Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Marc Jammet, conseiller municipal PCF de Mantes la Jolie

Mantes-la-Jolie. Conseil municipal du 19 novembre 2018 "à chaud".

20 Novembre 2018, 12:08pm

Publié par Marc Jammet

Seulement 16 délibérations (auxquelles s’est ajoutée une question orale sur les marchands de sommeil que j’ai fait mettre à l’ordre du jour) ont été soumises aux élus.

Conseil municipal court mais qui a symbolisé les choix de la droite municipale au détriment des besoins des Mantaises et des Mantais.

 

3 millions d’euros supplementaires pour sortir à nouveau d’un  emprunt toxique

 

3 millions d’euros d’indemnités à la Société Générale, c’est ce que vient de coûter la sortie d’un emprunt toxique (indexé sur le Franc Suisse).

Là, la droite n’ose plus dire que la municipalité a gagné de l’argent mais que l’opération « est - pratiquement -  blanche ». Et la majorité municipale s’est dit satisfaite de « s’assurer la confiance des banquiers ».

On le serait à moins quand on sait qu’en quelques mois ce sont pas loin de 20 millions d’euros qui leur ont été versés par la municipalité et l’Etat.

L’autre facette du remboursement de cet emprunt, c’est l’assèchement des finances de la Ville.

480.000 euros sont pris dans la ligne budgétaire « dépenses imprévues » mais comme cela ne suffit pas: le reliquat des impôts locaux (la différence entre ce qui était prévu au budget municipal et la réalité), les reliquats des participations (Dotation de Solidarité Urbaine notamment) sont appelés à la rescousse.

Cela ne suffit toujours pas ? Alors la droite municipale a procédé à des restrictions d’investissements prévus dans nos écoles ( - 69.000 euros) et dans les nouvelles constructions ( - 96.000 euros).

La droite municipale a joué avec la dette de la Ville et … ce sont les Mantais qui ont perdu!

 

SARL HASMES FIESTA: un cadeau de 449.000 euros?

 

En 2007, la municipalité avait acheté les locaux de La Poste du Val-Fourré (1 million d’euros) avant de lui louer une partie des locaux.

L’autre partie des locaux avait été concédée à la société en question pour un loyer annuel de 35.000 euros.

Début 2017, la municipalité a fait passer ce loyer de 35.000 à 80.000 euros soit une augmentation peu ordinaire de ...129% !

De deux choses l’une: soit ce bail était à l’époque un véritable cadeau aux frais des contribuables, soit une telle augmentation est difficile à se justifier.

Or, après un refus de cette société et un litige qui a duré presque deux ans, cette dernière accepte ce nouveau loyer avec quelques aménagements.

Il semble donc bien s’agir d’un cadeau qui peut se chiffrer à 449.000 euros !

 

Projet « Centre-Ville ». 5 millions d’euros pour la Ville, 2,5 millions d’euros pour la GPS&O

 

C’est pratiquement un des seuls investissements d’envergure que va réaliser la Ville.

Au menu, un peu tout et n’importe quoi: restructuration de plusieurs squares, restauration des façades des logements (dont l’immense majorité est privée), de nouvelles pistes cyclables et « l’arrivée de voitures électriques », « des éclairages soignés » pour les monuments historiques et « la digitalisation des boutiques pour concurrencer Internet ».

Cela répond-t-il aux besoins des Mantais ? Oui dit le Maire pour qui ce projet va profiter à tous les Mantais.

Pour ma part, je doute que l’efficacité de cet investissement (11,5 millions d’euros en tout).

La droite ne pourra pas très longtemps dire aux parents d’élèves qu’ils n’auront pas de nouvelle école au Centre-Ville parce qu’elle manque de foncier, qu’il n’y aura pas de lieu culturel d’envergure parce qu’il suffira bientôt de prendre le train toutes les 10 minutes pour aller au Palais des Congrès à Paris (avec l’arrivée d’Eole - sic !) ou que le quartier des aviateurs ne verra aucune rénovation avant la destruction d’une tour.

La droite municipale devra bien finir par avouer qu’elle ne répond pas aux besoins des Mantais parce qu’elle a d’autres priorités !

 

Copropriétés dégradées et marchands de sommeil.

 

« La Ville mène une lutte efficace » a répondu en substance le maire à ma question orale.

Et ce qui ne va pas n’est pas de sa faute !

L’ascenseur en panne pendant deux mois rue Jacques Cartier? « C’est de la faute des mauvais payeurs, il n’y peut rien ! »

Les marchands de sommeil ? « Les procédures sont longues et aboutissent rarement ».

Les logements sociaux ? « Avec 35% de logements sociaux, la Ville respecte ses obligations » (ce pourcentage était de plus de 50% avant l’arrivée de la droite soit une déperdition du tiers du patrimoine).

A ce sujet, poussant un peu plus le cynisme, il m’a demandé de le laisser mener la réhabilitation lourde à la Croix-Ferrée (ce à quoi j’ai répondu qu’il fallait qu’il d’abord qu’il réponde à une demande simple des locataires: qu’il leur présente tout simplement le projet de réhabilitation en toute transparence avant de vouloir les faire partir -  une intervention qui a laissé le maire … sans voix).

 

Vous trouverez, ci-dessous, le texte de ma question orale.

 

COPROPRIETES DEGRADEES ET MARCHANDS DE SOMMEIL.

 

Le drame survenu à Marseille a fait ressurgir la problématique de l’habitat insalubre dans notre pays.

 

Et Mantes-la-Jolie n’est pas épargnée.

 

Le 10 octobre dernier, le secrétaire d’Etat auprès du ministre de la cohésion sociale avait lancé – à Marseille justement – le premier comité de pilotage du plan « initiative copropriété » et avait rendue publique une liste de 14 sites de priorité nationale parmi lesquels figure Mantes-la-Jolie.

Mantes-la-Jolie et notamment la tour d’Estrées de 17 étages qui a récemment « défrayé la chronique » parce que ses habitants ont été privés d’ascenseurs pendant deux mois.

 

Une autre face de cette problématique, ce sont les marchands de sommeil dont le nombre continue à croître dans notre ville.

 

Ces deux facettes sont étroitement liées :

 

A la pénurie de logements sociaux qui fait qu’on se loge où on peut.

 

Au niveau de pauvreté de la population qui s’est encore accru (43,6% des familles sont classées à bas revenus par la CNAF) et ne permet plus à certaines familles d’accéder financièrement au logement social.

 

Je souhaite donc que vous nous informiez :

 

D’abord sur la situation des copropriétés en difficultés dans notre ville ainsi que sur les moyens que vous mettez en œuvre.

 

        Ensuite sur la lutte contre les marchands de sommeil à qui, visiblement, votre permis de louer qui ne s’applique qu’aux nouveaux bailleurs ne fait pas vraiment peur.

 

Commenter cet article