Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Marc Jammet, conseiller municipal PCF de Mantes la Jolie

La vidéosurveillance étendue. Chère et inefficace

28 Février 2012, 09:13am

Publié par Marc Jammet

C'est ce qu'a voté la majorité UMP-MODEM du conseil municipal de Mantes la Jolie le 30 janvier dernier à l'occasion d'une demande de subvention parlementaire de 50.000 euros.

Non seulement ces 50.000 euros ne représentent pas grand chose par rapport au coût du projet (il se monte à pratiquement un million trois cent mille euros) mais l'efficacité de la vidéosurveillance est loin d'être prouvée en matière de sécurité publique.  

D'une part, parce que l'Etat se désengage de ses missions de sécurité publique et fait accepter ce déengagement aux communes en subventionnant la vidéosurveillance. En clair, il opère des coupes sombres dans les effectifs et les moyens de la police nationale tout en maintenant un beau disours de sécurité publique avec le développement de la vidéosurveillance.

D'autre part, par la vidéosurveillance ne serait efficace que si la police nationale pouvait intervenir rapidement à chaque fait constaté. Or, justement, parce qu'on a réduit les effectifs de police nationale, cette dernière en est incapable.

Enfin, pour constater un fait "derrière les caméras", il faut qu'il y ait des observateurs en permanence et en nombre suffisant. C'est un coût supplémentaire qu'aucune commune - à part les plus importantes - n'ont les moyens de se payer. A Mantes la Jolie, par exemple, il y aura un ou deux opérateurs pour .... 52 caméras.

C'est bien la preuve que non seulement la vdéosurveillance est un goufre financier mais qu'elle ne sert à rien du point de vue de la sécurité publique - sauf à vouloir être rassuré à bon compte.

Vous trouverez, ci-dessous, mon intervention lors de ce conseil municipal.

 

Conseil municipal du 30 janvier 2012

Délibération 22

 

Extension de la vidéosurveillance.

 

Je veux tout d'abord ici réaffirmer mon opposition à la vidéosurveillance sur la voie publique.

 

Je ne dis pas que la vidéosurveillance n'est utile à rien. Elle l'est quand elle est utilisée dans des buts précis afin de gérer des risques concrets bien identifiés: surveillance d'entrepôts, parkings, dans les banques, les magasins, les casinos, le trafic autoroutiers, les sites industriels sensibles … mais pas sur la voie publique pour y surveiller tout et n'importe quoi.

 

De nombreuses études sérieuses montrent que la vidéosurveillance n'a qu'un impact marginal sur la délinquance et que si on veut augmenter cet impact, il ne sert pas à grand chose de repérer plus vite un problème si la police n'intervient pas plus vite. Or, c'est justement en contrepartie de la réduction des effectifs de police nationale que les pouvoirs publics incitent financièrement à la vidéosurveillance.

 

De surcroît les caméras perdent quasiment toute efficacité préventive lorsqu'elles ne sont reliées à aucun système de visionnage en temps réel.

Et que l'on ne nous dise pas - comme vous le faites - que le raccordement des caméras au commissariat de police résoudra le problème puisque les effectifs de police nationale - en constante réduction - le rend inapte aux missions nouvelles.

 

Alors il reste quoi? Les opérateur - à embaucher - qui doivent être suffisamment nombreux, faute de quoi, au bout de quelques minutes, les observations empiriques montrent … qu'ils ne voient plus rien.

 

Vous avez un projet de 52 caméras. A ma connaissance, vous disposez d'un un ou deux opérateurs en permanence pour observer les 52 écrans.

 

Autrement dit - et au-delà de toutes les atteintes aux libertés possibles - cela ne sert à rien.

 

Et cela coûte cher: plus d'un million d'euros par an sans compter le coût salarial.

 

Vous nous dîtes: "oui mais on ne paie pas tout. On a des subventions". C'est vrai. Mais, dans le même temps, l'Etat va réduire ses dotations budgétaires. Il fait appel aux collectivités locales et toutes les subventions utiles baissent.

 

Alors demandons ces sommes accordées pour la vidéosurveillance à d'autres projets utiles.

 

Par exemple, ces 50.000 euros de subvention parlementaire, demandons-les pour nos écoles.

Et demandons à Madame Dumoulin de nous appuyer. Il serait temps quand même qu'un collègue député serve à autre chose qu'à voter des plans de rigueur qui nous impactent brutalement!

Commenter cet article