Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Marc Jammet, conseiller municipal PCF de Mantes la Jolie

Magnanville. Enedis et GRDF. UN MOIS DE GREVE AUJOURD'HUI

5 Juillet 2018, 10:00am

Publié par Marc Jammet

400 sites en grève depuis des semaines, certains depuis deux mois … et pourtant les médias n'en parlent pas, peu ou mal, pendant que directions et gouvernement multiplient les entraves.

C'est le cas notamment pour les sites ENEDIS et GRDF (entreprises issues d'EDF et GDF chargées de l'entretien des réseaux depuis l'ouverture à la concurrence voulue par la commission européenne et acceptée par tous les gouvernements depuis 2007) de Magnanville.

Et c'est bien cette ouverture à la concurrence et ses conséquences que médias et gouvernements veulent passer sous silence …

 

PRIX DU GAZ: + 75% depuis 2007

PRIX DE L'ELECTRICITE: + 30% depuis 2007

 

Contrairement à ce qu'on nous serine, l'ouverture à la concurrence n'a pas fait baisser les prix pour les consommateurs.

Bien au contraire comme en témoigne l'augmentation du prix du gaz de ces derniers jours: + 7,5 %.

LE GOUVERNEMENT VEUT OUVRIR UNE NOUVELLE ZONE DE PROFITS: PLUS CHER, MOINS DE SERVICES POUR LES USAGERS.

C'est ce que programment les directions.

A commencer par "l'externalisation" des astreintes (traduire par "privatisation").

En gros, on confie à des entreprises privées des "délégations de service public" pour qu'elles interviennent en lieu et place du service public (le vrai).

A la clef: des coûts augmentés pour les usagers, des interventions qui deviennent payantes … et qui tardent à être réalisées".

Comme l'indique un syndiqué CGT d'ERDF Magnanville: "avec ce système, en cas de panne à 21h00 vous ne serez pas dépannés avant le lendemain matin".

Et c'est la mise en place de "ce système" qui conduit à la suppression des postes à ENEDIS et GRDF - ce que conteste les salariés et leur syndicat CGT.

Quant au privé (Bouygues Energie, Eiffage Energie …), il trépigne "devant une porte qu'il voudrait voir grande ouverte".

L'occasion est trop belle de pouvoir profiter pendant la durée d'une délégation de service public (5, 10 ans ..) d'un réseau auparavant entretenu par le service public.

Un réseau qu'il laissera se dégrader … avant de "repasser le bébé à un autre" une fois les dégradations devenues trop importantes … mais les profits, eux, bel et bien engrangés.

Pour sa part, le nouveau compteur Linky imposé aux usagers entre aussi dans cette optique. C'est qu'aux yeux de certains il a un énorme avantage: celui de pouvoir couper à distance les compteurs de ceux qui ont des difficultés à payer leurs factures … et qui n'intéressent donc pas le privé !

UNE LUTTE D'UNE AMPLEUR INEDITE.

Pneus dégonflés (mais non crevés) pour les véhicules du site occupé

Aujourd'hui, les salariés de Magnanville en sont à un mois de grève.

Ils revendiquent un coup d'arrêt à la privatisation - ce qui implique l'embauche des apprentis et la revalorisation des salaires.

Fidèles à leurs valeurs, le mouvement de grève se

Véhicules d'intervention garés devant le site et restés opérationnels

traduit aussi par le refus des coupures d'énergie pour impayés et, depuis mardi dernier, par le "tarif nuit" appliqué toute la journée à toutes les communes environnantes.

Ils assurent également les interventions urgentes dans le cadre des astreintes.

La direction de son côté, elle, refuse ces interventions à

chaque fois qu'elle le peut en prétextant faussement un mouvement de grève qui n'a jamais refusé ces interventions. C'est tout simplement une tentative malhonnête d'opposer usagers et salariés tout en asséchant financièrement les salariés en ne payant plus les astreintes.

SOUTIENS POLITIQUES.

Si du côté de la direction, on envoie les huissiers chaque jour pour prendre des photos avant, sans-doute, de tenter d'assigner en justice les grévistes, du côté des communistes, l'ambiance est au soutien.

C'est le cas pour les maires de Magnanville et de Limay dont les conseils municipaux récents ont donné la parole aux représentants des salariés et ont voté des motions de soutien.

Hier, c'était au tour des communistes de Mantes-la-Jolie venus, par le voix de leur élu, Marc Jammet, leur témoigner leur soutien et, comme ils le font avec la SNCF, réaffirmer leur opposition à l'ouverture à la concurrence voulue par L'Union européenne.

Un soutien politique qui ne peut passer aussi que par l'information de la population sur ce qui se trame et, bien sûr, par un soutien financier que vous pouvez notamment par Internet (voir en lien ci-dessous) ou à l'UL CGT de Mantes (indiquer ENEDIS GRDF) 19 rue de la Vaucouleurs 78711 Mantes-la-Ville qui transmettra.

Commenter cet article