’il n’y a pas que ce budget qui n’est que formel.

Nous pensons à certains éléments annexes comme les délégations de service public où, après une commission de service public (que nous avons boycottée) convoquée jeudi dernier, vous avez prétendu faire l’analyse et valider les délégations de service public pour 2019 (avec un an de décalage !) des marchés forains, de la restauration scolaire, des crèches Diabolo-Mantes, A petits pas, Picoti Picota, la fourrière automobile, le stationnement.

Quant au repos dominical pour 2021 prévu aujourd’hui en point 18, vous demandez l’avis de la communauté urbaine alors que celle-ci, jeudi dernier, a soi-disant répondu à la demande de la Ville – demande qui ne sera pourtant officialisée qu’aujourd’hui !

Ce n’est pas la première fois que ce genre de pratiques a lieu mais aujourd’hui ce qui est formel se transforme en mascarade.

Pour nous ce ne sera pas une habitude car nous avons l’intention d’assumer totalement notre mandat mais nous avons décidé ce soir de marquer le coup.

Vous avez assez de courtisans pour faire passer toutes les délibérations sans examen sérieux, sans débat.

Mais pour ce qui nous concerne, nous ne participerons pas à cette mascarade et nous avons donc décidé de quitter cette salle après notre déclaration.

Vous trouverez ci-contre l'enregistrement du Conseil municipal: https://www.youtube.com/watch?v=z8Jut_eRNtA

 

Mise à jour. 15 décembre 2020.

Tribune libre de notre groupe dans La Feuille de Mantes
(à paraître début janvier 2021)

 

Nous vous souhaitons une bonne année 2021.

Avec tous nos vœux :

  • de santé (un centre municipal de santé dans notre ville).

  • De solidarité entre tous les Mantais (une action sociale d’envergure).

  • De paix (entre les peuples avec ou malgré leurs gouvernements)

Pour ce qui nous revient, avec les Mantais qui le souhaitent, nous continuerons d’agir pour passer des vœux à la réalité.

Bien à vous

Armelle HERVE, Bintah SY, Mohamed MMADI, Marc JAMMET.

Mise à jour 14 décembre 2020.

 

Vous trouverez, ci-dessous, le communiqué du groupe municipal Vivre mieux à Mantes-la-Jolie.

 

 

 

 

 

 

Commune de Mantes-la-Jolie. Groupe Vivre mieux à Mantes-la-Jolie

 

Face au covid et aux difficultés des Mantais

Nous proposons une aide sociale d’envergure

 

Le COVID 19 a fait aussi des ravages financiers à Mantes-la-Jolie.

Dans notre ville, 43 % des familles sont classées en dessous du seuil de pauvreté.

 

On imagine sans peine ce que les licenciements, le chômage technique, la suspension des cantines scolaires … ont pu provoquer.

 

Ce sont aujourd’hui des centaines de familles qui ne parviennent plus « à joindre les deux bouts », des enfants quelquefois privés de déjeuners équilibrés, « des repas qui sautent » pour les parents, des vêtements qui ne pourront pas être achetés, des jouets pour les fêtes qui ne pourront pas être offerts.

 

Face à cette situation, il n’est pas possible de se contenter « d’effets d’annonces » - sauf à mépriser les Mantais.

 

NOUS PROPOSONS UNE AIDE SOCIALE D’ENVERGURE.

 

  • Des colis alimentaires pour faire face à l’urgence.
  • Des chèques municipaux pour les familles en difficultés. Les services municipaux et du Comité communal d’action sociale peuvent en faire la liste sérieusement. Ces chèques pourraient être échangeables dans les commerces de proximité de Mantes-la-Jolie.

Nous estimons cette dépense nécessaire à 500.000 euros d’ici la fin de l’année, une dépense à renouveler en 2021.

 

Chaque année, le budget municipal est équilibré à environ 100 millions d’euros. Cette dépense représenterait donc 0,5% de notre budget municipal.

 

Ce n’est pas « la mer à boire » - surtout dans la situation exceptionnelle que nous connaissons aujourd’hui mais cela doit conduire à faire d’autres choix dans nos dépenses que ceux opérés par la droite locale.

 

Cette aide sociale répondrait bien-sûr à une partie des besoins de centaines de familles mais aussi aux besoins de nos commerces de proximité de l’ensemble de notre ville, durement frappés ces derniers mois.

 

D’une manière générale, ce serait aussi la preuve que – contrairement à la droite locale qui n’a de cesse d’opposer les uns aux autres sur fonds de clientélisme – la solidarité et l’empathie entre tous les Mantais seraient bénéfiques à l’ensemble de notre ville.

 

Mantes-la-Jolie, le 14 décembre 2020

 

 

Armelle HERVE, Bintah SY, Mohamed MMADI, Marc JAMMET, conseillers municipaux.

Mise à jour 11 décembre 2020.

Cour des comptes. Police municipale

(Conseil municipal du 30 novembre 2020).

 Le rapport de la Cour des comptes a été présenté lors du conseil municipal du 30 novembre 2020.

La droite locale a noyé ce rapport après une présentation tendancieuse tendant à faire croire que tout allait bien et laissant penser qu'il s'agissait là des propres commentaires de la Cour des comptes.

Nous vous proposons d'ailleurs d'en juger sur pièce: vous trouverez en pièces jointes les deux documents - le rapport de la Cour des comptes pour ce qu'il est réellement et la présentation et les commentaires tendancieux dans un autre fichier.

Vous trouverez enfin l'intervention de Marc JAMMET à ce sujet.

Je regrette tout d’abord que vous fassiez de ce rapport une présentation qui n’est pas correcte.

Je ne vais pas reprendre tout de votre argumentation mais quelques points saillants.

Vous nous dites : « la Cour des comptes reconnaît l’efficacité du dispositif global de prévention et de sécurité comme en témoignent les données chiffrées avec une délinquance en baisse de 4,7% en 2018 ».

Mais ce n’est pas ce que dit la Cour des comptes !

Elle décrit le fonctionnement du CLSPD comme formel avec un document qui ne comporte ni perspectives ni objectifs qui pourraient faire l’objet d’un suivi au cours des exercices suivants – page 9.

Elle souligne que le programme mutualisé (communauté urbaine) de lutte contre la radicalisation a été mis en œuvre à Chanteloup-les-Vignes, Limay, Poissy, Les Mureaux mais pas à Mantes-la-Jolie (page 11).

Elle reprend la baisse statistique de 4,7% de la délinquance que vous évoquez en soulignant l’émergence d’une nouvelle délinquance devant laquelle les agents de prévention sont débordés avec comme conséquence qu’aussi bien la collectivité que les forces de sécurité de l’Etat se trouvent démunies et privées de la visibilité dont ils disposaient jusqu’à maintenant (en clair, les statistiques ne sont pas fiables).

Elle rappelle – et ce n’est pas au hasard – que les policiers municipaux restent des agents de police judiciaire et n’ont pas compétence en ce qui concerne le maintien de l’ordre et les contrôles d’identité. Chacune de leurs actions dans le domaine judiciaire doit être placée sous le contrôle d’un OPJ (officier de police judiciaire) ou bien du Parquet.

Tout cela pour vous dire qu’il n’est pas correct de faire dire à la Cour des comptes ce qu’elle ne dit pas !

Nous ne disons pas cela pour polémiquer à tout va mais parce que nous pensons qu’il faut regarder les situations en face si on veut y remédier.

D’autant que les rappels au droit ne sont qu’au nombre de deux. Il faudra bien-sûr y remédier mais, en soi et quitte à vous surprendre, ils ne constituent pas un scandale.

Plutôt que la polémique stérile en l’espèce, ce qui nous intéresse nous c’est LE SENS de l’action menée – et le débat qu’à notre avis il faut ouvrir en toute transparence.

On ne va pas tourner autour du pot : nous n’avons pas la même vision de la politique de sécurité à Mantes-la-Jolie.

Et quand Madame SY vous écrit que la police municipale devrait faire davantage de pédagogie et que vous lui répondez en l’espèce « ce n’est pas ce qu’on lui demande », eh bien nous, nous pensons que cela devrait faire partie de ses missions.

D’autant que le coût de la politique de sécurité n’est pas anodin – un peu plus de 3 millions d’euros en 2018 dont seulement un tiers a été consacré à la prévention (et cela chaque année). Ce n’est pas rien : 5 fois la cantine gratuite !

Nous pensons que les actions de prévention doivent être renforcées.

Nous pensons que la police municipale – maintenant qu’elle existe et au-delà de la réorientation de ses missions vers la prévention – doit être stabilisée et surtout pas précarisée ne serait-ce que pour préserver et développer les compétences des agents.

Nous pensons que ceux-ci devraient bénéficier d’une formation digne de ce nom. Vous vous rendez-compte quand même que pour 87 policiers municipaux qui se sont succédé et qui sont autorisés à porter des armes, ceux-ci n’ont bénéficié en 5 ans que de 20.000 euros consacrés à leur formation – soit 50 euros par agent et par année.

Pour finir, cela ne veut pas dire que nous nous pensons dans un monde idéal.

Monsieur MMADI est intervenu à propos des rodéos sauvages en moto cross illégaux. Je suis moi-même intervenu pour qu’une situation inadmissible cesse à proximité de la Tour Jupiter, pour que des dealers soient expulsés des locaux municipaux qu’ils occupaient ZAC Henri 4.

Nous estimons que la sécurité est un droit pour tous – et l’aspiration y est forte quelques soient les quartiers de notre ville.

Il faut pour cela que cela soit fait sérieusement – en se gardant bien des effets de manche.

Le rapport de la Cour des comptes pour ce qu'il est

La présentation tendancieuse qui noyait ce rapport

Mise à jour du 10 décembre 2020.

Conseil municipal du 14 décembre 2020.

Il aura lieu lundi 14 décembre 2020 à 19h00 Hall V de l'Ile Aumône et il sera privé (public interdit).

45 délibérations sont à l'ordre du jour dont le budget municipal 2021.

Pour ce qui concerne ce budget, les documents budgétaires ne nous ont pas été envoyés (ils sont seulement "consultables" au bureau des assemblées de l'Hôtel de Ville) pendant que la commission "service public" se réunit aujourd'hui pour "examiner" une dizaine de délégations de service public portant sur ... 2019 et qui sont donc proposées au vote pratiquement un an après (sic !)

Vous trouverez ci-dessous l'ordre du jour (photos) et en pièces jointes ci-dessous, les délibérations, les décisions du maire prises en deux conseils municipaux et le compte-rendu "mairie" de la dernière réunion du Conseil municipal (30 novembre 2020)

 

 

 

 

Restaurant inter entreprises

Compte rendu "Mairie" du dernier conseil municipal (30 novembre 2020)

Mise à jour du 8 décembre 2020. Gare de Mantes. Projet de réaménagement du quartier.

Attention danger !

Lors du conseil municipal du 30 novembre dernier, nous avons alerté sur les dangers que comportait ce projet de réaménagement autour de l’arrivée d’Eole.

Visiblement cette intervention n’a pas plu à Pierre Bédier qui non seulement s’est répandu en insultes mais a prétendu nous « empêcher de parler ».

Ces insultes ne sont que « l’hommage du vice à la vertu » et nous laissons cet élu les assumer devant les Mantais.

Pour ce qui concerne, c’est tout simple : rien ni personne ne nous empêchera de donner à voir notre opinion et notre argumentation.

Vous trouverez, ci-dessous, l’intervention de Marc JAMMET au nom de notre groupe Vivre mieux à Mantes-la-Jolie.

C’est ici une petite part du projet, comme d’habitude malheureusement.

Pour que cela ne permettre pas aux élus de maîtriser l’ensemble du projet.

Autour de l’arrivée d’Eole – sur laquelle vous communiquez beaucoup – ce qui va se jouer aussi c’est la transformation d’une partie importante de notre ville autour de la gare.

J’ai déjà eu l’occasion de m’exprimer sur ce sujet à la communauté urbaine.

Avec l’arrivée d’Eole – ce qui n’est pas d’ailleurs encore concrétisé – la question qui se pose à notre avis c’est : DANS QUEL SENS FAUT-IL ORIENTER LA TRANSFORMATION DE NOTRE VILLE ?

A la communauté urbaine, j’ai notamment évoqué :

  1. La densification accélérée de ce quartier.

Nous ne partageons pas cet objectif car nous pensons que cela ne répondra pas aux besoins des Mantais.

  1. L’inflation du prix du foncier.

Vous nous dites vouloir la combattre.

Mais ce que vous proposez, c’est un coup d’épée dans l’eau ou plutôt c’est fait pour pouvoir exproprier les propriétaires actuels !

Car ce qui joue, c’est le prix du foncier, oui, mais c’est surtout ce qui va se construire, en tant qu’immeubles.

Et c’est bien là que l’inflation va jouer : quels prix de vente ? Quels loyers ? Accessibles à qui ? Aux Mantais qui ont besoin de se loger mieux, plus près de la gare pour aller travailler ou à de nouveaux arrivants beaucoup plus fortunés ?

Car vous ne le dites pas mais la communauté urbaine a voté une taxe d’aménagement à 20% pour les promoteurs immobiliers.

VOUS CROYEZ VRAIMENT QUE LES PROMOTEURS VONT PAYER UNE TAXE DE 20% SANS AUGMENTER LES PRIX DE VENTE ?

C’est la raison pour laquelle j’avais proposé que soit mis en place un encadrement des prix de vente et des loyers.

Sans cet encadrement, c’est une nouvelle épuration sociale qui va se mettre en place – et pas uniquement pour les plus pauvres mais aussi pour les classes moyennes.

  1. Je reviens aux expropriations.

Vous n’évoquez que le droit de préemption, c’est-à-dire le droit pour la collectivité d’acheter au prix des domaines les propriétés actuelles en cas de vente.

Cela va pénaliser qui ?

  • Les promoteurs ? NON !

  • Les propriétaires actuels qui, souvent, ont consenti d’énormes sacrifices pour se maintenir dans le secteur que vous visez et qui auront du mal à vendre dès aujourd’hui ? OUI !

Et ceux qui ne vendent pas ? Et bien ils vont devoir vendre au prix actuel (et encore !) ou être expropriés !

CAR A QUI ALLEZ-VOUS FAIRE CROIRE QU’UN PROPRIETAIRE QUI NE VEUT PAS VENDRE POURRA SE MAINTENIR EN PLEIN MILIEU D’UNE ZONE D’AMENAGEMENT CONCERTE ?

Vous l’évoquez d’ailleurs vous-même dans cette délibération par cette petite qualification : « en cas de fixation judiciaire du prix ».

Vous n’en parlez pas mais en clair cela veut dire qu’il y aura sur la lancée une déclaration d’utilité publique, signée par le Préfet au nom de l’Etat qui permettra ces expropriations.

A la communauté urbaine, je m’étais abstenu au moins pour vous dire que ce projet avait besoin d’être retravaillé en profondeur.

Vous n’en avez tenu aucun compte.

Aujourd’hui notre groupe a décidé de VOTER CONTRE ce projet.

Mise à jour du 7 décembre 2020. Conseil municipal du 30 novembre 2020.

Débat d'orientations budgétaires.

Lors du Conseil municipal du 30 novembre dernier, Armelle HERVE est intervenue au nom de notre groupe pour donner à voir nos priorités budgétaires pour cette année:

==> Nous proposons d’augmenter dès à présent le budget du CCAS pour établir des chèques alimentaires, les attribuer aux familles qui en ont le plus besoin et à dépenser dans les commerces de l’ensemble de la ville.

C’est faire d’une pierre deux coups : aider les familles, aider le commerce local.

==> Le mois de mars est proche.

Il faut interdire toutes les expulsions locatives sur le territoire de la commune.

==> Un centre municipal de santé. Ce n’est pas d’une aide financière (local, secrétariat) dans le cadre d’une maison médicale pour des médecins libéraux qui ont déjà leur patientèle, dont ont besoin les professionnels, les habitants, MAIS DE NOUVEAUX MEDECINS.

Des médecins salariés par la ville, dans un centre municipal de santé, organisés autour d’un médecin référent, avec des conditions de travail qui prennent en compte les aspirations nouvelles de ces médecins.

 

Vous trouverez, ci-dessous, l'intervention exhaustive d'Armelle HERVE lors de ce conseil municipal.

 

D.O.B. 2021 Séance du Conseil Municipal du 30 11 2020 (délib n° 15)

  • Etonnée par votre « analyse » de la situation économique internationale. Il est toujours intéressant de citer ses sources (ce qui n’est pas fait), d’être précis dans sa démonstration et de donner des éléments actualisés, or :

 P 4 1.1.1 « Ainsi, après avoir fait face à l’épidémie au 1er trimestre, le rebond rapide de l’activité en Chine permettrait d’atteindre une croissance positive en 2020 et une croissance en 2021 proche de celle de 2019. L’activité aux Etats-Unis reculerait moins fortement en raison de mesures de confinement moins contraignantes mais la reprise serait bridée à court terme par une circulation épidémique plus persistante. En 2020, l’activité reculerait fortement en Inde où l’épidémie n’a pas encore atteint son pic, au Brésil où elle été particulièrement sévère et en Russie où la chute du cours du pétrole accentue le recul. Le recul serait plus modéré en Turquie, où l’épidémie a été mieux contrôlée. Les marges de manœuvre budgétaires limitées et un tissu productif fragilisé limiteraient la capacité de rebond de la majorité de ces économies émergentes. »

Je ne sais pas qui vous a fourni ce kit …

 

Même chose pour votre appréciation sur les 750 milliards d’€ de l’Union Européenne en matière de relance sous forme de prêts et de subvention. Pour qui ?

  • Pour alimenter la trésorerie des grandes entreprises
  • Pour accompagner les plans de licenciements
  • Pour accorder des miettes pour une jeunesse sans avenir, usant des mêmes recettes (c’est-à-dire exonérations de charges pour les entreprises et moins pour notre protection sociale)
  • Et vous rendez-vous compte que de ces milliards, il y a eu une augmentation de 150 € de l’allocation de rentrée ! 100 € de plus pour les étudiants qui bénéficient de l’Aide au logement. Que vont-ils faire de tout cela ?

 

Même remarque pour le plan de relance de 100 milliards débloqué par le gouvernement que vous citez. Juste un petit rappel 100 milliards c’est sur 2 ans ! Sans développer :

  • 1/3 pour la cohésion sociale
  • 1/3 pour les entreprises : dont 10 milliards par an de baisse des impôts de production (qui sont des taxes sur les salaires, cotisations sur la valeur ajoutée des entreprises)
  • 1/3 pour la transition écologique (lorsque dans le même temps le fret ferroviaire annonce la suppression de 10% des conducteurs pour la filiale SNCF…)

 

… Et toujours rien pour les salaires !

 

Alors forcément on se dit que cette situation, le Covid … vont influer sur vos choix. Nous avions proposé d’autres choix de politique municipale en juillet dernier (DOB et Budget 2020).

 

D’autant que si la majorité des collectivités territoriales, l’Association des Maires de France montent au créneau pour réclamer les moyens de fonctionner, pour avoir les marges de manœuvres que les baissent de dotations obèrent, pour dénoncer les transferts de compétences non compensés … vous, non.

 

Les recettes de fonctionnement connaissent une certaine stabilité voire une petite augmentation compte-tenu justement des difficultés sociales d’un grand nombre d’habitants.

Le Cour des Comptes relevait un taux de pauvreté de 32,5 %.

Autre « statistique » : la CNAF notait 43 % des Mantais en dessous du seuil de pauvreté. Situation d’avant Covid ! Or toutes les associations caritatives s’accordent sur un afflux de nouveaux bénéficiaires de l’aide alimentaire (+45% moyenne nationale pour le Secours Populaire).

Pour la part qui lui revient, la Municipalité doit augmenter le pouvoir d’achat de ses habitants.

Or, dans votre document budgétaire rien en matière de politique sociale.

Pas de « zoom » faisant ressortir vos actions en la matière. Ah si, « la subvention d’équilibre au CCAS est conservée pour 2021, soit 400 000 € ».

  • Nous proposons d’augmenter dès à présent le budget du CCAS pour établir des chèques alimentaires, les attribuer aux familles qui en ont le plus besoin et à dépenser dans les commerces de l’ensemble de la ville. C’est faire d’une pierre deux coups : aider les familles, aider le commerce local.

 

  • Vous vous félicitez d’être « labelisé Cité Educative », mais nourrir son corps est un gage de bien-être pour les élèves et contribue aussi à mieux nourrir son esprit.

Nous reproposons la cantine gratuite : 1 repas gratuit pour tous les enfants scolarisés dans le 1er degré. Selon la CNAF, 2019, 60 % des enfants scolarisés sur la ville sont d’une famille vivant en-dessous du seuil de pauvreté !

 

  • En matière de loyers : pendant le 1er confinement certaines sociétés HLM ont revu les échéanciers des locataires qui avaient des retards de loyer suite à une baisse de revenus, et le gouvernement avait suspendu les expulsions … mais pas les procédures qui, elles, courent toujours. L’effet boomerang sera dramatique pour les locataires du social comme du privé. Le mois de mars est proche. Il faut interdire toutes les expulsions locatives sur le territoire de la commune :
  • Soit le locataire peut payer et donc il y a une solution.
  • Soit il ne peut pas : d’où notre proposition de créer un service municipal « anti-expulsion » pour recenser les retards et trouver d’autres solution avant toute procédure judiciaire (ville/bailleurs ou propriétaire/locataire/partenaires sociaux).

 

  • Autre point sans ambition de votre part : la santé
  • La commune, le Mantois est un désert médical depuis plusieurs années : plusieurs mois d’attente pour un rdv chez un spécialiste, les nouveaux habitants qui ne trouvent pas un médecin car tous sont surchargés et ne prennent pas de nouveaux patients, les plus modestes qui ne peuvent pas se déplacer et aller toujours plus loin. Le Covid aggrave la situation et beaucoup renoncent à se soigner.

Or ce n’est pas d’une aide financière (local, secrétariat) dans le cadre d’une maison médicale pour des médecins libéraux qui ont déjà leur patientèle, dont ont besoin les professionnels, les habitants, MAIS DE NOUVEAUX MEDECINS. Des médecins salariés par la ville, dans un centre municipal de santé, organisés autour d’un médecin référent, avec des conditions de travail qui prennent en compte les aspirations nouvelles de ces médecins en terme de nombre d’heures de travail/nombre de patients/conciliation vie professionnelle et vie personnelle.

Voilà ce que nous défendons dans le domaine social.

 

Pour revenir sur votre « zoom » Cité éducative.

Vous vous félicitez une fois de plus de ce dispositif multipartenarial, co-construit, donc supposé concerté…

Pourtant, il faut attendre le zoom sur la rénovation urbaine pour traduire « la restructuration-extension des écoles Colette-Rousseau-Jonquilles-Bleuets » par la fermeture de 2 maternelles de proximité (Les Anémones et Les Bleuets) – sans concertation, sans information. Obligeant les petits à traverser deux axes routiers fréquentés.

  • Non seulement il faut maintenir un réseau d’écoles de proximité, réhabilité, en petites structures
  • Mais aussi construire une école à Gassicourt et une au centre ville pour les besoins actuels et la scolarisation obligatoire en maternelle.

 

***Faire remarquer vos formulations choquantes à la fin de ce zoom « rénovation urbaine » (p30 : « Elles témoignent de la transformation progressive du quartier du Val Fourré, et de l’attention que porte la commune à l’environnement de ses habitants, première condition de leur intégration ». Quel mépris pour les habitants.

 

Enfin, concernant le personnel communal.

Ce chapitre est pratiquement un copié-collé de juillet (DOB et budget 2020). Avec quelques remarques amenées par le rapport de la Cour des Comptes.

Les dépenses de personnel baissent encore : - 7%

Le nombre de fonctionnaires chute encore : - 5% (-26)

Le nombre de contractuels permanents : +4% (+10)

Aujourd’hui, sur l’ensemble des effectifs de la ville, les fonctionnaires sont à ½ de ces effectifs (un petit peu + de 50%), les autres sont précaires (un petit peu + de 49%).

Vous êtes le 2ième plus gros employeur de la ville et vous créez une situation instable pour la ½ de vos employés. Car développer les contrats, c’est précariser, casser le statut de la Fonction Publique Territoriale. Vous supprimez des postes, vous ne remplacez pas les départs à la retraite. Pas un mot sur le processus de formation, de qualification et de titularisation des agents municipaux pour une réelle évolution de carrière professionnelle et pour des services rendus à la population encore mieux en adéquation avec les besoins de la population.

Les réorganisations de services tout comme le télétravail ont leurs limites. Il faut au contraire stabiliser les salariés, améliorer les conditions de travail pour l’ensemble des personnels.

 

** la mise en place du télétravail ne doit pas se faire n’importe comment et être un « chantage » à un maintien dans l’emploi pour des catégories de personnels qui ont des droits à faire respecter, des aménagements d’horaires pour leur activité (maternité, longues maladies…)

Mise à jour du 1° décembre 2020. Conseil municipal du 30 novembre 2020.

Tombola de Noël.

La droite locale a voté le renouvellement de la tombola  sans apporter aucune statistique permettant de pouvoir juger du succès ou non de l'opération.

Vous trouverez, ci-dessous, l'intervention de Bintah SY.

Vous parlez du succès de la tombola précédente. Mais il faudrait vous croire sur parole.

Où sont les chiffres ?

Ils sont inexistants !

A notre connaissance, cette tombola précédente n’a servi à rien.

Vous voulez renouveler sans tenir compte du contexte alors que nous sommes toujours en confinement et que les commerces viennent de ré-ouvrir.

La question qui se pose n’est pas forcément d’attirer de nouveaux clients mais de pouvoir les accueillir tous dans les commerces actuels avec les nouvelles normes.

Votre tombola est une mascarade qui ne règlera rien du problème.

Tout à l’heure nous avons proposé le lancement tout de suite d’une aide sociale d’envergure : des centaines de familles sont en difficultés financières à cause du COVD 19.

Nous proposons qu’elles puissent recevoir des colis alimentaires dans l’urgence absolue et des chèques à dépenser dans nos commerces mantais.

Ces chèques n’iraient pas engraisser Amazon.

Par contre ils donneraient une bouffée d’air frais et de pouvoir d’achat supplémentaire qui seraient bien utiles pour TOUS nos commerces de proximité.

Vous dites vouloir défendre ces derniers ?

Montrez-le avec des actes !

Mise à jour du 1° décembre 2020. Conseil municipal du 30 novembre 2020.

Cabinet du Maire

La Cour des comptes dans son premier rapport avait relevé que le régime indemnitaire des membres du cabinet du Maire était illégal.

Sans le dire, la droite locale a voté une nouvelle délibération "pour se mettre dans les clous".

Vous trouverez, ci-dessous, l'intervention de Marc JAMMET.

Il s’agit en fait du régime indemnitaire des membres du Cabinet du Maire. Comme l’a relevé la Cour des Comptes, ce régime était illégal.

Question subsidiaire : comment la Ville va-t-elle récupérer ces dépenses indues depuis 2014 ?

Pour ce qui concerne cette délibération, nous n’allons pas voter contre puisque vous allez enfin vous conformer à la loi. Mais vous n’aurez pas notre soutien d’où notre abstention.

Mise à jour du 1° décembre 2020. Conseil municipal du 30 novembre 2020.

Territoires pilotes ?

La droite locale a voté la participation de la Ville à une instance nationale de "réflexion" au niveau national qui affiche comme ambition de faire de Mantes-la-Jolie un laboratoire.

Vous trouverez, ci-dessous, l'intervention de Bintah SY.

Ce sont de belles déclarations très générales.

Pour faire de Mantes-la-Jolie un laboratoire ?

Pour des actions que vous ne mettez pas en œuvre et surtout pour justifier celles que vous menez sans concertation avec les Mantais.

En l’état actuel, nous ne pouvons pas approuver cette délibération et nous allons donc nous abstenir.

Mise à jour 1° décembre 2020. Conseil municipal du 30 novembre 2020.

Achat par la Ville d'une partie du restaurant "Chez Antoine".

Nous avons voté contre.

Vous trouverez, ci-dessous, l'intervention de Mohamed MMADI.

Nous nous questionnons sur l'intérêt de cette acquisition pour la ville.

D’autant qu'aucun projet n'est en vue pour ces lots et que le coût d'acquisition nous semble très élevé (plus de 300.000 euros)

Nous vous rappelons que la cantine gratuite pour tous les mantais coûterait seulement 600.000 euros par an que la ville refuse de s'y engager.

Je ne pense pas que ça soit le rôle de la ville de s'engager dans dépensés inutiles au long terme. Allez-vous racheter tous les commerces en difficultés ?

N'étant pas convaincu de l'importance de cette opération nous votons contre.

Mise à jour 1° décembre 2020. Conseil municipal du 30 novembre 2020. Coopération décentralisée.

Un ambassadeur itinérant peut-il représenter notre ville ?

Lors du conseil municipal du 30 novembre 2020, la droite locale a fait voter des frais de missions pour un élu de la Ville devant représenter cette dernière au Sénégal.

Le problème c'est que ce dernier est également ambassadeur intinérant au Consultat du Sénégal et donc salarié en tant que tel de l'Etat du Sénégal à un haut niveau hiérarchique.

Vous trouverez, ci-dessous, l'intervention d'Armelle HERVE.

Une bonne nouvelle dans cette délibération même si cela n'est pas expressément dit: pour 2021, les frais de mission des élus sont inscrits en légère baisse (400.000 euros).

Mais pour freiner l'enthousiasme, ce n'est pas le résultat d'une prise de conscience ou d'une évolution du cadre juridique (comme vous l'indiquez) mais bien d'un rappel au droit de la Cour des Comptes.

Pour revenir à la délibération propremenr dite, il y a quelque chose qui ne va pas: l'élu qui devrait bénéficier de ce mandat spécial est ambassadeur intinérant au Consulat du Sénégal, payé par l'Etat du Sénégal.

Il y a pour le moins confusion.

A quel titre ? Qui paie qui ? Qui paie quoi ? Qui représente quoi ?

Pour nous le mélange des genres est inacceptable.

Nous voterons contre cette délibération.

Vous trouverez, ci-dessous, deux liens indiquant la profession de l'élu dont il est question ici.

Mise à jour 1° décembre 2020. Parents d'élèves écoles Ferdinand Buisson et Les Roses.

Réponse du Maire à Bintah SY - conseillère municipale.

Le maire vient de répondre au courrier que lui a adressé Bintah SY au sujet des verbalisations des voitures de parents d'élèves autour des deux écoles.

Bintah SY y réclamait notamment qu'une solution soit étudiée et qu'une opération de sensibilisation soit menée en amont des verbalisations.

Le maire y oppose malheureusement une fin-de-non-recevoir en lui répondant notamment qu'il n'est pas prévu que les policiers municipaux sensibilisent les automobilistes.

A la prévention il oppose donc la répression. Ce que nous ne partageons pas.

Vous trouverez, ci-dessous le courrier en réponse ainsi que, ci-dessous, le courrier initial de Bintah SY.

 

 

Mise à jour 1° décembre 2020.

Conseil municipal du 30 novembre 2020 (enregistrement vidéo).

"Quand Pierre Pierre Bédier pète les boulons"

C'est sans-doute l'un des faits marquants de ce conseil municipal: le dérapage incontrôlé de Pierre Bédier. 

Après avoir présenté le projet d'aménagement de la gare en vue de l'arrivée d'Eole, celui-ci ne trouve aucun autre argument que de me traiter de crétin (enregistrement vidéo - aller à 1h21 mn) 

Puis, partant en roue libre, il se lâche (enregistrement vidéo - aller à 1h31mn): "Monsieur Jammet, je vous empêcherai de parler" "Votre style c'est le KGB en pire".

Pour ce qui concerne ce conseil municipal en général, vous trouverez les interventions de nos élus:

  • Débat d'orientations budgétaires - 22 mn - Armelle HERVE
  • Frais mission coopération décentralisée Sénégal - 52 mn 20 s - Armelle HERVE
  • Achat partiel des locaux du restaurant "Chez Antoine" - 1h 17 mn - Mohamed MMADI
  • Gare Eole - 1h21 mn - Marc JAMMET
  • Territoires pilotes - 1h33 mn - Bintah SY
  • Régime indemnitaire cabinet du maire - 1h43mn - Marc JAMMET
  • Tombola de Noël - 1h50 - Bintah SY
  • Cour des comptes police municipale - 1h57 - Marc JAMMET.

Bien-entendu, nous reviendrons très vite sur tous ces points.

En attendant nous vous proposons de juger par vous-mêmes de la pertinence des arguments des uns et des autres. Nous vous souhaitons un bon visionnage.

Mise à jour: 25 novembre 2020.

Conseil municipal du lundi 30 novembre 2020. Ordre du jour, délibérations et documents annexes.

 

Le prochain conseil municipal aura lieu lundi 30 novembre à 19h00, Hall V de l'Ile Aumône.

Compte-tenu du Covid 19, le maire a convoqué un conseil privé (sans public). Celui-ci devrait être diffusé en direct sur le Facebook Live de la municipalité.

21 délibérations sont à l'ordre du jour dont le débat d'orientations budgétaires et le rapport de la Cour des Comptes sur la police municipale.

Vous trouverez, ci-dessous, l'ordre du jour de conseil et, en pièces jointes, les délibérations soumises aux élus ainsi que les documents annexes

 

 

Liste des décisions du maire entre deux conseils municipaux

Compte-rendu "mairie" du dernier conseil municipal (5 octobre 2020)

 14 novembre 2020. Texte de notre tribune libre à paraître dans La Feuille de Mantes du mois de décembre 2020.

Pour lutter contre le désert médical à Mantes-la-Jolie.

Le maire avance une unique solution : une maison médicale finançant loyer et secrétariat aux médecins actuels.

Cela ne servira à rien puisque le vrai problème est qu’il y a de moins en moins de médecins et que ceux-ci ne peuvent plus accueillir de nouveaux patients.

Notre proposition de la création d’un Centre Municipal de Santé prend tout son sens : héberger et salarier de nouveaux médecins avec un déroulement de carrière qui conviendrait beaucoup mieux aux étudiantes sortant des universités de médecine (elles sont 80%).

Armelle HERVE, Bintah SY, Mohamed MMADI, Marc JAMMET.

27 octobre 2020. Réunion du CCAS (Centre communal d'action sociale)

Le CCAS est composé de 9 administrateurs (dont le maire de droit qui en est le président). Les 8 autres administrateurs sont désignés par le Conseil municipal (4 administrateurs. Marc Jammet représente notre liste "VIVRE MIEUX A MANTES-LA-JOLIE") et par le Maire parmi les associations oeuvrant dans le social (4 administrateurs).

Vous trouverez, ci-dessous, le compte-rendu réalisé par Marc Jammet.

Deux délibérations seulement ont été soumises aux administrateurs du CCAS (Centre communal d'action sociale) lors de sa réunion du 27 octobre dernier.

Ce qui montre bien, si on en doutait encore, la réduction de son action en peau de chagrin au fil des ans.  

Le budget 2020 qui figure dans le compte-rendu de la dernière réunion que vous trouverez en pièce jointe l'illustre à merveille puisque, non seulement le budget ces dernières années a été divisé par trois comme le relève la Cour des Comptes Ile de France dans son rapport mais il n'a même pas été dépensé entièrement en 2019 - et de loin ! 

Comme si les Mantaises et les Mantais n'avaient plus de besoins en action sociale !

Au menu donc:

  • Délibération numéro 1. Subventions à certaines associations.
  • Délibération numéro 2. Domiciliations au CCAS

(Vous trouverez ces deux délibérations en pièces jointes ainsi que le compte-rendu de la réunion précédente qui s'est tenue ... au beau milieu de ma semaine de vacances (oui je sais ce n'est pas bien mais je n'ai pas fait un aller et retour de 1.000 kms)

Bon. Pour ces deux délibérations, (pour la délibération numéro 2  (domiciliation au CCAS), les représentants élus du CCAS sont en titulaires Hayet Morillon et François Muzart, en suppléants Anne-Marie Benoît Musset et Alex Desplan) il n'y avait pas grand chose à en dire (sinon que certaines subventions aux associations sont financées par le CCAS - et "délestent" du même coup le budget municipal) et j'ai voté POUR les deux.

J'ai quand même pris la peine d'indiquer à mes collègues administrateurs que cela ne se reproduirait pas forcément à chaque réunion.

Autre information:

  • Compte-tenu de la crise sanitaire, le réveillon solidaire en décembre est annulé

Subventions à certaines associations

Domiciliations

Compte-rendu "mairie" de la réunion du 24 juillet dernier

22 octobre 2020. Intervention de Bintah SY (Parents d'élèves des écoles Ferdinand Buisson et des Roses).

 

20 octobre 2020. Tribune libre. Novembre 2020

Cour des comptes. Jugez par vous-mêmes.

Des élus qui confondent leur compte en banque avec celui de la municipalité, des recrutements illégaux et surpayés, des ventes de propriétés s’apparentant à du clientélisme, des emprunts toxiques ayant fait exploser la dette … pendant que l’on dit aux Mantais que rien n’est possible pour eux.

La Cour des comptes a mis en exergue un fonctionnement municipal anormal et immoral.

Nous vous proposons d’en juger par vous-mêmes sur le blog – www.marcjammet.fr – où ce rapport a été mis en ligne.

Bien à vous,

Armelle HERVE, Bintah SY, Mohamed MMADI, Marc JAMMET.

20 octobre 2020. Parking payant au Val-Fourré.

C'est ce qu'a voté la majorité de droite (LR, LREM, Modem) du Conseil à Mantes-la-Jolie pour le parking souterrain sous le centre commercial principal.

Mohamed MMADI est intervenu au nom de notre groupe pour expliquer notre vote CONTRE.

 

Conseil municipal du 5 octobre 2020. Rapport de la Cour des Comptes. Intervention de notre groupe.

Le rapport de la Cour des Comptes était à l'ordre du jour du Conseil municipal du 5 octobre dernier.

Vous trouverez, ci-dessous, l'intervention de notre groupe VIVRE MIEUX A MANTES-LA-JOLIE (Armelle HERVE, Bintah SY, Mohamed MMADI et Marc JAMMET).

 

Deux remarques préalables d’entrée.

 

  • D’ordinaire ce sont les délibérations de la commission des finances qui sont examinées en premier. Aujourd’hui, ce sont les dernières ! Avec un ordre du jour porté à 44 délibérations !

 

  • Si cette délibération nous a bien été transmise par les voies ordinaires, le rapport de la Cour des Comptes l’a été via un autre mail et dissimulé au milieu d’autres pièces jointes sans nom.

 

Nous ne souhaitons pas polémiquer inutilement mais on aurait tenté de nous cacher des choses qu’on ne s’y serait pas pris autrement.

 

Que dire de ce rapport ? Qu’à le lire, il met en exergue un fonctionnement ANORMAL et IMMORAL.

 

Pendant qu’on dit aux Mantais « non la gratuité ce n’est pas bon », certains ici semblent avoir confondu leur compte en banque avec celui de la trésorerie municipale.

 

Avec un élu qui va acheter des bouteilles de vin à Intermarché, qui se sert d’une carte d’essence municipale pour aller en vacances, qui offre des cravates et des foulards Hermès soi-disant pour promouvoir l’industrie du luxe à l’étranger.

Oh il n’est pas le seul mais c’est sans-doute le plus voyant.

 

Qu’il met le doigt sur des décisions jugées illégales : procédures de recrutement d’agents contractuels, vente de plusieurs propriétés à des associations confessionnelles dans des montages financiers hasardeux, la coopération décentralisée avec des mandats pour 19 élus jusqu’à une drôle de cellule « interventions et médiation sociale ».

 

Qu’il met le doigt encore sur le fossé qui existe entre la communication municipale, la réalité et les besoins.

Nous ne résistons pas au plaisir de citer la Cour des comptes quand elle regrette que la commune « soit dépourvue d’un centre municipal de santé » et qu’elle précise que « les travaux des juridictions financières ont mis en lumière l’utilité d’un tel équipement pour une population défavorisée ».

 

Alors nous avons bien vu qu’il y avait un débat entre la Cour des Comptes et l’exécutif municipal. On verra où il mène et la délibération ce soir portant sur la protection fonctionnelle de l’ancien maire en est peut-être un indice.

 

Mais il y a aussi :

 

  • Les irrégularités reconnues – notamment financières. Y mettre un terme est une chose, que la Ville ne soit pas lésée et récupère les indus en est une autre.

 

  • Et surtout un besoin de transparence – surtout quand on ajoute à ce rapport la procédure judiciaire en cours sur le marché du Val-Fourré. Il y a besoin maintenant d’actes clairs et transparents.
Tribune libre. Octobre 2020. 
Il faut que les élus se bougent pour l’emploi !

Ce sont plus de 3.000 emplois qui seront supprimés si Renault stoppe sa production à Flins en 2024.

3.000 emplois « directs », c’est 12.000 emplois supprimés avec les Sous-traitants, les PME, les commerçants … 12.000 familles de plus touchées par le chômage dans notre région.

Face à cela, il faut que les élus se bougent – à commencer par le Maire !

Sans attendre, nous exigeons du groupe Renault qu’il relocalise la production automobile à Flins.

Il a perçu des milliards d’euros de fonds publics alors il doit nous rendre des comptes.

Bien à vous,

Armelle HERVE, Bintah SY, Mohamed MMADI, Marc JAMMET.