Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Marc Jammet, conseiller municipal PCF de Mantes la Jolie

Le Conseil municipal a voté la destruction des centres commerciaux du Val-Fourré

9 Juillet 2015, 08:00am

Publié par Marc Jammet

C'était sans-doute la délibération la plus importante du Conseil municipal du lundi 6 juillet 2015 puisque le maire demandait au Conseil municipal d'approuver la destruction du Centre commercial principal et sa reconstruction partielle flanquée de 250 logements (afin de pouvoir obtenir les financements nécessaires).

 

Un projet présenté par le maire, puis par Raphaël COGNET (adjoint au maire chargé du commerce) à la fois comme le tout début d'un "processus en toute transparence" et héritier "d'un travail commencé depuis longtemps appuyé sur plusieurs études" (sic!) tout en montrant sa morgue vis-à-vis des habitants du quartier des Peintres (en affirmant qu'il avait reçu les pétitionnaires, qu'ils se moquaient royalement de la destruction du centre commercial Fragonard et qu'ils ne voulaient que du pain. Une boulangerie de proximité qu'il n'était d'ailleurs pas en mesure de leur promettre - J'ai d'ailleurs été amené à lui rétorquer - sous les huées du maire et de la droite (Madame Dumoulin me traitant de "stalinien" confondant sans doute Révolution française de 1789 et Révolution russe de 1917)  - qu'il y a deux cents ans, une dame s'était moquée elle aussi des citoyens en affirmant que s'ils n'avaient pas de pain, ils n'avaient qu'à manger de la brioche ... et qu'elle avait mal fini)

 

Le tout appuyé par la "montée au créneau" de Pierre Bédier qui, en réponse à mon intervention, justifiait que la rénovation urbaine n'ait jamais prévu la réhabilitation des centres commerciaux (des "réhabilitations cosmétiques") et reconnaissait qu'on "avait ajouté du logement pour obtenir les financements".

Quant à la concertation, il l'estime parfaite puisque tout se fait avec les partenaires de Mantes-en-Yvelines (les habitants du Val-Fourré qui n'ont pas même pas été informés et les commerçants à qui visiblement on n'a pas présenté le projet sous cette forme comme devait l'affirmer leur représentant, Radouane ATROUSSY, malgré les tentatives du maire pour l'empêcher de parler, apprécieront sans-doute).

 

J'ai pour ma part insisté sur la nécessité d'une opération lourde sur ce centre commercial (qui risque maintenant la fermeture) dans la concertation la plus large et rappeler les responsabilités écrasantes de la droite locale qui a laissé pourrir la situation pendant 20 ans.

 

Devant l'absence de réponses du maire à mes questions précises, j'ai refusé de participer au vote.

 

Vous trouverez, ci-dessous, mon intervention sur cette délibération lors de ce conseil municipal (et, en lien, la délibération en question).

 

Monsieur le Maire,

 

Pour abréger votre délibération, il s'agit:

- de la destruction du Centre commercial Mantes II

- de la construction de 250 logements dont les rez-de-chaussée vont être dédiés aux commerces

- d'une halle pour accueillir le marché

- de la rénovation du cube

- de la réhabilitation de certains commerces. Combien? On ne sait pas.

 

Il s'agit donc d'un vaste projet déjà assez défini - avec corollaire - le déplacement au moins temporaire du marché du Val-Fourré.

 

Premier commentaire - sur la nécessité d'une opération lourde.

A l'évidence, il y a nécessité et, à priori, je ne suis pas contre le projet.

J'ai moi-même pris l'initiative dernièrement de m'adresser à tous les financeurs de la rénovation urbaine afin que des financements soient dégagés pour sauver le centre commercial.

 

Quant à la halle que vous mentionnez, c'était l'une des propositions de la liste que je dirigeais en 2008. Quel dommage que nous n'ayions pas été majoritaires, nous aurions gagné au moins 7 ans sur cet aspect.

 

Deuxième commentaire.

Si je partage la nécessité d'agir maintenant au plus vite, cette action ne peut être que partagée avec l'ensemble des acteurs - à commencer par les habitants du Val-Fourré que vous avez laissés sur la touche.

 

Je réclame donc (et je ne suis pas le seul ce soir si j'en juge par la réaction de Monsieur ATROUSSY dans le public) une véritable concertation sur la définition même du projet et sa cohérence.

 

Car il ne s'agit d'ailleurs pas que du centre commercial principal, il s'agit aussi dans le même ordre d'idées:

- de la destruction du centre commercial Fragonard avec le même type d'actions (immeubles et rez-de-chaussée "commerces" dont on n'est jamais certain d'ailleurs qu'ils verront finalement le jour). Avec une enquête publique lancée du 30 juin au 10 juillet dont vous n'avez rien dit ni au Conseil municipal ni aux habitants du quartier dont plus de 2.000 d'entre eux viennent de signer une pétition,.

- De celle du Centre commercial Lavoisier qui sera visiblement détruit et remplacé par le projet du promoteur ICADE sur les terrains de l'ex station TOTAL boulevard du Maréchal Juin.

 

Il y a donc bien lieu de revenir sur l'économie générale du projet appuyée par des études: quels besoins?

Comment le - les projet-s y répond-il, y répondent-ils?

 

Combien de commerces sont-ils appelés à disparaître?

Ici ou ailleurs dans le quartier?

 

Quid de l'avenir du marché du Val-Fourré qui devra au minimum être déplacé temporairement?

Où? Combien de temps? Dans un espace suffisant ou non?

 

Tout cela pour vous dire que la concertation est à mes yeux une absolue nécessité.

 

Troisième commentaire. Les responsabilités.

 

Si ce centre, ces centres en sont arrivés au point qu'il faille maintenant les détruire, il ya des responsabilités - et la plus importante est l'absence totale d'action de la droite locale depuis 1995 - 20 ans!!

 

Il a été investi plus de 400 millions d'euros dans la rénovation urbaine - dont plus de 50 millions d'euros consacrés à "indemniser" les bailleurs pour les logements qu'ils détruisaient (10 ans de loyer cash!).

On a détruit les logements sociaux par centaines. On a ainsi attaqué le droit de chacun de se loger décemment en faisant monter en flèche les prix d'achat et les loyers!

 

Mais rien - rien n'a été prévu pour la réhabilitation ou la restructuration des centres commerciaux qu'on a laissé se dévitaliser doucement jusqu'au point de non-retour.

Jusqu'au point où le Préfet (s'agissait-il d'un jeu de rôles entre vous deux - jeu de rôles en trois mots, la situation est loin d'être drôle pour les habitants et les commerçants ?) publie son fameux arrêté préfectoral mettant en demeure les propriétaires de réaliser des travaux de mise en conformité - c'est à dire qu'il doit intervenir pour pallier à votre laissé-faire, à votre incurie.

 

Et ne me dites pas - comme lors du dernier Conseil municipal - que vous n'y êtes pour rien, que la Ville n'est que co-propriétaire et qu'elle ne peut intervenir dans des commerces privés parce que vous savez très bien que c'est faux.

Vous savez très bien qu'on ne fait pas n'importe quoi dans un commerce ouvert au public - même s'il est privé - et que vous avez des attributions en tant que maire. Des attributions de contrôle sanitaire, de sécurité et de police.

 

Je souhaite donc ce soir obtenir des réponses précises à mes questions précises - et des engagements! - dont le principal est à mes yeux une véritable concertation ACTIVE avec les habitants du Val-Fourré. 

La délibération numéro 35
La délibération numéro 35
La délibération numéro 35

La délibération numéro 35

Commenter cet article