Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Marc Jammet, conseiller municipal PCF de Mantes la Jolie

Mantes-la-Jolie. Voeux 2019 (3). Election municipale 2020. Pour une autre perspective politique locale

30 Janvier 2019, 08:31am

Publié par Marc Jammet

Il n'aura échappé à personne que 2019 verra aussi la préparation des élections municipales.

Et on voit bien, qu'ici où là, des ambitions commencent à se faire jour - faute d'idées, faute de travail - autour de "tout sauf Cognet".

On a déjà connu "tout sauf Bédier", "tout sauf Vialay" sans aucune autre proposition sérieuse.

L'expérience montre que cela a toujours conduit 

  • d'une part à laisser cette droite en place
  • d'autre part à voir disparaître pendant 6 ans les opposants de la dernière heure, déçus de se retrouver dans l'opposition.

2019 au contraire peut être une année de construction d'une nouvelle alternative capable de convaincre les Mantais, qui milite "POUR" et non "Contre sans rien mettre derrière".

Et il y a deux possibilités:

  • soit la droite est battue - ce que nous espérons pour mettre en œuvre une politique municipale au service des Mantais,
  • soit elle ne l'est pas et elle se retrouvera alors face à une opposition réfléchie, sérieuse, combative pour marquer des points.

Pour la part qui leur revient, les communistes de Mantes-la-Jolie vont y contribuer - par des propositions concrètes qu'ils vont mettre en débat pour une liste bien identifiée à gauche.

Une liste bien identifiée à gauche que nous voulons contribuer à construire avec les forces politiques de gauche qui le souhaiteront mais aussi avec toutes celles et tous ceux qui voudront s'y engager.

J'en terminerai par là: l'intervention des citoyens eux mêmes à partir de l'exemple de la Croix-Ferrée.

Si la droite ne peut aujourd'hui chasser 800 personnes de la Ville, elle le doit à l'action des communistes et de leur élu qui, je dirai, ont fait leur travail mais surtout parce que les locataires se sont levés par dizaines et ont refusé d'être traités avec mépris.

Et avec un peu de solidarité et de constance, ils vont se faire respecter.

Dans certains quartiers de notre ville, on a quelquefois tendance à se considérer comme "les oubliés de La République".

Et je crois que c'est d'autant plus vrai qu'on accepte cet état de fait.

Refuser c'est ne plus se faire oublier de La République. C'est investir tous les terrains de La République, se faire respecter en s'organisant, en rejetant les solutions individuelles égoïstes au profit de la solidarité - jusqu'à participer, à part entière, à la construction de la liste municipale que nous appelons de nos vœux.

Commenter cet article