Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 juillet 2015 6 11 /07 /juillet /2015 16:41
Manifestation à l'appel du PAME et du KKE contre le nouveau mémorandum et "l'union sacrée"

Manifestation à l'appel du PAME et du KKE contre le nouveau mémorandum et "l'union sacrée"

Grèce : la supercherie politique de Tsipras et de l’UE finit enfin d’éclater au grand jour

EDT pour Vivelepcf, 11 juillet 2015

 

La « radicalité » de Syriza et Tsipras n’est qu’une vaste imposture politique. Qui sera aujourd’hui assez aveugle, ou d’assez mauvaise foi pour ne pas le reconnaître ?

 

Ceux qui n’ont pas vu ou pas voulu voir que Syriza et Tsipras ont choisi de faire alliance avec le parti d’extrême-droite ultra-libéral, ANEL, et donné ainsi, depuis leur arrivée au pouvoir, tous les gages aux puissants grecs, armateurs, armée, église… ainsi qu’à l’OTAN ?

Ceux qui n’ont pas vu ou ne veulent pas voir que Syriza a servi à recycler la social-démocratie disqualifiée depuis la crise de 2009 ?

Ceux qui n’ont pas vu ou voulu voir, éblouis par le mirage de « l’Europe sociale », que Syriza a enfermé toute perspective politique et économique dans le carcan de l’UE du capital ?

 

Les cinq longs mois de négociations avec l’UE, la BCE et le FMI n’ont été qu’une mise en scène relevant de la pédagogie de la résignation. 

 

Le référendum du 5 juillet l’a complétée sournoisement en cherchant à associer le peuple à cette politique de soumission au capital, à lui faire faire la fausse expérience que tout aura été fait pour « résister » jusqu’au bout.

Ce message de Tsipras et des dirigeants de l’UE est aussi, voire essentiellement, destiné aux autres opinions publiques européennes.

 

Cette nouvelle phase de la crise grecque s’achève avec une « Union sacrée » derrière Tsipras au Parlement, associant tous les anciens partis au pouvoir pour valider un nouveau mémorandum, encore plus dur que les précédentsauxquels il vient s’additionner.

Au moment de convoquer le référendum, le gouvernement Syriza-Anel était d’accord à 90% avec les propositions de l’UE.

Trois jours avant sa tenue, à 95%, jusqu’à évoquer la possibilité de suspendre le référendum (vraiment pour qui prennent-ils le peuple !).

Aujourd’hui, ils sont d’accord à 105% !

 

La TVA va être encore davantage augmentée.

Les retraités vont être davantage ponctionnés – avec y compris la remise en cause de l’aide aux plus petites pensions – et l’âge de départ de retraite reporté à 67 ans.

De nouvelles privatisations sont programmées après que Tsipras a déjà repris celle du port du Pirée, contre une de ses rares promesses électorales précises avec celle de la hausse du salaire minimum également abandonnée.

Des dispositions contre le droit du travail, pour faciliter les licenciements, sont prévues.

 

Sur un pays martyrisé par la crise, étouffé par l’UE et l’euro, le nouveau plan Tsipras, c’est l’addition en une seule fois des lois Fillon, ANI, Rebsamen, Macron et du « pacte de responsabilité » !

 

De façon presque comique, c’est l’UE qui a demandé et obtenu une baisse des dépenses militaires, modeste, de 100 millions d’euros en 2016 et de 200 millions en 2017.

Loin d’être pacifistes, les dirigeants européens appellent à professionnaliser l’armée et à couper dans les dépenses de personnel.

Tsipras et son ANEL Kamenos, ministre de la défense, ont pris la précaution de faire passer avant le mémorandum un contrat de 500 millions d’euros pour moderniser les avions de surveillance de la Marine…  

Un autre fait, plus que symbolique, ne doit pas resté ignoré à gauche en France : les manœuvres aéronavales avec Israël en avril dernier.

 

L’UE pourrait bien avoir maintenant le beau rôle sur ce qui va être avancé comme le principal acquis de l’accord avec Tsipras : la restructuration de la dette. 

Mais, hors de toute hypothèse de sortie de l’euro, ce n’est plus qu’un simple jeu d’écritures.

 

Le FMI sera remboursé intégralement, comme l’ex-ministre Varoufakis, économiste gréco-australien, spécialiste de la théorie des jeux, parti pour de nouvelles aventures, s’y est toujours engagé.

Pas question de donner un mauvais exemple au monde de désobéissance à l’institution capitaliste internationale!

 

Mais la dette vis-à-vis des institutions européennes est remboursée … par « l’aide » européenne.

Comme l’a suggéré Strauss-Kahn, sa successeuse au FMI Lagarde, et le reprennent même les dirigeants allemands, cela ne change rien d’en biffer une partie et de diminuer « l’aide » d’autant.

7 milliards d’euros de remboursement tombent à échéance cet été, la suite n’arrive qu’en 2017.

Après 2011, une première restructuration de la dette grecque a eu lieu – sous les auspices, côté grec, du même conseiller financier que celui choisi par Tsipras, la banque française Lazard.

Elle a servi de désengager les banques privées occidentales et à transférer leurs créances dévaluées vers les institutions publiques.

Plus de risque pour elle maintenant…

 

La question de la dette est devenue avant tout politique.

Sa nouvelle restructuration, mise en scène, va rentrer dans la campagne idéologique pour essayer de relégitimer l’Union européenne  (« pas si anti-démocratique que cela »), et pour, si c’est encore possible, prolonger la supercherie Syriza-Tsipras.

 

Nous faisons partie des communistes qui ont suivi et relayé les analyses du Parti communiste grec, KKE, et de son émanation syndicale, le PAME. 

 

Les médias occidentaux n’ont pas pu occulter – enfin –  la puissante manifestation à leur appel devant le Parlement le soir du 10 juillet, de « l’Union sacrée » contre le peuple.

La justesse de leurs positions, complètement à contre-courant de l’idéologie dominante, se confirme et éclate aujourd’hui.

En France, nous avons refusé de confondre la solidarité avec le peuple grec et tout soutien au gouvernement Syriza-Anel.

Dans la semaine de campagne référendaire, nous avons relayé la position du KKE.

Des questions légitimes sont venues chez certains camarades pour savoir s’il n’y avait pas de possibilités de subvertir le piège du référendum par le vote ou s’il n’était pas plus important de refuser de le cautionner pour préparer la suite.

Il était impossible pour les communistes français de se positionner, loin de la connaissance précise du rapport de force, à la place des camarades.

 

Le KKE et le PAME amplifient leurs luttes contre les mesures antisociales du pouvoir, contre les capitalistes grecs qui en profitent, dans une perspective de rupture avec l’Union européenne et de pouvoir populaire. 

Nous renouvelons notre soutien. La solidarité active en France avec le peuple grec est de poursuivre nos propres luttes contre les mêmes ennemis.

La situation grecque donne lieu à une campagne idéologie en France, y compris et en particulier à « gauche ». 

 

Hollande et Valls ont pris une posture relativement favorable à Tsipras, se sont distingués de Merkel et de Sarkozy. Ils se réjouissent bruyamment de l’accord en vue. 

La « gauche de la gauche » a érigé Tsipras en héraut et en inspirateur de ses projets de recomposition politique. 

Les dirigeants de cette « gauche » ont rivalisé pour poser avec Tsipras et être adoubés « leader de la gauche radicale » en France, à commencer, bien sûr par Mélenchon.

L’exemple grec a été mobilisé pour faire avancer le rapprochement du Front de gauche, des « frondeurs » du PS et des « écologistes », la constitution d’un pôle social-démocrate de « gauche ».

Un appel de parlementaires a, par exemple, été signé, le 7 juillet, dans lequel 43 députés, dont 16 PS et l’intégralité des députés EELV et FdG pour demander au gouvernement français « de s’engager pleinement pour le maintien de la Grèce dans la zone euro », se référant « aux choix hardis des grandes étapes de la construction européenne ».

Les dirigeants de cette « gauche de la gauche », y compris ceux de notre parti, le PCF, se sont alignés intégralement et unilatéralement sur la politique de Syriza et ont, de fait, fait la propagande de sa supercherie : poser en alternative « radicale » des propositions d’aménagement du capitalisme et une pratique de collaboration.

Sur l’Europe, de la même façon que le Parti de gauche européenne, PGE, ils ont à nouveau mis en avant la perspective trompeuse de « l’Europe sociale » et de la réorientation de l’UE du capital.

 

L’issue de la crise grecque, le discrédit enfin de Tsipras, ne peuvent maintenant que limiter les effets de cette campagne.

Nous ferons tout pour combattre dans le PCF

la transposition de la ligne Syriza. 

 

Et s’il y a bien une chose qui ressort avec évidence, c’est la nécessité pour les travailleurs et pour les peuples de rompre avec l’UE, comme notre parti l’a historiquement défendu quand il était puissant, seul en France,  comme aujourd’hui le KKE seul en Grèce.

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Marc Jammet - dans international
commenter cet article

commentaires

Souavin 13/07/2015 13:26

Mr Jammet,je vous trouve bien dur avec Syriza et Alexis Tsipras !! Car:1/la victoire électorale de Syriza fin janvier a balayé plusieurs décennies de désastres économique et d'austérité sous l'égide de"l'umps à la sauce grecque": ND/PASOK dont le dirigeant Papandreou a été congédié comme un malpropre par Sarkozy-Merkel...Tsipras,lui,tient bon ! 2/L'alliance avec un parti"souverainiste"peut surprendre,mais la Grèce ne défend-t-elle pas SA SOUVERAINETÉ NATIONALE FACE A L'IMPÉRIALISME ÉCONOMIQUE DE LA COMMISSION DE BRUXELLES ?! 3/ en mobilisant les masses à l'occasion du référendum,Syriza a montré que les technocrates internationaux ne s'attaquent pas à un gouvernemait( ajouter une dose d'ALTER-Mondialisme et une d'ANTI-Libéralisme radical pour Que la potion Syrizane ait un effet} seulement,mais à UN PEUPLE DANS SA MAJORITÉ---4/Certes en France FG/PCF-OFFICIEL/PG/EELV EN PROFITENT POUR REVENDIQUER UNE"ALTERNATIVE SOCIALE-DÉMOCRATE DE GAUCHE...à suivre

Présentation

  • : Le blog de Marc Jammet, conseiller municipal PCF de Mantes la Jolie
  • Le blog de Marc Jammet, conseiller municipal PCF de Mantes la Jolie
  • : L'actualité municipale, un autre écho aussi des idées et des actions menées
  • Contact

  • Marc Jammet

Rechercher