Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Marc Jammet, conseiller municipal PCF de Mantes la Jolie

01. Vous avez dit "système Bédier" ? LA PRESSE LOCALE

, 09:21am

Publié par Marc Jammet

On connaissait déjà l'ampleur de qu'il est convenu d'appeler "le système Bédier" (celui de la droite locale en fait): élus de droite ET de gauche, réseaux "municipaux", clientélisme ...

Il comporte également ... la presse locale. 

Une presse locale qui, en majorité, censure systématiquement nos communiqués de presse, nos interventions ... pour ne laisser passer que ce qui l'intéresse (ou plutôt ce qui intéresse le "donneur d'ordre").

Ci-dessous, pour chaque communiqué de presse, nous allons vous donner à voir quel titre a repris l'une des informations que nous lui avons communiquées ou l'a passée sous silence.

************************

22 septembre 2021

Election présidentielle 2022.

La position des communistes de Mantes-la-Jolie

 

Ont repris l'info:

N'ont pas repris l'info à ce jour: Actu.fr et Le Courrier de Mantes - La Gazette des Yvelines - Le Parisien - Mantes-Actu.

 

Election présidentielle 2022.

Ce qui peut compter ?

Une véritable candidature communiste

pour résister aux mauvais coups !

A 7 mois de l’élection présidentielle, les candidats de droite et de son extrême, de gauche « sortent de leurs boîtes comme de beaux diables ».

Les promesses qu’ils n’ont jamais réalisées quand ils étaient au pouvoir s’enchaînent.

Toute cette agitation n’a qu’un but : faire oublier aux électeurs que cette élection est une impasse politique.

Elle ne sert qu’à désigner une ou un futur-e Président-e de La République pour gérer la société telle qu’elle est.

Au lendemain de cette élection, les coups vont continuer à pleuvoir sur les salariés et leurs familles, les retraités, les chômeurs. Les menaces de guerre et « d’interventions extérieures pour maintenir l’ordre mondial » également.

Ce qui va être important, ce ne sont pas pas les promesses ni la possibilité pour un candidat d’être présent au second tour mais quelle sera la candidature qui va nous aider à résister aux mauvais coups et nous rendre plus forts !

C’est la raison pour laquelle nous nous prononçons pour une véritable candidature communiste en rupture avec la loi de l’argent. Une candidature porteuse de valeurs de solidarité, de justice sociale et de paix avec, en priorité :

  1. Augmentation du SMIC à 1.800 euros (comme le propose la CGT) et des salaires

  2. Contrôle des fonds publics accordés aux entreprises et arrêt des licenciements

  3. Augmentation des moyens financiers et humains des services publics existant (santé, éducation, justice …). Retour dans le Public des transports, d’EDF-GDF, des banques …

  4. Arrêt immédiat des « opérations militaires extérieures » sous le commandement américain et développement d’une politique de coopération internationale mutuellement avantageuse (qui n’a rien à voir avec l’Union européenne).

Le 21 septembre 2021

Section PCF du canton de Mantes-la-Jolie.

***********************

20 septembre 2021

Parking de la Gare de Mantes-la-Jolie

Un état de saleté repoussant

 

Ont repris l'info:

N'ont pas repris l'info à ce jour: Actu.fr et Le Courrier de Mantes - La Gazette des Yvelines - Le Parisien - Mantes-Actu.

 

 

Marc Jammet

Conseiller municipal et communautaire de Mantes la Jolie

Président du groupe municipal Vivre Mieux à Mantes-la-Jolie

à

Monsieur Raphaël Cognet

Président de la Communauté urbaine

Grand-Paris Seine & Oise

Immeuble Autoneum, Rue des Chevries

78410 Aubergenville

Le 17 septembre 2021

Monsieur le Président,

Plusieurs Mantais m’ont signalé l’état de saleté et de manque d’entretien du parking de la gare de Mantes-la-Jolie, géré par la GPSEO en DSP.

Ils me signalent notamment des détritus, des flaques d’urine depuis le changement de délégataire.

Aussi est-ce la raison pour laquelle je me permets d’attirer votre attention sur ce dysfonctionnement.

Il me semble à cet égard que le délégataire devrait être rappelé à ses obligations et mis en demeure de régler le problème au plus vite.

Il me semble également que les abonnements du mois d’août des usagers devraient être remboursés – au moins partiellement.

En vous remerciant par avance de l’intérêt que vous porterez à ma demande, je vous prie, Monsieur le Président, de bien vouloir recevoir mes salutations distinguées.

Marc Jammet

***********************

20 septembre 2021

Vaccination Covid pour les séniors

Pour le rétablissement du transport à la demande

 

Ont repris l'info:

N'ont pas repris l'info à ce jour: Actu.fr et Le Courrier de Mantes - La Gazette des Yvelines - Le Parisien - Mantes-Actu.

 

 

Marc Jammet

Conseiller municipal et communautaire de Mantes la Jolie

Président du groupe municipal Vivre Mieux à Mantes-la-Jolie

à

Monsieur Raphaël Cognet

Maire

Hôtel de Ville

31 rue Gambetta

78200 Mantes-la-Jolie

Le 17 septembre 2021

Monsieur le Maire,

Plusieurs Mantais séniors m’ont interpellé quant à leur vaccination COVID à l’île Aumône.

Ils m’ont informé, alors qu’ils bénéficiaient jusqu’à présent de transports à la demande entre leur domicile et l’île Aumône, celui-ci avait été interrompu.

C’est d’autant plus dommageable à mon avis que les dernières statistiques nationales montrent une faiblesse dans le taux de vaccination d’une catégorie de séniors (plus de 80 ans) qui, hors EHPAD, éprouvent beaucoup de mal à s’inscrire par Internet ou à se déplacer vers les lieux de vaccination.

Aussi est-ce la raison pour laquelle je me permets d’attirer votre attention sur ce problème et vous demande de bien vouloir y répondre.

En vous remerciant par avance de l’intérêt que vous porterez à ma demande, je vous prie, Monsieur le Maire, de bien vouloir recevoir mes salutations distinguées.

Marc Jammet

********************

20 septembre 2021.

Le Sous-préfet demande le retrait de la délibération sur le règlement intérieur votée le 12 juillet dernier

Ont repris l'info:

N'ont pas repris l'info à ce jour: Actu.fr et Le Courrier de Mantes - La Gazette des Yvelines - Le Parisien - Mantes-Actu.

 

En réponse au courrier que Marc Jammet lui avait adressé lui demandant d'exiger le retrait de la délibération n° 9 du 12 juillet dernier (règlement intérieur instituant l'interdiction pour les élus de communiquer sans l'accord du maire, instituant des sanctions - dont la suspension de la participation à des commissions municipales ...) pour illégalité, le Sous-préfet vient de lui faire savoir par courrier qu'il avait demandé au maire le retrait de cette délibération.

Cela veut dire qu'en cas de refus du maire, le Préfet ou son représentant saisira le tribunal administratif. 

Le retrait devrait être "acté" lors du prochain conseil municipal le 4 octobre prochain.

Sans-doute la majorité municipale va ajouter une modification à la mouture précédent celle du 12 juillet dernier pour faire passer une nouvelle délibération (qui indiquera très discrètement que l'article 9 est abrogé) pour ne pas perdre la face mais les faits sont là: le maire et sa majorité municipale sont désavoués par le représentant du gouvernement et doivent reculer. 

C'est une première à Mantes-la-Jolie.

 

**************************

31 août 2021. Marc Jammet

Ancien Hôtel des impôts de Mantes-la-Jolie. Quel a été l'intérêt public de passer par un intermédiaire privé ?

Ont repris l'info: Le Courrier de Mantes

N'ont pas repris l'info à ce jour: Actu.fr - La Gazette des Yvelines - Le Parisien - Mantes-Actu.

 

 

C'est la question que je viens de poser par écrit à Raphaël Cognet (pour la GPSEO) et à Pierre Bédier (pour le département).

La Gazette des Yvelines avait en effet révélé il y a quelques semaines que le Conseil départemental venait d'acheter à Arnaud Dalbis (interrogé dans la même édition) l'ancien Hôtel des impôts, boulevard Georges Clemenceau.

Celui-ci venait d'y réaliser des travaux lourds qu'il estimait lui-même aux environs de 10 millions d'euros après avoir acheté ce patrimoine public à la CAMY, 1 million et demi d'euros.

A quel prix le Conseil départemental a-t-il donc acheté cet ancien hôtel rénové ?

Le même Conseil départemental a-t-il donné des garanties d'une manière ou d'une autre pour qu'un intermédiaire privé se lance ainsi dans des travaux aussi onéreux ?

Quel a été l'intérêt public de passer par un tel intermédiaire privé entre deux collectivités territoriales (CAMY devenu GPSEO et Département des Yvelines) ?

Vous trouverez, ci-dessous, le contenu des deux courriers que je viens de leur adresser respectivement.

Courrier à Pierre Bédier

Marc Jammet

Conseiller municipal et communautaire de Mantes la Jolie

Président du groupe municipal Vivre Mieux à Mantes-la-Jolie

à

Monsieur Pierre Bédier

Président du Conseil départemental des Yvelines

2 Place André Mignot

78000 Versailles

 

Le 27 août 2021

 

Monsieur le Président,

 

Un hebdomadaire gratuit a récemment révélé que l’ex-hôtel des impôts de Mantes-la-Jolie, après avoir été acquis par la Communauté d’agglomération de Mantes-en-Yvelines (CAMY, intégrée depuis à la Communauté urbaine Grand-Paris Seine & Oise – GPSEO) aurait été revendu à un ex maire-adjoint de Mantes-la-Jolie (Monsieur Dalbis) sans-doute au nom d’une des SCI qu’il administre puis acquis récemment par le Conseil départemental des Yvelines.

Cette opération m’interroge notamment sur l’utilité publique d’une telle opération puisque, de fait, un patrimoine public (propriété de la CAMY puis de GPSEO) aurait été cédé à un intermédiaire privé (qui a réalisé de très lourds travaux qu’il estime lui-même à plus de 10 millions d’euros) avant d’être acquis récemment par le Conseil départemental des Yvelines.

Ce privé, toujours selon cet hebdomadaire, semble avoir donc juoué un rôle d’intermédiaire entre la GPSEO et le Conseil départemental des Yvelines.

Aussi est-ce la raison pour laquelle je souhaite que vous m’informiez des différents aspects de cette opération et notamment sur le prix d’acquisition par le Conseil départemental.

Je souhaite également savoir si cet intermédiaire privé a bénéficié d’une demande ou d’une garantie d’achat préalable du Conseil départemental avant d’engager des travaux aussi onéreux.

 

En vous remerciant par avance de l’intérêt que vous porterez à ma demande, je vous prie, Monsieur le Président, de bien vouloir recevoir mes salutations distinguées.

 

 

 

 

Marc Jammet

 

 

Courrier à Raphaël Cognet

Marc Jammet

Conseiller municipal et communautaire de Mantes la Jolie

Président du groupe municipal Vivre Mieux à Mantes-la-Jolie

à

Monsieur Raphaël Cognet

Président de la Communauté urbaine

Grand-Paris Seine & Oise

Immeuble Autoneum, Rue des Chevries

78410 Aubergenville

 

 

Le 27 août 2021

 

Monsieur le Président,

 

Un hebdomadaire gratuit a récemment révélé que l’ex-hôtel des impôts de Mantes-la-Jolie, après avoir été acquis par la Communauté d’agglomération de Mantes-en-Yvelines (CAMY, intégrée depuis à la Communauté urbaine Grand-Paris Seine & Oise – GPSEO) aurait été revendu à un ex maire-adjoint de Mantes-la-Jolie (Monsieur Dalbis) sans-doute au nom d’une des SCI qu’il administre.

Cette opération m’interroge au moins à deux titres puisque, d’une part, à l’époque aucune communication n’avait été faite sur cette opération, d’autre part sur l’utilité de céder ce patrimoine public à un privé qui semble avoir servi d’intermédiaire réalisant de lours travaux onéreux entre la cession par la CAMY en 2011 et l’achat récent par le Conseil départemental des Yvelines, toujours selon de même hebdomadaire.

Je ne méconnais pas qu’à l’époque vous étiez élu d’opposition à Limay et que toute façon cette commune n’était pas membre de la CAMY et que vous n’assumez donc aucune responsabilté dans cette opération.

Pour autant, aujourd’hui Président de la Communauté Urbaine Grand-Paris Seine & Oise, je souhaite que vous m’informiez des conditions dans lesquelles cette cession s’est réalisée.

 

En vous remerciant par avance de l’intérêt que vous porterez à ma demande, je vous prie, Monsieur le Président, de bien vouloir recevoir mes salutations distinguées.

 

 

 

 

Marc Jammet

****************************************

24 août 2021. Marc JAMMET

Recours contre les modifications
du règlement intérieur

 

Ont repris l'info:

N'ont pas repris l'info à ce jour: Actu.fr et Le Courrier de Mantes - La Gazette des Yvelines - Le Parisien - Mantes-Actu.

 

En tant que Président du groupe municipal Vivre Mieux à Mantes-la-Jolie, j'ai exercé un recours auprès des Préfet et Sous-préfet (Contrôle de légalité) contre les modifications du règlement intérieur votées par la majorité municipale (*) le 12 juillet dernier.

Pour mémoire ces modifications introduiraient notamment l'interdiction pour les élus de rendre publique toute information municipale sans avoir obtenu au préalable l'accord de l'exécutif municipal.

Lors de ce conseil municipal, nous avions déjà déclaré que, bien entendu, nous votions contre mais que NOUS NE LE RESPECTERIONS PAS parce qu'il est contraire au Code Général des Collectivités Territoriales (CGCT).

En cohérence, nous venons donc de saisir le contrôle de légalité de la Préfecture et de la Sous-préfecture.

Vous trouverez, ci-dessous, le courrier adressé au Préfet et au Sous-préfet ainsi que la délibération en cause telle qu'elle a été votée.

(*) Les Républicains, Modem, La République en Marche

Marc Jammet
Conseiller municipal et communautaire de Mantes la Jolie
Président du groupe municipal Vivre mieux à Mantes-la-Jolie
à
Monsieur Jean-Jacques Brot
Préfet des Yvelines
Service contrôle de légalité
1 rue Jean Houdon
78010 Versailles Cedex
Le 18 août 2021
Lettre recommandée avec accusé de réception
Monsieur le Préfet,
                          J’attire votre attention sur la délibération numéro 9 votée le 12 juillet 2021 par la majorité du Conseil municipal de la ville de Mantes-la-Jolie et intitulée « Règlement intérieur du Conseil municipal. Modifications ».
Cette délibération ajoute un article 9 au règlement intérieur déjà en vigueur.
Plusieurs de ces modifications méconnaissent gravement les Code électoral et le Code général des collectivités territoriales.
Ainsi :
Aucun lien de subordination n’existe (et ne peut exister) légalement entre deux élus du même conseil municipal (Code électoral). Un élu – même élu ensuite maire par la majorité – ne peut adresser un blâme à un autre élu – a fortiori élu d’opposition.
L’exclusion temporaire évoquée à cet article 9 méconnaît gravement le Code général des collectivités territoriales et notamment son article L1411-5 qui prévoit la représentation de l’opposition municipale dans les commissions municipales et notamment la commission d’appels d’offres. Cette exclusion temporaire – sans procéder à de nouvelles élections de ces commissions – reviendrait à restreindre ces dernières à la seule représentation de la majorité municipale.
La communication enfin de documents par un élu ne peut être assujettie à l’autorisation préalable de fait de la majorité municipale. Elle se réalise sous la responsabilité de l’élu qui en prend la responsabilité et la CADA d’ailleurs peut être saisie notamment par tout élu qui se voit refuser la mise à disposition de documents « communicables » au sens de la loi.
Aussi est-ce la raison pour laquelle je vous demande de bien vouloir exiger du Maire de Mantes-la-Jolie que la délibération numéro 9 votée le 12 juillet 2021 soit rapportée et, qu’en cas de refus, vous saisissiez le Tribunal administratif des Yvelines.
En souhaitant que mon courrier retienne votre attention et en vous remerciant par avance des suites que vous lui donnerez, je vous prie de bien vouloir recevoir, Monsieur le Préfet, mes salutations respectueuses.


Marc Jammet
Conseiller municipal de Mantes-la-Jolie
 
Pièces jointes :
  • La délibération numéro 9 telle qu’elle a été présentée aux élus le 12 juillet 2021.

***********************************************

23 août 2021. Armelle HERVE

Vous trouverez, ci-dessous, le courrier qu'Armelle HERVE vient d'adresser au Maire à ce sujet.

Ont repris l'info: Le Parisien - Le Courrier de Mantes.

N'ont pas repris l'info à ce jour: Actu.fr - La Gazette des Yvelines - Le Parisien - Mantes-Actu.

 

Monsieur le Maire,

Sollicitée par des habitants du centre ville, je me permets d’attirer votre attention sur ce qui semble être des dysfonctionnements constatés sur des horodateurs de ce quartier, entre le 2 et le 15 août au moins.

Les horodateurs étaient tous éteints, hors d’usage.

Aucune information n’était donnée sur ou à proximité des horodateurs par votre nouveau délégataire de service public Interparking qui devait prendre le marché au plus tard le 3 août.

Pas plus d’information sur le site de la ville qui en est toujours au prestataire Indigo ou auprès de la police municipale sollicitée.

Je vous serais reconnaissante de bien vouloir me préciser la nature de ce problème et faire preuve de clémence envers les automobilistes qui se seraient vus verbalisés, en annulant leur amende pour ce fait.

Je vous prie de croire, Monsieur le Maire, en l’assurance de ma considération distinguée.

Armelle Hervé

Conseillère municipale

***********************************************

23 août 2021. Marc JAMMET

 

Le maire m'adresse "une lettre de sanction" (sic !) et prétend suspendre la participation de l'opposition municipale aux prochaines commissions d'appel d'offres.

 

 

Ont repris l'info:

N'ont pas repris l'info à ce jour: Actu.fr - Le Courrier de Mantes - La Gazette des Yvelines - Le Parisien - Mantes-Actu.

 

Le problème pour le Maire, c'est que c'est illégal.

Pour plusieurs raisons:

Outre le fait que la divulgation supposée (et reprochée à grands cris) ne peut d'abord lui être reprochée qu'à lui-même (défaut d'avertissement dont je garde bien-entendu les preuves et que je produirais en cas de recours de sa part),

Le Maire (conseiller municipal élu par les conseillers municipaux lors de la première réunion du Conseil municipal):

  • ne peut se targuer d'aucun rapport de subordination avec un élu - à fortiori - un élu de l'opposition municipale. Il n'a donc aucun pouvoir pour sanctionner un élu en contradiction flagrante avec le Code général des Collectivités territoriales.
  • ne peut suspendre un élu, temporairement ou non - à fortiori représentant de l'opposition municipale - des Commissions d'appels d'offres. Le Code Général des Collectivités Territoriales en prévoit explicitement la composition - dont un représentant de l'opposition municipale. Sans que le représentant de l'opposition municipale ne soit invité à une telle commission, cela reviendrait reviendrait à réunir cette commission d'appels d'offres alors qu'elle est volontairement incomplète, réduite aux élus de la majorité municipale et, ce, du fait du Maire. C'est INTERDIT. Dans ce cas, je me réserve le droit d'exiger devant les instances judiciaires l'ANNULATION OFFICIELLE des commissions en question.

Vous trouverez, ci-dessous, le courrier que je lui envoie en réponse ainsi que la lettre que le maire a cru judicieux de m'adresser.

 

 

 

 

**********************************************

23 août 2021

Afghanistan. Organisons l'accueil des réfugiés dans les Yvelines.

Ont repris l'info: Le Courrier de Mantes (partiellement)

N'ont pas repris l'info à ce jour: Actu.fr - La Gazette des Yvelines - Le Parisien - Mantes-Actu.

 

******************************************

Nos quatre élus (Vivre Mieux à Mantes-la-Jolie) ont décidé d'être signataires de l'appel lancé par Navid Hussain-Zaïdi (conseiller municipal d'Epône et secrétaire de la section PCF de Limay) appelant à l'accueil des réfugiés afghans.

Il s'agit donc de Armelle HERVE, conseillère municipale de Mantes-la-Jolie - Binta SY, conseillère municipale de Mantes-la-Jolie - Mohamed MMADI, conseiller municipal de Mantes-la-Jolie - Marc JAMMET, conseiller municipal de Mantes-la-Jolie.

 

**********************************

19 août 2021.

Communiqué de presse. Légionellose
rue du Côteau ?

Ont repris l'info:

N'ont pas repris l'info à ce jour: Actu.fr et Le Courrier de Mantes - La Gazette des Yvelines - Le Parisien - Mantes-Actu.

 

******************************************

19 août 2021. 

Rue du côteau. Présence de légionelle dans l'eau chaude ? (Marc Jammet)

Monsieur Pascal PHILIPPE

Les Résidences Yvelines-Essonne

Agence de Mantes

7 rue Charles Gounod

78200 Mantes-la-Jolie

Le 19 août 2021

Monsieur le directeur d’agence,

        Plusieurs locataires de la rue du Coteau m’ont informé qu’une affichette a été apposée au cours de ce mois dans les entrées d’immeubles les informant de la présence de légionelle dans l’eau chaude.

Cette affichette, depuis, a été retirée – ajoutant ainsi à l’inquiétude de nombreux locataires.

Aussi est-ce la raison pour laquelle je m’adresse à vous afin que vous les informiez de la situation.

En vous remerciant par avance de bien vouloir me tenir informé des suites que vous donnerez à mon intervention, je vous prie d’agréer, Monsieur le Directeur d’agence, l’expression de mes sentiments distingués.

*********************

Droit de réponse adressé au Courrier de Mantes et au site Internet "Actu.fr" par Marc JAMMET.

« Mis en cause personnellement dans deux articles successifs et identiques publiés par le site Internet « Actu.fr » et « Le Courrier de Mantes », conformément à l’article 6 iv de la loi n° 2004 – 575 du 21 juin 2021 2004 pour la confiance dans l’économie numérique dite LCEN et à l’article 13 de la loi du 29 juillet 1881, je vous demande instamment la publication du présent article à « la même place et en mêmes caractères que les articles précités ».

Le 1° juin 2021 (« Actu.fr ») et le 2 juin 2021 (Le Courrier de Mantes), l’article intitulé « Yvelines. Mantes-la-Jolie : un conseiller d’opposition divulgue des informations confidentielles » et dans lequel je suis nommé à plusieurs reprises, comprte plusieurs inexactitudes et omissions.

  1. La décision prise par la commission consultative des services publics locaux n’est pas récente, elle l’a été le 5 janvier 2021. Les documents n’ont été accessibles sur mon blog que le 5 avril 2021 et, contrairement à ce qu’indique l’article, sans que leur communication par le maire à tous les élus n’ait été précédée d’un quelconque avertissement.
  2. Contrairement à ce qu’indique Madame Céline Evain qui a repris sans les vérifier les propos de Monsieur Jean-Luc Santini, la CADA (commission d’accès aux documents administratifs) considère que « les délibérations et arrêtés municipaux sont intégralement communicables. Il en de même pour les procès-verbaux de la commission consultative des services publics locaux, qu’ils portent sur l’ouverture des offres ou l’analyse des offres préalables à la négociation (avis du 31 août 2006. Mairie de Trets. Référence : 200 63 298.
  3. Sur un article comportant 3.500 signes (sans compter les photos), il n’est fait référence à mes propos que sur 500 signes. Encore ceux-ci ont-ils été tronqués ou non-repris volontairement. Il en est ainsi de la perte sèche pour la Ville de 700.000 euros à l’année avec la délégation de service public.
  4. Madame Evain indique que les utilisateurs des parkings ne pourront pas bénéficier pendant deux mois de la baisse temporaire des tarifs prévue par Intertechnique. C’est inexact. De l’aveu même du Maire, la signature du contrat de délégation prévue le 2 juin le sera … le 3 juin !
  5. Madame Evain qui dit avoir suivi le conseil municipal du 31 mai 2021 passe sous silence les insultes, le mépris, les refus (illégaux) de prises de parole dont ont été victimes Binta SY et moi-même lors d’un conseil qui ressemblait plus à un procès politique monté de toutes pièces qu’à un débat démocratique dans une institution républicaine.
  6. Madame Evain passe également sous silence ce que nous avons malgré tout réussi à dire : la société Indigo perçoit en stationnement de surface (parcmètres) chaque année plus d’un million d’euros de recettes et n’a jamais rien reversé à la Ville. Intertechnique, la nouvelle société retenue, n’aura même plus à se justifier puisqu’en échange de tarifs moindres et provisoires (6 mois), elle ne reversera rien à la Ville. Nous estimons cette perte de recettes à 700.000 euros à l’année – ce qui a motivé, le 19 avril dernier, notre vote contre.
  7. Le conseil municipal du 31 mai, convoqué sans en informer les élus de notre groupe par mails personnels un lundi à 16h00, ressemble à s’y méprendre à un contre-feu allumé par une droite locale embourbée dans des affaires judiciaires à répétition et dont le Premier adjoint vient d’être mis en examen pour « subornation de témoins » et placé sous contrôle judiciaire. Contrairement à ce qu’a annoncé Pierre Bédier lors du conseil municipal du 30 novembre 2020, personne ne nous empêchera de parler et d’informer. C’est en ce sens que j’assume totalement la démarche de notre groupe de publier régulièrement le contenu de toutes les délibérations et décisions prises par la majorité municipale, dans le respect des lois en vigueur. « 

Mise à jour 4 mars 2021.

Communiqué de presse. Mise en examen du Premier adjoint de Mantes-la-Jolie.

Le Premier adjoint au maire de Mantes-la-Jolie vient d’être mis en examen pour subornation de témoins dans le cadre de l’affaire judiciaire ouverte à propos du détournement de fonds supposé au marché du Val-Fourré.

Comme nous l’avons toujours dit et fait, nous avons toujours respecté la présomption d’innocence tant que le jugement ne sera pas prononcé et que les faits supposés ne seront pas établis.

C’est la raison pour laquelle, sans polémique stérile, nous demandons à nouveau au Maire de Mantes-la-Jolie de se porter partie civile dans cette affaire afin d’avoir accès officiellement au dossier.

Nous souhaitons qu’en toute transparence un conseil municipal extraordinaire soit convoqué afin d’informer le plus complètement possible les élus et les Mantais.

Nous ne pourrions comprendre que le refus obstiné du Maire de se porter partie civile dans cette affaire (maire-adjoint chargé du commerce à l’époque des faits) soit renouvelé.

Le 4 mars 2021

Armelle Hervé, Bintah Sy, Mohamed Mmadi, Marc Jammet, conseillers municipaux de Mantes-la-Jolie (Groupe Vivre Mieux à Mantes-la-Jolie)