Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Marc Jammet, conseiller municipal PCF de Mantes la Jolie

Mantes-la-Jolie. Conseil municipal "à chaud"

13 Décembre 2018, 18:49pm

Publié par Marc Jammet

Lundi 10 décembre, le conseil municipal de Mantes-la-Jolie s'est caractérisé par une orientation plus droitière encore de la majorité municipale.

 

AU MENU: LE SECTEUR PRIVE.

"Parfois quand le privé ne peut nous aider, nous ne maintenons pas l'évènement" Raphaël Cognet, maire de Mantes-la-Jolie.

Coopération avec le secteur privé tout d'abord où la municipalité entend favoriser les dons et le mécénat du secteur privé.

Une idée dangereuse que j'ai combattue en refusant que les actions municipales puissent être, de fait, décidées en fonction de l'intérêt que lui portera le secteur privé. Ce qui n'a pas ému plus que cela le maire qui a répondu que "parfois quand le privé ne peut nous aider, nous ne maintenons pas l'évènement".

Une coopération avec le privé qui sera décliné à toutes les sauces au cours de la soirée: "du trail de la galette" auquel les boulangers seront appelés à participer financièrement aux contrats de territoire (département et cœur de ville) qui prévoient des aides directes aux entreprises sans aucune contrepartie, pas même que les commerces restent en place un certain temps pour pouvoir en bénéficier..

L'emploi ? NON, la mobilité !

Les aides directes au privé ne l'abordent pas dans ces deux contrats. Pire, ces contrats ne font que constater la situation difficile depuis des dizaines d'années et ne proposent que de s'y adapter autour d'un maître mot: la mobilité. En son nom, on va favoriser le logement privé "entre les deux gares", jetant davantage encore les Mantais sur les routes, autoroutes et transports en commun pour se rendre à leur travail

 

Le stationnement ?

Ce "tout pour le privé" a été également symbolisé avec le compte-rendu de la délégation de service public pour le stationnement en ville.

Cette "délégation de service public", contrairement à ce que son appellation trompeuse peut laisser prévoir, n'est en fait que la gestion du service public par le privé. 

Deux millions d'euros de recettes, 200.000 euros de bénéfices

et ... 29.000 euros reversés à la Ville.

Pour le stationnement par exemple, c'est le délégataire (Indigo) qui fournit son compte-rendu d'activité, sans que la municipalité n'ait beaucoup de moyens pour le contrôler. Indigo s'autocontrôle donc.

Cela se traduit par exemple par un total de recettes (stationnement de surface et en sous-sol) d'à peu près deux millions d'euros, 200.000 euros de bénéfices (estimés par Indigo) et … seulement 29.000 euros reversés à la Municipalité.

Et le commerce local ?

Notre politique est la bonne poursuit le maire qui a fait reconduire l'ouverture des commerces pendant 12 dimanches (au lieu de 5 prévus dans la loi). Et cela, au nom, de la concurrence à mener contre les grandes surfaces et les zones commerciales vers lesquelles d'ailleurs on laisse partir les commerces locaux sans mot dire.

 

Droitisation toujours, enfin: la convention avec CAP MARIAGES 78 est reconduite. La municipalité va donc continuer à proposer aux futurs conjoints que la dire "association" les prépare au mariage. Quand on sait que CAP MARIAGES est en lien direct avec le groupuscule "SENS COMMUN" (opposé au "mariage pour tous" et qui a soutenu François Fillion lors de la primaire de la droite à la dernière présidentielle), on est en droit de s'interroger sur la gestion de la laïcité à la Mairie de Mantes-la-Jolie.

 

L'ARGENT NE SERT Qu'UNE FOIS OU LA QUESTION

DE L'UTILISATION DE NOS IMPÖTS.

L'argent public dépensé pour le privé va faire défaut pour d'autres actions. C'est malheureusement une Lapalissade.

C'est ainsi qu'au cours du seul conseil municipal de lundi, trois propriétés (et une annexe) ont été vendues (Ex maison du gardien du square Place du Château et son annexe, le 6 rue Gaston Marin et le 27 rue du Vieux Pilori).

Une campagne de pub de 6 semaines payée par la mairie au mois d'octobre dernier.

Quant au social, à l'occasion de la mise à jour des tarifs du restaurant interentreprises (RIE - pour les agents municipaux), j'ai demandé que l'augmentation des tarifs soit pris en charge totalement par la municipalité.

Cela n'aurait pas représenté grand chose (7 centimes par repas qui seront mis à la charge des agents) et cela aurait montré que la droite mantaise ne se contente pas de faire de la publicité pour vanter la qualité du travail de ses agents. Cela aurait été également un (tout petit) geste pour ces agents dont les salaires sont bloqués depuis des années. Mais cela faisait encore trop pour la droite. 

 

Le Conseil municipal s'est enfin achevé par une communication du maire sur les évènements de la semaine passée (violences urbaines et arrestations) avant de donner la parole aux élus qui le souhaitaient.

Pour ma part, je me suis tout d'abord félicité que le discours du maire soit ce soir en retrait vis-à-vis du communiqué de presse qu'il a rendu public alors qu'il était en visite au Sénégal (le maire y reconnaît le droit de manifestation et évoque - enfin ! - la gêne devant les images de jeunes à genoux et les mains sur la tête surveillés par la police) .

J'ai réaffirmé à nouveau que les violences commises à Mantes-la-Jolie, en marge des manifestations lycéennes, étaient inacceptables mais que la rafle opérée jeudi par la police - sans distinction - n'était pas acceptable non plus.

Cela ajoute de l'injustice, vise à déshumaniser des jeunes montrés du doigt dans leur ensemble comme des délinquants et cela creuse davantage le fossé entre les quartiers et la police.

J'ai réaffirmé que je ne mettais pas en cause les forces de police elles-mêmes mais l'utilisation que le gouvernement Macron en a faite. 

Bien loin de garantir la sécurité et l'apaisement, c'est la police républicaine qu'elle risque de mettre en difficultés dès demain dans ses missions.

Commenter cet article