Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 décembre 2013 6 28 /12 /décembre /2013 14:39

Ces derniers jours ont vu successivement le vote par les assemblées du Parlement français du budget national (sous contrôle préalable de la commission européenne) et la réforme des retraites.

Pour ce qui concerne la réforme des retraites, le maintien annoncé de la retraite à 62 ans est un leurre politicien puisqu'au fil des années, le nombre d'annuités augmentant, pratiquement plus personne ne pourra faire valoir ses droits à cet âge sans pénalités.

Mais ce n'est pas tout puisque cette réforme va aussi coûter plus cher aux salariés et au patronat (en théorie pour ce dernier) avec une augmentation identique des cotisations retraites.

En théorie pour le Patronat puisque son augmentation des cotisations sera compensée immédiatement par une diminution des cotisations familiales.

Pour ce qui concerne le budget, si le gouvernement faut surtout valoir que le barême de l'impôt sera à nouveau sur le coût de la vie après deux années de gel (mais sans rattrappage évidemment), il est surtout marqué par des augmentations de la TVA: de 19,6% à 20% (taux normal), de 7 à 10% (taux intermédiaire). Celui-ci était déjà passé de 5,5% à 7% sous le gouvernement Sarkozy) qui provoquera, de l'avis des économistes, une hausse des prix de 0,35% dès le mois de janvier prochain.

Rappelons que la TVA est l'impôt le plus injuste qui soit. Il ne tient aucunement compte des revenus et frappe donc prioritairement les catégories sociales les moins aisées.

A titre d'exemple, il s'est déjà traduit à Mantes la Jolie par une hausse du prix des repas des agents municipaux (dernier conseil municipal) et se traduira dès l'année prochaine par des hausses sur les transports, les cantines, les services publics ....

A quoi va servir cet argent? En partie au Patronat qui percevra dès le 1° janvier prochain le "crédit impôt-compétitivité" (20 milliards d'euros!). 

Un crédit d'impôt-compétitivité qui vise à favoriser les exportations pour les entreprises tout en maintenant au plus bas les augmentations de salaires voire en favorisant les licenciements pour "accroître la compétitivité" (décidément L'Allemagne d'Angela Merkel fait des émules).

Comme le dit Cédric Audenis (chef du département conjoncture de l'INSEE): "Au 1er janvier, le crédit d'impôt compétitivité va redistribuer 20 milliards d'euros aux entreprises. Celles-ci pourront alors augmenter leurs marges, embaucher davantage, ou baisser les prix.".

Au vu des résultats en matière de chômage et des perspectives annoncées en matière de prix et d'impôts, on est en droit de douter des deux dernières hypothèses.

Par contre, l'augmentation des marges (rendues possibles par le nombre de chômeurs faisant pression sur les salaires) elle, l'est beaucoup moins.


En savoir davantage? Cliquez sur les liens ci-dessous (France Info):

Partager cet article

Repost 0
Publié par Marc Jammet - dans EPINGLE(E)
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Marc Jammet, conseiller municipal PCF de Mantes la Jolie
  • Le blog de Marc Jammet, conseiller municipal PCF de Mantes la Jolie
  • : L'actualité municipale, un autre écho aussi des idées et des actions menées
  • Contact

  • Marc Jammet

Rechercher