Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 septembre 2017 3 20 /09 /septembre /2017 07:30

Comme chacun des élus, j'ai été sollicité par ce collectif de jeunes, inquiets devant l'ampleur de l'exclusion sociale à Mantes-la-Jolie et du peu d'instances de décisions participatives, voire même d'écoute.

 

D'où leur proposition (dont je vous laisse découvrir l'argumentaire ci-dessous) de la création d'un conseil municipal de jeunes.

 

Un conseil municipal de jeunes dont il resterait à préciser les contours mais qui se refuse à servir de prétexte ou de bonne conscience pour ne rien faire d'autre.

 

Bien au contraire, un tel conseil serait élu par les habitants (les jeunes?) et associé à la réflexion préalable aux décisions.

 

Un dispositif jugé "dangereux" sans-doute pour certains élus mais qui n'est que "dérangeant" - ce qui après tout est une très bonne chose pour un élu, à mon sens.

 

À l’été 2016, la cité du Val Fourré s’embrasait à la suite d’échauffourée avec les forces de l’ordre. Comme un remake des émeutes de 2005, ces violences urbaines dans le Mantois sonnaient le glas d’une fracture profonde et ancienne. Les dispositifs exceptionnels de sécurité voyaient notre ville placée sous haute vigilance : hélicoptère survolant la cité, contrôle de police quasi quotidien, perquisition … La jeunesse de notre ville s’interroge alors : Qu’arrive-t-il au Mantois ? Peut-on entièrement imputer cela au développement de la délinquance dans notre territoire ? Avons-nous réellement investi dans la culture et l’éducation ?

 

Car oui c’est dès les plus jeunes âges que ces problématiques s’imposent, lorsque l’on connaît le profil de ces jeunes en état d’anémie sociale et d’exclusion permanente de nos grandes instances de socialisation.

Un simple constat empirique nous fait prendre conscience des grands fléaux sociaux dont notre territoire pâti largement, de par l’évolution constante du taux de chômage de nos jeunes (40% au Val Fourré) et de l’échec scolaire précoce qui intervient dès l’entrée au collège par la non maitrise des savoirs fondamentaux, se traduisant ensuite par un échec supérieur à la moyenne nationale au brevet. Les conditions préalables à la délinquance sont donc réunies.

Un deuxième constat amer concerne nos jeunes talents qui décident de fuir notre ville à la recherche d’une curiosité intellectuelle et culturelle qu’ils ne trouveront pas ici. Ce réseau des jeunes étudiants de mantes nous échappe parfois et explique ce phénomène que nous qualifierons de Brain drain Mantais. Sans ces jeunes le Mantois ne pourra se développer, voilà pourquoi nous avons décidé avec une poignée de jeunes de la ville d’enclencher un sursaut de la jeunesse. À l’heure des grandes révolutions numériques qui permettent de nous connecter et de démultiplier nos paroles, nos contestations voire même nos indignations, nous avons décidé- de sortir une arme pacifique pour combattre ce malaise français : nos plumes.    

 

Depuis le mois d'avril, est né à Mantes La Jolie un média pas comme les autres que certains pourrait juger révolutionnaire tant la vie médiatique locale est peu âpre au débat. Les plumes de mantes retentissaient en pleine campagne des législatives pour redonner la parole aux jeunes du Mantois dans leur diversité et remettre au centre des attentions l'accès à la culture et l’éducation. Chaque candidat a ainsi pu s'exprimer librement et un débat à l'agora de Mantes La Jolie avait été proposé à chacun. Sans ligne éditoriale nous cherchons à nous imposer comme une nouvelle plateforme démocratique ouvrant un nouveau souffle citoyen, chez nous à mantes la jolie.

 

C'est parce que Plumes de Mantes souhaite réaliser cet idéal démocratique et que nous voulons impliquer la jeunesse du Mantois dans sa diversité au centre des débats de la vie citoyenne de notre territoire que nous interpellons nos élus mantais toutes obédiences confondues afin d'étendre cette initiative à travers la création d'un conseil municipal des jeunes participant à l'élaboration des délibérations de notre ville.

 

Nous nous adressons donc au futur maire Raphael Cognet ainsi qu'à l'opposition municipale. Nous pouvons stopper la fuite de nos cerveaux si nous leur donnons la possibilité de s’impliquer démocratiquement dans la vie civique de notre ville. Ce conseil municipal des jeunes sera élu par les habitants et présentera mensuellement des propositions ou même des axes d’amélioration. Voici un nouveau souffle citoyen que nous proposons, il est réel, concret et s'impose à chacun et chacune d'entre nous afin d’ouvrir le Mantois vers le monde !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Marc Jammet, conseiller municipal PCF de Mantes la Jolie
  • Le blog de Marc Jammet, conseiller municipal PCF de Mantes la Jolie
  • : L'actualité municipale, un autre écho aussi des idées et des actions menées
  • Contact

  • Marc Jammet

Rechercher